Un cœur de ville vert, solidaire, piétonnier (4/14)

Une ville plus verte : chaque fois que cela sera possible, nous
gagnerons du terrain pour imposer un espace vert, en particulier aux
abords des groupes scolaires.

Bien entendu, nous nous engageons à replanter les arbres des rues
qu’une néfaste politique de minéralisation a supprimés ces dernières
années. S’ils sont malades , nous les remplacerons.

– L’aménagement des « 3 Places » (Marché couvert, Marché/lLibération
et Clémenceau) sera repris pour créer un nouvel espace de vie
collective.

Notre ambition est forte: nous organiserons un concours
international qui nous permettra de présenter le meilleur des projets à
nos concitoyens. Nous LES inviterons à se prononcer par référendum sur
ces projets et à choisir le LEUR. Le projet, qui marquera le cœur de la
cité pendant des décennies, doit être soigneusement réalisé. Il devra
idéalement associer des espaces de respiration, verts et paysagés, à
d’autres fonctions d’animation.

Ces places deviendront un lieu de vie exemplaire, où toutes les générations pourront se retrouver.

– La piétonisation au cœur de la ville : c’est une œuvre inachevée à
Annemasse. Elle n’est ni conviviale, ni commercialement efficace.
Nous voulons un centre ville dans lequel il sera possible de se
déplacer à pieds sans gène et dans l’agrément de trottoirs et de rues
rendus à leur vocation piétonne.

Dans une ville devenue plus propre qu’elle n’est aujourd’hui.

Une concertation réelle et permanente avec les commerçants devra
permettre de définir le meilleur périmètre de piétonisation, en
incluant la place du Clos-Fleury d’un côté, l’avenue de la Gare,
complètement délaissée, de l’autre.

– L’éclairage public de notre ville est un élément de l’esthétique
urbaine : à l’instar de tant de villes, nous repenserons la lumière
afin de créer de l’harmonie, tout en gagnant en efficacité. La lumière
peut-être un art et doit être traitée comme. La lumière est
indispensable à la sécurité de tous.

Suite…