Je n’y étais pas, mais j’en ai entendu parler, de cette audience du 27 octobre 2014 devant le Tribunal Administratif de Grenoble,

Signataire du mémoire en annulation des élections avec Louis Mermet et Caroline Duret-Nasr, dont j’avais présenté le premier jet dans ce blog, avant même que l’encre de mon imprimante n’ait séché, je n’étais pas à l’audience du 27 octobre 2014 devant le tribunal administratif. Louis Mermet y était avec Maxime Gaconnet.

Il faut savoir que ce type d’audience est inhabituel. L’affaire était d’ailleurs venue une première fois le 6 octobre dernier et le tribunal avait renvoyé au 27 pour permettre à la liste de M Dupessey et au maire d’Annemasse de faire valoir leurs observations.

Ça n’a pas manqué, un membre de la majorité socialiste municipale et M Dupessey ont en cœur déclamé combien il serait inique d’annuler les élections parce que la liste FN aurait triché.

C’est vrai que même lorsqu’on s’assied sur les principes, il reste toujours douloureux de s’exposer à perdre son siège de maire rémunéré, de président de l’agglomération rémunéré, d’adjoint rémunéré, de conseiller missionné et rémunéré. On peut le comprendre, perdre un billet de banque n’est jamais réjouissant, d’autant qu’on ne sait ce qui émergera d’une nouvelle élection.

Mais qu’ils se rassurent, nous non plus ne savons pas ce qui pourra jaillir de la boîte de pandore politique ouverte éventuellement par l’annulation des élections. Tout est possible, y compris le scénario du pire, voulu par des électeurs qui feraient abstraction de la fraude imputable à une seule liste, celle du FN.

Nous aussi(*) nous ne sommes pour rien dans cette fraude qui a consisté pour cette liste FN à inventer une candidate pour qu’il y ait le nombre suffisant de candidats requis par la loi. Sinon la liste n’aurait même pas pu se présenter devant les électeurs. La fraude a servi à cela.

On peut de très loin, sous l’empire du slogan «tous pourris» en tirer la fausse conclusion, «bah ! ce n’est donc pas si grave!», et revoter pour les mêmes. Nous le savons. Ce serait révoltant.

Et alors ? Parce qu’on risquait de perdre l’élection, il aurait fallu ne rien dire ?

Mais ce que ne comprennent pas M Dupessey et ses affidés, c’est que nous n’en avons strictement rien à faire de perdre éventuellement l’élection. Nous ne défendons pas les billets de banque qui tombent à la fin du mois, car nous avons tous des métiers, et nous ne faisons pas de la politique une profession, ou une source de revenus, comme beaucoup sinon la plupart dans la majorité municipale socialiste actuelle. Nous faisons de la politique parce que nous croyons en un certain nombre de valeurs et d’idées que nous partageons.

Et parmi ces valeurs il y a celle de la loyauté. C’est pour cela que nous refusons l’idée que la fraude découverte n’était pas si grave. Nous répondons au contraire que c’est grave d’inventer un faux candidat. Nous disons que si nous avions laissé passer cela alors il n’y aurait plus eu aucune limite. Tout devenait permis. Pourquoi pas faire des listes totalement factices ? Si tout est permis, pourquoi se priver ? Pourquoi par exemple ne pas susciter une liste dissidente du FN, ou une liste trotskyste, ou une liste de mariage entre les socialistes et le FN…Il suffirait de mettre des noms, n’importe quel nom, de signer par un gribouillis, et le tour serait joué.

Les socialistes derrière M Dupessey ont parfaitement compris la situation, depuis le premier jour. C’est volontairement qu’ils n’ont rien fait. C’est volontairement qu’ils faisaient le gros dos en attendant que l’orage passe en croisant les doigts pour que l’annulation ne se fasse que partiellement, de la seule liste FN prise la main dans le sac à malice électorale.

D’où leur déconvenue de découvrir sur le tard qu’une annulation totale pouvait être envisagée, et que c’était pour cela que le tribunal avait invité tout le monde à s’exprimer, chaque conseiller municipal, élu sur ce volcan qui grondait en souterrain.

C’est pourquoi plus les jours passent, plus je crois que nous avons réagi justement, parce que les principes démocratiques sont le sel de la vie politique. Et s’il n’y a plus de saveur, que reste-t-il ? Réponse dans très peu de temps.

Tournée électoral 2007 by François Pérusse on Grooveshark

* J’ajoute un post-scriptum. En écrivant «nous aussi», je prends le risque d’être inexact. En effet il y a une belle formule qu’il ne faut pas oublier. À qui profite le crime ? La présentation de la liste FN desservait objectivement la liste de la droite. De là à penser que le PS, Dupessey en tête, a tout fait pour la favoriser, le pas existe, mais peut se franchir, et plusieurs le pensent. Pour ma part j’hésite, mais je vois bien que le problème existe.