Il y a de la rumba dans l’air,

Misères !

70 % d’abstentions à Annemasse = du pain sur la planche de la mobilisation.

Dans les premiers enseignements que l’on peut tirer de cette débâcle, il y a le faible, très faible score du Modem. Ce qui démontre que la route égocentrique de son leader Maximo, mais peu charismatique au final, ne fait pas recette. Malgré la dramatisation par ses gouroutisés de la situation politique française qu’ils osent décrire comme étant celle de «la guerre civile», superbe niaiserie.

Mais ensuite on peut relever le progrès du Front National, qui démontre que les questions qu’il pose à la société politique, et que cette dernière refuse même d’envisager comme questions, fonctionnent comme un refoulé qui fait de temps en temps un retour fracassant.

On doit poursuivre en soulignant que la gabegie financière de l’équipe socialiste de M Queyranne n’émeut pas grand monde. Que les impôts de la région s’envolent n’est pas un sujet politique.

Des efforts sont encore à faire en termes de communication.

Enfin, la question de la création d’une région Savoie pour échapper ici à la domination des verdo-gaucho-socialeux qui drainent nos ressources pour en alimenter leurs camarades, constitue une piste de réflexion.

elections2010.jpg