Monsieur le Maire est fâché avec les chiffres.

Pas seulement ceux du budget, là il dépense plus pour vous en donner moins (je sens que je frise la correctionnelle, j’arrête), pas non plus uniquement ceux de la densité urbaine, elle grimpe vers de nouveaux sommets. Non, ceux de l’arithmétique électorale.

C’était dans le Dauphiné. Il a déclaré au lendemain de la veste prise par le parti socialiste de son cœur :

«Je suis déçu du score du PS, bien que je ne sois toujours pas membre de ce parti, il y a sans doute eu un transfert de voix.»

Oh ! le prudent ! Il n’est toujours pas membre. De là à le soupçonner de penser que maintenant en pleine Bérézina c’est encore moins le moment, ce serait exagéré. Je ne vais quand même pas risquer la correctionnelle à chaque ligne, j’arrête encore.

Et il ajoute :

«Si je fais le total des mouvements politiques de mon équipe municipale, nous sommes à plus de 50 %, l’UMP ayant fait le plein de ses voix. L’équipe que je conduis est donc représentative du vote des Annemassiens …»

Il additionne pour cela le PS 15,43%, le Modem 8,18%, les Verts 20,50%. Soit déjà 44,11%.

Où sont les autres ?

– l’extrême extrême gauche, avec le camarade Jennar 5,17%, le parti communiste 4,10% et encore l’extrême extrême extrême gauche avec la camarade Arthaud pour 0,62%, et là c’est vrai on obtient 54,62 %.

C’est là que dans la vérité mathématique commence le maquillage politique. (Bonté, «maquillage», est-ce que je peux l’employer ?). On pourrait aussi évoquer le rideau de fumée.

D’abord par l’annexion du Modem, dont au passage notre maire adoré oublie qu’il était également engagé dans l’opposition. Si bien qu’on pourrait lui chicaner déjà le rattachement – sans référendum celui-là- des 8,18% restants à son camp. Mais il y a encore plus problématique, c’est la place de l’extrême extrême gauche. Ceux qui chantent les louanges de Pol Pot, de Staline, de Lénine, de Kim Il Sung, de la crapule de Castro, de tous les sanguinaires de la création. La formule politique de monsieur le maire est simple : l’alliance, de l’UMP (enfin, d’une militante exclue), jusqu’à Pol Pot et les Pol Potistes. Ce n’est plus de l’addition c’est de la magie. Ou de la fumée, c’est pareil.

Ce n’est pas non plus de l’arithmétique, car additionner des carottes et des navets, ça reste délicat. C’est sans doute pour cela que notre maire était proviseur, et pas professeur. (Là je sors mon Jokker, j’ai le droit non ?)

Texte de remplacement (courte description)

http://www.deezer.com/track/515779