Les curiosités du direct

Au cours du débat organisé par France Bleue, TV8 Mt Blanc, le Dauphiné, vendredi 29 février 2008, un des points acquis jusqu’alors était le copiage par M DUPESSEY et M VIGNY de l’idée du réaménagement des trois places au centre d’Annemasse, soutenue depuis 2001 par notre opposition, et reprise dans notre programme. Les bonnes idées sont faites pour être diffusées, et il n’y a pas de copyright sur elles, ni de regrets qu’elles soient adoptées. Au contraire, nous nous félicitons de notre succès ! C’est donc fort logiquement que M VIGNY annonçait qu’il voulait faire des trois places un poumon vert. Mais, après tout s’est gâté. Tout soudain, M VIGNY précisa en fin d’émission que pour lui cela consistait à y installer un palais des congrès, et un ….hôtel de luxe. Un poumon vert-palais-hôtel-de-luxe, en somme.

On se prend à regretter la maison des Stroumpfs.

Une telle réalisation gâcherait le centre de la ville, pour des décennies. Ce serait une erreur.

Il faut gratifier Annemasse d’un espace de respiration, de régénération. Pas d’un hôtel même de luxe, ou d’un Palais, que ce soit un immeuble administratif, refusé massivement par les Annemassiens, ou encore un édifice pour des congrès.

Mais mieux encore. Il faut impérativement soumettre les projets (les vrais, pas les farces), au vote des citoyennes et des citoyens. On voit dans cet écart tout le danger qu’il y a à laisser engager l’avenir par les seuls élus, sans aucune consultation des électeurs, et quelques fois sans réflexion.

la défiance injustifiée envers la démocratie locale, les propositions.

la défiance injustifiée envers la démocratie locale, les propositions.

Il est certain que M DUPESSEY, M BOREL se défient de la démocratie locale. Ils n’admettent de légitimité qu’envers l’élection de représentants, les conseillers municipaux, tous les 6 ans, et ils contestent toute légitimité aux autres modes d’expression de la démocratie locale, par exemple le référendum. M BOREL y voyait lors du débat de 2006 sur l’aménagement des trois places, une prime donnée à la démagogie. Par ailleurs, il a souvent exprimé l’idée que la seule légitimité appartient aux élus qui prennent leurs décisions souveraines sur le conseil avisé de spécialistes.

Cette idée reprise par M DUPESSEY est funeste, et tant lui que M BOREL sont bien conscients de ses limites, et surtout de son manque de fondement démocratique. Aussi et pour tenter de rattraper ce qu’ils ressentent comme difficilement justifiables, ont-ils alors recours à un subterfuge.

Comment faire ?

Leurs réponses sont simples : on met en place une large concertation. Les comités de quartiers, l’agenda 21, etc.

Mais on se souvient de la méthode suivie pour l’implantation de l’immeuble de la 2C2A sur la place du marché couvert. La décision était prise, et pour la faire « passer », alors qu’elle était rejetée par une pétition signée par …. 7000 personnes en quelques jours, ils inventèrent vite fait sur le gaz une concertation bidon en provoquant tout aussi vite fait des réunions dites de concertation qui n’étaient que des réunions d’information.

Ce que je proposais était le référendum.

L’institution existe dans nos lois, les lois de la République. La constitution a même été amendée pour le permettre.

Je réfute l’idée que le référendum sur les trois places par exemple, donnerait une prime à la démagogie. Pourquoi diable ? Il n’y a strictement aucune raison. C’est pourquoi et avec confiance dans le choix des citoyens, et au contraire défiance envers les spécialistes, je propose qu’on soumette systématiquement tous les GRANDS projets au choix des électeurs. S’il s’agit de transformer en profondeur la ville, comme cela est le cas pour l’aménagement de son cœur, alors il faut soumettre le projet à la décision du Souverain, c’est à dire nos concitoyens.

Il faudra donc articuler les options retenues par les élus, pour reprendre l’exemple de l’aménagement des trois places, après un concours ouvert aux meilleurs architectes et urbanistes, au choix du Souverain que sont les électeurs. Les projets concurrents seront soumis, je dis bien soumis, à l’arbitrage des citoyens.

Et il n’y a rien à craindre. Et le référendum n’est pas ennemi de tous les systèmes de concertation. Il apporte sa légitimité aux décisions.

Jean-Piere BENOIST

Notre Programme « Pour Annemasse » – Introduction (1/14)

Avec ses 30 212 habitants sur 4,98 kilomètres carrés, la densité de la population d’Annemasse est la plus forte dans le département.
Annemasse compte 5 839 habitants au kilomètre carré, et même 7 677
habitants au Perrier, soit 3 fois plus que dans le reste de la ville.

