Comment produire du néant avec plus de 300 préposés sans compter les élus, et augmenter les impôts locaux en toute irresponsabilité ?

C’est simple : faites une agglomération.

Ne vous contentez pas d’un vague syndicat de communes qui n’aurait comme seule fonction que de gérer le réseau d’eau et les égouts.

C’est trop mesquin.

Robert Borel dans sa toge de commandeur, un jour qu’il était interviewé par une chaîne de télévision régionale, expliqua qu’au début du syndicat des 6 communes entourant Annemasse, il y avait seulement 6 préposés. Et de se féliciter dans sa vision collectiviste de la société d’être passé en moins de vingt ans à la situation actuelle de «l’agglo» à plusieurs centaines. C’est ça le progrès à ses yeux.

L’actuelle agglomération, sorte de super syndicat de communes n’a plus seulement comme compétence le réseau d’eau et les égouts, on y a ajouté les poubelles, le transport, la piscine, la solidarité internationale, etc. Tout plein de compétences qui justifient que chaque vice-président émarge au budget pour les frais de son indispensable présence, que tous les maires (12) des communes regroupées dans «l’agglo» soient au minimum vice-président, que beaucoup d’élus en dehors des maires aient quelques fonctions et donc de probables indemnités.

La situation actuelle a été voulue par toutes les communes, à l’exception des réserves de l’une d’entre elles.

Sous l’aiguillon d’une étude de KPMG qui vantait les mérites des regroupements, une agglomération fusionnant deux communautés de 6 communes chacune, la 2C2A et la Communauté des Voirons, a été constituée. L’expert (au moins en honoraires, je suis jaloux)  aura vendu à travers toute la France la même soupe qui a partout asséné à coup de présentation de son diaporama, le mantra simple à comprendre par les élus les plus obtus, il y aura des é-co-no-mies-d’é-che-lles.

Le mot magique : économie. Mais pour ajouter à la simple magie une touche de modernisme technocratique, l’autre mot magique est «d’échelle». Tous les élus, sauf quelques esprits très terre à terre, ont été endormis par la litanie. Ils sortaient des séances d’hypnose sous la conduite des gourous de KPMG avec cette certitude d’ivrogne que c’était, hic, pour le bien de tous puisqu’on allait faire des «économies d’échelle». Lesquelles n’ont jamais été et ne seront jamais décrites.

Et tout de suite «l’agglo» s’y est mise. Elle a réalisé toutes affaires cessantes, un hôtel de l’agglomération, au cœur du nouveau quartier qui borde les voix ferrées à Annemasse. Mon Dieu qu’il est beau. Le plus extraordinaire était sa justification. Le personnel de «l’agglo» était à l’étroit et il fallait nécessairement qu’il ait plus d’aise. Outre le fait qu’on louait des bureaux pour le loger. On les louait pour un prix de 100 par an par exemple, ce qui était de l’argent perdu, et très logiquement on allait rembourser 200 par an pour amortir l’emprunt nécessaire à la nouvelle construction, mais on serait propriétaire avec deux ou trois fois plus de surface. Laquelle surface s’appelle le vide, et comme la  nature administrative a horreur du vide, elle le remplit immédiatement de nouveaux préposés. D’ailleurs en 2012 il y a eu une augmentation des effectifs.

Devant cette logique de Gribouille, comment s’étonner que «l’agglo» se lance séance presque tenante dans des investissements à grande échelle : la participation au CEVA, et le tram, dont on se fout de savoir que son tracé soit en bout de ligne totalement incompréhensible, car il ne va même pas jusqu’à la gare. Sans doute va t’on nous sortir une étude (payée par le contribuable) qui le justifie.

Mais il y a pire. Il y a le glissement incessant des dépenses par l’ectoplasme aggloméré.

C’est l’ineffable KPMG qui le dit dans une nouvelle étude, toujours payée par le contribuable, sur l’avenir à court terme des finances de «l’agglo». Une catastrophe. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut s’interroger sur les raisons pour lesquelles pour faire une projection des données financières il faille recourir à des études payées à prix d’or, alors que la pléthore de personnels, tous plus qualifiés les uns que les autres, dont des dizaines travaillent à la seule gestion administrative de l’«l’agglo» auraient en théorie parfaitement pu effectuer le travail ? C’est le principe du caractère illimité de la dépense publique qui transparaît là. Aucune limite, jamais.

L’illustration est malheureusement donnée, car c’est un malheur, par le rapport commandé par la communauté d’agglomération, et livré par KPMG en avril 2013. Sur la période courant de 2012 et 2016, les conclusions sont atterrantes :

«On note une progression importante des charges courantes de fonctionnement entre 2012 et 2013 à près de 6 % de croissance, qui ralentit par la suite (+2,08 % de croissance annuelle moyenne entre 2013 et 2016). Entre 2012 et 2016, les charges passent de 30,6 millions à 34,4 millions d’euros, soit une progression globale de 3,8 millions d’euros en 4 ans».

