Du Perrier, du tram, et des élections: mise au point.

Apprenant les réactions suscitées par la critique que j’ai formulée du
tracé retenu pour le tram, je tiens à dissiper tout malentendu sur ma
position.

L’imbécilité majeure qui nous coûtera finalement très
cher quand il faudra y remédier, est de ne pas faire aller le tram
jusqu’à la gare, en le faisant passer par la place Jean Deffaugt, après
avoir sacrifié la rue des Voirons.

C’est ce que j’ai écrit, et
que je réécris aujourd’hui. Je persiste et signe. MAIS JE N’AI JAMAIS
DIT QU’IL NE FALLAIT PAS QUE LE QUARTIER DU PERRIER SOIT DESSERVI !

Il ne s’agit pas de choisir entre la gare et le Perrier, ce que je soutiens c’est qu’il faut desservir les deux.

Une
seconde mise au point doit aussi être faite. Le tram est un moyen de
transport à l’échelle d’une agglomération, il n’a aucune vocation à
privilégier tel ou tel quartier, ce n’est pas sa fonction. Aussi quand
il est suggéré qu’il serait fait dans l’intérêt du seul Perrier, j’écris
qu’on cherche ainsi à gagner des voix aux prochaines élections, que c’est de la pure démagogie et que c’est une pure illusion. Même avec le
tracé projeté passant par la Place Jean Deffaugt au lieu de la gare,  le
tram est d’intérêt commun, et avec un tracé – logique – allant jusqu’à
la gare, son tracé ne nuirait en rien aux intérêts particuliers du
quartier du Perrier.

Le tram ira jusqu’à la gare. Mais quand on voudra le prolonger, cela coûtera encore plus cher.