Alors, on explose ?

C’est à l’ordre du jour, et surtout la mèche est allumée qui conduit au baril plein de poudre. L’opposition, pour partie confiante, pour partie défiante, se cherche. Et dans l’opposition il y a le Nouveau Centre et l’UDI. On sent déjà de nombreuses lignes de fracture. C’est ce qui est passionnant.

La question posée est celle de la pertinence du «constructivisme».

On peut bien sûr rêver qu’il y ait des questions sur lesquelles se dégagerait un consensus. Sur le papier c’est idéal, des majorités d’idées portées par des députés raisonnables. Mais en pratique il n’est pas certain que le rêve puisse se réaliser. Sinon pourquoi donc ni la IIIe ni la IVe République ne sont-elles jamais parvenues à réunir de telles majorités, au point de susciter une instabilité gouvernementale telle que l’une et l’autre totalement paralysées, ont fini par se saborder? La IIIe, avec une majorité de front populaire, c’est-à-dire de gauche, en votant les pleins pouvoirs à Pétain dans ce funeste été 40, la IVe en appelant de Gaulle à la rescousse pour se sortir du pétrin algérien. S’il était aussi simple de réunir des majorités d’idées alors jamais ni la IIIe République ni la IVe n’auraient échoué aussi lamentablement.

Mais en l’absence de toute autre solution, il faut bien s’en remettre au rêve et à l’utopie.