Et c’est le hors-d’œuvre.

La suite sous le chapitre «synthèse» est proprement effarante. Deux solutions sont proposées par le cabinet expert en pompage d’honoraires :

« Solution 1 : hypothèse 5 % de TH (1) et CFE afférente (2) : +3 % de hausse de fiscalité supplémentaire, soit une annuité de 400 k€, soit 4,2 millions d’euros structurels supportable,

Solution 2 : hypothèse 6,5 % de TH et CFE afférente : soit + 4,5 % de hausse de fiscalité supplémentaire, soit 630 k€ d’annuité, soit un emprunt de 6,75 millions d’euros structurel supportable».

Indigeste. Mais le principal au terme de cette somptueuse (vu le prix) analyse est sa conclusion :

«Selon l’arbitrage réalisé en matière de hausse de fiscalité, les marges de manœuvre structurelles de la collectivité seraient plus ou moins réduites pour mener à bien ses investissements».

On vous le donne en mille. En fait il n’y a aucun choix. On voit rarement des élus qui dépensent l’argent des autres choisir entre la peste et le choléra, le choléra, s’il suppose une «marge de manœuvre» plus réduite. Les roitelets détestent par-dessus tout avoir la moindre limitation de leur splendide imagination dépensière. Donc la solution la plus probable sera celle passant par la hausse maximum de la fiscalité locale. La peste plutôt que le choléra, mais même avec le choléra il y aurait une forte hausse.

Hélas, ce n’est pas tout.

Il y a encore pire dans cette étude. Le pire réside dans la note qui figure en première page :

«Les impacts du projet de tramway n’ont pas été intégrés à cette prospective. Les simulations qui seront présentées, notamment en matière de fiscalité, n’intègrent pas les besoins qui pourraient apparaître dans le cadre de ce projet spécifique».

Maman ! Au secours !

(1) : TH = taxe d’habitation

(2) : CFE = Cotisation
Économique Foncière; c’est le nouvel impôt local qui remplace la taxe
professionnelle avec la CVAE qui signifie Contribution sur la Valeur
Ajoutée des Entreprises, les deux CFE + CVAE composant ensemble la CET,
contribution économique territoriale

La dame de Haute-Savoie by Francis Cabrel on Grooveshark

Le maire d’Annemasse flottait comme une ombre, sans son écharpe tricolore,

Dimanche 20 octobre 2013 à la manifestation des frontaliers dans les rues d’Annemasse.

On peut comprendre l’homme. Très légèrement en délicatesse dans cette situation. Il a soutenu Hollande qui n’a jamais fait mystère en 2012 de son hostilité au régime des frontaliers. Alors que tous les élus qui soutenaient la manifestation arboraient les signes républicains de leur fonction, le maire d’Annemasse participait sans participer, faisait semblant d’être là, mais discrètement, sans son écharpe. Il flottait au côté de la manifestation, sans y être totalement impliqué. Les socialistes, et M Dupessey est socialiste, vomissent tout ce qui est étiqueté «privé». Ils vomissent l’économie privée, les sociétés privées, les assurances privées. Ils ne jurent que par le «public». Peu leur importe que les cotisations d’assurance maladie soient moins élevées chez les assureurs privés que celles de la sécurité sociale. Les frontaliers rapporteront entre 150 à 170 millions d’euros aux caisses de sécurité sociale, sous le régime de la CMU qui s’imposera à eux le 1er mai 2014. Peu leur importe aux socialistes que cette amputation du pouvoir d’achat de 65 000 travailleurs puisse avoir des répercussions catastrophiques sur l’économie locale qui perdra cette différence entre les cotisations privées et celles de la CMU, multipliée par 65 000. Les frontaliers craignent de perdre un mois de salaire. Mais même un demi-mois de salaire serait énorme à l’échelle économique d’une région. Peu leur importe aux socialistes prisonniers de leur idéologie minable qui psalmodient le mantra du service public, sans s’interroger sur son improductivité endémique, dans un contexte de gaspillage généralisé, que la solution qu’ils imposent conduise au final à un appauvrissement de toute la société. Ils ne se posent même pas la question du choix entre différents systèmes possibles de sécurité sociale. Peu leur importe puisque ce ne sont ni les réalités qui les guident, ni le souci du bien commun. Ce ne sont pas les traités qui imposent la suppression du droit d’option. Il n’y a pas de sanction en pratique et la dérogation pouvait être reconduite aussi longtemps qu’on le souhaitait. Mais c’est justement sur le souhait que tout cela coince. Les socialistes, et leurs flatteurs ont même prétendu que c’était contraire à la constitution, au principe d’égalité. Alors même qu’il n’est besoin d’aucune loi pour proroger la dérogation, puisqu’il suffit de ne rien faire et qu’on a jamais vu que le Conseil constitutionnel était à l’initiative d’une loi.

