Falsification

La falsification en politique est un procédé toujours à l’honneur.

Au cours du dernier conseil municipal à Annemasse le 27 janvier 2014, la démonstration en a été donnée avec éclat par la meute rassemblée de Messieurs Borrel et Dupessey. Une belle attaque coordonnée qui a tenté de piéger Louis Mermet.

L’occasion était donnée par la discussion autour du tram. Le maire sortant et son coéquipier Robert Borrel savent que si nous approuvons le principe nous restons consternés par le choix d’un tracé qui évite la gare. Et comme l’ineptie du tracé retenu risque d’avoir des conséquences politiques, il est devenu urgent de discréditer les auteurs de la critique.

Les coalisés ont alors affirmé que Louis Mermet, qui siège à l’agglomération, avait voté le tracé.

Or, c’est faux, il l’a démontré dans son site.

Nos archivistes coalisés de l’agglo sont sans doute d’abord de piètres lecteurs de ses procès-verbaux, y compris de celui du 13 octobre 2010 car la question soumise à l’ordre du jour était : ««B.
TRANSPORT – APPROBATION DU PRINCIPE DU PROJET DE TRAMWAY POUR
SOLLICITER L’AIDE FINANCIÈRE DE L’ÉTAT DANS LE CADRE D’UN APPEL A PROJET ..25»

Approuvant le principe, et alors que le tracé n’était pas arrêté, il a conséquemment voté la demande de subvention.

De là à imaginer qu’ils l’auraient fait exprès, il n’y a qu’un pas. Et c’est sans doute parce que leur projet pour Annemasse est vide qu’ils font feu de tout bois et raclent tous les fonds de tiroir de l’arsenal polémique.