Un peu d’énervement ne fait jamais mal.

Soit le réseau de la fibre optique à Annemasse.

Tout d’abord, une donnée. 40 % de la ville est d’ores et déjà équipée des fourreaux qui peuvent recevoir la fibre. Il ne reste donc qu’à la déployer. Ces fourreaux ont été installés par Numéricable qui devait poursuivre le programme pour la télé, mais a abandonné devant la concurrence des paraboles et des services des opérateurs ADSL.

À partir de ce point se sont succédé deux évènements.

Dans un premier temps le déploiement a finalement été confié à un syndicat départemental le Syane. Le Syane était sur le point d’opérer les raccordements à Annemasse, quand l’État s’en est mêlé et au détour d’un grand emprunt a confié les réseaux fibre dans les grandes villes, à…Orange.

Le choix d’Orange pour se substituer au Syane est un pur scandale.

La conséquence du scandale est que les usagers d’Annemasse, par exemple, ne seront pas desservis avant…2015 ? Allez, on ouvre les paris..En 2015 il y a peu de chance que ce soit réalisé. 2016, 2017 ? Voire plus si affinités ?

Mais même si tout était fait en 2015 le scandale resterait énorme. Pour l’expliquer, pour expliquer cette technique du monopole et du passe-droit institutionnalisé, pour expliquer cette misère à la soviétique, il faut rechercher la logique sous-jacente.

Le modèle en est donné par ce qui s’est produit pour le téléphone mobile. En situation de monopole, puis de monopole partagé, Orange a imposé à ses abonnés des tarifs prohibitifs. Certains disaient qu’il s’était «gavé». Puis Free a débarqué qui a montré par contraste entre son tarif et celui d’Orange que les prix pouvaient être divisés par 3. D’où le sentiment, légitime, d’avoir été volé.

Et voilà que l’État a renouvelé l’indécente opération. Orange a son monopole, et le consommateur attendra. Surtout au-delà du consommateur, l’entreprise attendra. Misérable organisation de l’espace public dont la colonne vertébrale est en l’espèce l’idée de lucre à la petite semaine. C’est la quintessence de la logique du pseudo-service-public. Derrière l’apparente rationalité, se cache en fait le souffle misérable d’un esprit de gagne-petit.

Les dieux colbertistes de l’État, tous issus pourtant de la meilleure école, engoncés dans les prébendes et les gâteaux, n’ont pas encore compris l’économie moderne. La France risque d’en périr. Là aussi il faut détruire Carthage.