Le 20 octobre 2013 aura été une bien belle journée malgré les seaux d’eau qui tombaient sur les manifestants. L’écharpe du maire d’Annemasse n’aura pas été mouillée.

Recomposition des centres sur fond de décomposition des valeurs

Il n’y a aucune raison de se réjouir la situation politique actuelle. Même quand on n’aime pas la gauche, ce qui est une litote convenable, le paysage politique, reste inquiétant. Le laid prospère sur un terreau de décadence, de funestes déchirements politiciens occultent les vraies questions et dans un monde partout en croissance notre pays s’effondre sur des taux mortifères. De nain politique il se hissera demain au rang de lilliputien économique. Les lendemains ne chanteront plus, ils seront glauques et naîtront d’aubes blafardes. Plusieurs catastrophes se profilent qui emporteront nos dernières illusions d’un retour vers un futur meilleur. Devant ces périls déserter le champ politique serait une erreur et une malédiction.

Il appartient aux centres de s’unir pour affronter les épreuves qui se préparent. Avons-nous le choix ? Sans doute pas. Dans le climat actuel, les centristes ne peuvent compter que sur leurs propres forces. Il est de la nature du centre de rassembler une mosaïque de sensibilités, ce qui conduit fréquemment à des recompositions politiques, qui à leur tour donnent l’illusion de la division. Mais en fait les centristes, depuis les girondins des temps révolutionnaires jusqu’aux électeurs d’aujourd’hui en passant par tous les grands moments politiques de la France, restent constamment porteurs des mêmes principes. La paix, et la paix continue de passer par l’Europe, l’économie de marché, parce que c’est le seul programme économique qui fonctionne, la démocratie parce qu’elle seule permet de vivre ensemble, la liberté parce que le centre met toujours l’humain au cœur de ses engagements. Ces idéaux constituent en tout cas l’ADN politique de ce peuple discret, qui ne descend que rarement dans la rue, et qui reste constant dans son engagement dans le monde réel.

Conseil municipal du 10 octobre 2013

Le plus sûr est de venir pour savoir exactement ce qui sera décidé à la prochaine séance du conseil municipal le 10 octobre 2013. Plusieurs questions passionnantes seront évoquées, avec des enjeux majeurs, et le conseil est si partagé qu’il est strictement impossible de savoir aujourd’hui si toutes les délibérations proposées seront adoptées, et si oui par quelle majorité.

Dès à présent vous pouvez vous imprégner de toutes ces merveilles simplement en cliquant sur le lien :

Note de synthèse conseil du 10/10/13

Ensemble des documents pour le conseil du 10/10/13

La vie continue d’être belle avec tout ça.

Heureusement qu’il y a Alzheimer,

Sinon il serait strictement impossible à certains élus annemassiens de se présenter devant leurs électeurs, pour recommencer à leur vendre la même soupe technocratique.

Un exemple : on était en 2007 et le grand projet était de former une Agglomération, c’est-à-dire une super communauté de communes. On passait de 6 à 12. Mais pas n’importe comment, ça devait se faire après une étude approfondie par un grand cabinet d’expertise juridique, du genre KPMG. Une séance spéciale du conseil municipal avait même été organisée, et les «experts» avaient dit tout le bien qu’il fallait penser du passage à une «Agglo» qui allait, et c’était le clou permettre de réaliser des économies d’échelle.

Bref, ça ne coûtait rien et même, cerise sur le clafoutis, ça rapportait gros au contribuable. (Vous savez le contribuable c’est l’ectoplasme politique qui ne vote jamais, et qui est toujours content de ses élus). Et c’est ça qui a été vendu : le terme économie.

Aujourd’hui six ans après, on peut se demander où sont les économies d’échelle. En tout cas cela n’a pas fait économiser un seul centime aux contribuables.

Car, pendant tout ce temps, les dépenses de la ville centre n’ont pas baissé d’un centime. Elles ont au contraire augmenté. Celles de «l’agglo», ne sont pas moins élevées que celles des deux communautés de communes qu’elle a remplacées. Pas un centime, au contraire, des augmentations constantes, et ce n’est pas fini, le pire est juste devant nous avec le CEVA et le TRAM.

L’«Agglo», il faut mettre un A majuscule s’il vous plaît, devait permettre de rationaliser les moyens, et on comprenait de faire des économies de personnels. Rien de cela n’est arrivé. Aucune commune n’a vu ses effectifs diminuer.

Alors, ce qui a été vendu, c’était de la promesse. Votre vie n’a pas été améliorée. La question peut se poser de savoir si celle des élus ne l’aurait pas été de son côté, mais ce n’est pas à la veille des élections qu’on va y répondre, non, mais ! Heureusement, il y a alz…machin chose, et on ne risque pas de s’en souvenir.

Au fait quel nom horrible que celui d’agglo. On croirait une sorte de borborygme d’ado. Mais c’est au fond une image fidèle de la mode en matière d’organisation territoriale. Un borborygme spatial.