Le Dauphiné Libéré du 30 janvier 2014 rétablit la vérité.

Quand on pense que M Robert Borrel a évoqué une «forfaiture», outre sa charge commune avec M Christian Dupessey à propos de la position, de bon sens, adoptée par Louis Mermet et ses colistiers sur le sujet du tracé du tram, on ne peut que frissonner tant l’expression qui confine à l’outrage est surtout la marque d’une perte de contrôle du maire et de son équipe devant ce qui constitue une bévue grave.