La séance du jeudi 27 juin 2013 fut longue et marquée par un incident

Tout ce qui était attendu est survenu. Les subventions ont toutes été votées. Une conseillère listée dans l’opposition a félicité le maire, ses services, et la police municipale pour la journée portes ouvertes qui lui avait été réservée.

Une juste intervention de Louis Mermet sur les parkings prévus autour de la gare mérite réflexion.

Toujours sous la forme de l’autosatisfaction, le maire a exposé qu’il y aurait 150 parkings dans la nouvelle configuration de la gare. Louis Mermet a remarqué que c’était très peu, et il a pris l’exemple de Bellegarde où les 220 places actuelles sont insuffisantes. La réponse, et c’est ce qui mérite réflexion, a consisté à dire : on a fait des études, et on s’en rapporte à la sagesse des spécialistes. Ce qui n’a pas satisfait Louis Mermet qui a observé que quelles que soient les études réalisées, le bon sens commandait manifestement de prévoir plus de places de parking autour de la nouvelle gare.

L’invraisemblable réponse que des spécialistes et des études montraient que ce qui était prévu était suffisant, est intéressante et illustre le mécanisme de la décision politique locale en France.

Le politique s’abrite derrière le spécialiste. Mais c’est justement cela qui conduit à des catastrophes. Parce que le spécialiste en réalité trouve ce qu’il cherche, ce qui est banal à dire, et il ne cherche que ce que son idéologie lui dicte de trouver. Dans la France contemporaine, les spécialistes avancent armés de certitudes : la voiture individuelle est le mal, les transports en commun sont un bien. Il faut les favoriser et brimer l’automobiliste.

Sur la problématique du nombre des places nécessaires autour de la gare, et pour son usage, les spécialistes minimisent consciemment, c’est-à-dire sciemment, ou inconsciemment, c’est à dire connement, le rôle de l’automobile. Mais c’est une erreur. Pour bénéficier du train, TGV ou des trains régionaux, il faut pouvoir se rendre à la gare. Cela doit être facile, et il faut pouvoir trouver un stationnement de durée moyenne (une journée ou plus) dans l’espace de la gare. Sinon l’échange ne fonctionne pas. Or, 150 parkings c’est manifestement insuffisant, quelles que soient les études.

Ces justes observations de Louis Mermet ont arraché un commentaire condescendant de Robert Borel qui entre ses dents à dit tout à la fois que c’était démagogique et moche. D’où l’énervement de Louis Mermet qui lui a répliqué qu’il n’avait aucune qualité pour donner des leçons à quiconque. Il avait raison.

Au-delà de l’énervement, justifié, ce qui est en jeu c’est le système de gouvernance locale. La conclusion est simple. Les spécialistes ne détiennent aucune vérité, et surtout pas le bon sens.