30%

On aura du mal à densifier encore, à Annemasse en tout cas. Il en est pourtant question dans le discours du Chef de l’Etat . Mais tout ce qui est au programme, en temps d’élection, n’est pas forcément de la plus grande nécessité non plus que de la plus grande sagesse.

La question est de savoir comment faire face aux besoins en logements.

Une première réponse a toujours été la méthode quantitative. Elle a eu son heure de gloire après guerre à partir du milieu des années cinquante et jusqu’au milieu des années soixante-dix, quand il s’est agi successivement de réparer le désastre des années de blocage des loyers (la fameuse loi de 1948), en même temps que les conséquences de la guerre, et ensuite de faire face à l’afflux de nos compatriotes expulsés violemment d’Algérie.

Ce sont les barres et les tours.

La seconde réponse est la méthode incitative. Ce sont là les nombreux dispositifs qui se sont succédé avec plus ou moins de bonheur. Chaque ministre du logement nous laissant une nouvelle strate de textes qui mis tous bout à bout finissent par dessiner un maquis inextricable.

Et ce n’est pas fini.

La troisième, est l’encouragement à la création des logements sociaux indispensables. Un point majeur aura été la loi SRU de 2000, et la règle des 20%.

L’inconvénient de la première méthode est le désastre urbanistique sans précédent qu’elle a généré. Celui de la seconde est qu’elle ne permet en tout cas pas de répondre forcément au mieux à la demande, parce que ce n’est pas le marché qui dicte ses nécessités, mais le souci du placement. C’est au fond une politique fondée sur l’offre plus que sur la demande.

La troisième méthode, tout bien considéré, institue un mécanisme assez neutre, et ses inconvénients paraissent moindre que l’avantage procuré par la plus large diffusion du logement social.

Et le Président de la République propose une méthode nouvelle et originale. Libérer 30 % de droits à construire en plus, sur toute l’étendue du territoire.

Ce qui signifiera une densification de l’habitat, et espère-t’on une augmentation de l’offre qui mécaniquement génèrera une baisse des prix, ce qui est assez optimiste.

L’idée est à méditer. Il est donc trop tôt pour conclure définitivement sur elle. Mais elle suscite beaucoup d’interrogations sur les conséquences mécaniques attendues. Il n’est pas du tout certain que cela joue en ce sens partout, et elle postule en outre tout un appareil théorique d’inspiration jacobine. L’État décide, il impose la même mesure de Brest à Thollon-les-Mémises, en passant par Annemasse. Sans concertation, sans interrogation, sans négociation, sans adaptation.

Il n’est pas sûr du tout que cette conception passablement centralisatrice permette de donner une réponse satisfaisante aux besoins de logements. Si l’idée est reprise sous forme de projet de loi, elle méritera d’être examinée de pus près, avec réserve. La densification du tissu urbain ne peut être la réponse partout, ici et maintenant. Les besoins sont multiples. Les réponses doivent être adaptées au réel protéiforme. Nous verrons….

Les outrances de Mme Michel

Je sais.

Je sais que la majorité au conseil municipal se pourlèche les babines dès qu’il y a la moindre friction dans l’opposition.

Je sais aussi qu’aux âneries, il n’est pas nécessaire de répondre.

Je sais tout cela, mais je sais aussi qu’il y a des limites à tout. Une limite est la décence.

Mme Michel la franchit. Elle où son rédacteur attitré, un ancien
combattant alcoolique, méchant, envieux, raciste, comploteur de bistrot,
agitateur de fange. Parce que c’est vrai que l’expression n’est pas son
fort, elle a d’autres qualités sans doute. Et même des qualités
politiques, il faut bien qu’elle en ait. Mais comme on ne l’entend
jamais, sauf en de très rares occasions où elle bredouille trois phrases
qu’elle lit sur les papiers qui lui ont été préparés, on sait qu’elle
est incapable de s’exprimer.

Et elle veut donner des leçons. Elle ose faire le bilan des
interventions de François Vigny ou de moi même au conseil municipal,
elle qui en a été absente pendant plus d’un an. Elle a été élue, elle a
été absente. Elle a été élue dans des commissions, elle les a désertées.
Et elle critique. Et elle se croit drôle en affublant de sobriquets
« Benoisto ». « Foué Vigny ». Allez chiche, simplette, on joue au jeu ?  Ou
alors on se calme ?

Je sais.

Je sais que ce serait plus raisonnable.