Plainte au Procureur de la République du maire d’Annemasse au sujet de la MJC Sud

La plainte est dirigée contre des personnes qui n’y sont pas désignées, ce qui est curieux puisqu’elles sont néanmoins identifiables par leurs fonctions.

Plainte du maire : cliquez sur le lien pour le télécharger

Que va faire le Procureur ? Probablement ordonner une enquête, et ce d’autant qu’il est saisi par l’association de la MJC d’une plainte antérieure dirigée contre personnes nommées expressément. Le pluriel est d’ailleurs de trop puisque la plainte du maire nous apprend que celle de la présidente de la MJC aurait été dirigée, elle, contre seulement une personne, responsables de secteur. Mais c’est peut-être une coquille.

Pour la suite de la procédure, si l’enquête devait aboutir à des poursuites devant le tribunal, il n’est pas sûr que la ville puisse se constituer partie-civile, à la différence de la MJC, faute d’un préjudice direct découlant de l’infraction. L’avenir nous le dira.

Sur le fond de ce dossier il est difficile de ne pas relever que quand le maire, plaignant, écrit : «La ville alerte la MJC Sud depuis 2013 sur la situation financière, la gouvernance et le repli de la structure», il ne dit pas quand il en aurait informé le conseil municipal, ce qui était bien le moins.

La réponse est simple. Jamais.

Ce qui engage la responsabilité politique du maire et des conseillers municipaux socialistes qui étaient membres du bureau de l’association. Bureau dont près de la moitié des membres n’étaient pas à jour de leurs cotisations.

La situation actuelle a une cause. La MJC Sud est une chasse gardée pour la majorité socialiste qui en a fait un agent électoral essentiel. D’où le silence sur ses difficultés, et l’absence de mesures, alors qu’elle savait.