Sur le plan de l’architecture, Annemasse présente une diversité nuisible à l’unité. Les immeubles les plus divers de forme, de taille, de matériaux y sont juxtaposés, sans véritable souci esthétique.

Les espaces verts sont insuffisants.

Le soir et les fins de semaine, les Annemassiens quittent leur
ville ; par exemple, ils vont au cinéma à Archamps car il y a une
galerie marchande ouverte et agréable, des restaurants et des bars ; le
stationnement y est facile.
La vie s’arrête les fins de semaine, puisqu’aucun équipement n’est
disponible le dimanche.

Résultat : les Annemassiens quittent leur ville dès
qu’ils le peuvent pour s’installer en d’autres lieux. La population se
renouvelle plus rapidement à Annemasse qu’ailleurs.

NOTRE PROJET MUNICIPAL: INVERSER CE MOUVEMENT
POUR FAIRE D »ANNEMASSE UNE VILLE A PART ENTIERE
avec des emplois, des animations, des logements
et pas seulement une ville à vivre

Suite…

Un urbanisme maîtrisé et ambitieux (2/14)

D’une ville éclatée sans lien, nous voulons en faire une ville
apaisée et cohérente. Notre projet visera à décomprimer les quartiers
trop denses et tissera des liaisons entre tous les quartiers.

Nous voulons mettre la qualité au cœur de l’urbanisme, dans notre
architecture. Par exemple, nous imposerons les principes de la haute
qualité environnementale à toutes les constructions. De même, les
nouvelles constructions devront suivre une charte esthétique précise.

Mettons du vert dans nos rues, de la convivialité dans notre ville.

Suite…

Nouveaux quartiers et quartiers rénovés (3/14)

Trois grands projets en cours doivent être poursuivis, mais améliorés :

– La rénovation du quartier CHABLAIS-GARE est un échec de la
municipalité actuelle nous reprendrons ce dossier pour respecter le
caractère résidentiel quartier et proposer une alternative qui
permettra d’offrir une gamme variée de logements. Faisons de ces 2
hectares en centre-ville un quartier exemplaire du développement
durable, fondé sur l’éco conception et offrant des équipements publics
accessibles à tous :
une aire de jeux couverte pour les plus petits, un cinéma confortable
et bien équipé, des jeux collectifs indoor pour les adolescents.

Nous réaliserons un urbanisme de qualité en mettant tout en œuvre
pour que ce quartier soit vivant, plaisant, chaleureux, animés par des
commerces dynamiques et un espace souterrain de stationnement suffisant
pour le quartier et le commerce.

– La rénovation de LIVRON s’inscrit dans le cadre de la rénovation
urbaine avec le soutien de l’ANRU. Ce projet doit être mené avec les
habitants, dans la plus large concertation possible pour leur assurer
une meilleure qualité de vie.

– La réalisation de l’espace ÉTOILE-GARE irrigué, un jour, par le
CEVA, est dans une impasse.
Ayons de l’ambition pour ce quartier délaissé depuis des décennies.
Notre projet visera la couverture des voies ferrées pour offrir un
urbanisme de qualité.
Dès notre élection, nous ferons une priorité de la recherche
d’investisseurs susceptibles d’installer sur cette zone des entreprises
créatrices d’emplois.
Là encore, nous reprendrons le dossier pour le rendre conforme à notre
projet « Pour Annemasse ».

Suite…

Un cœur de ville vert, solidaire, piétonnier (4/14)

Une ville plus verte : chaque fois que cela sera possible, nous
gagnerons du terrain pour imposer un espace vert, en particulier aux
abords des groupes scolaires.

Bien entendu, nous nous engageons à replanter les arbres des rues
qu’une néfaste politique de minéralisation a supprimés ces dernières
années. S’ils sont malades , nous les remplacerons.

– L’aménagement des « 3 Places » (Marché couvert, Marché/lLibération
et Clémenceau) sera repris pour créer un nouvel espace de vie
collective.

Notre ambition est forte: nous organiserons un concours
international qui nous permettra de présenter le meilleur des projets à
nos concitoyens. Nous LES inviterons à se prononcer par référendum sur
ces projets et à choisir le LEUR. Le projet, qui marquera le cœur de la
cité pendant des décennies, doit être soigneusement réalisé. Il devra
idéalement associer des espaces de respiration, verts et paysagés, à
d’autres fonctions d’animation.

Ces places deviendront un lieu de vie exemplaire, où toutes les générations pourront se retrouver.

– La piétonisation au cœur de la ville : c’est une œuvre inachevée à
Annemasse. Elle n’est ni conviviale, ni commercialement efficace.
Nous voulons un centre ville dans lequel il sera possible de se
déplacer à pieds sans gène et dans l’agrément de trottoirs et de rues
rendus à leur vocation piétonne.

Dans une ville devenue plus propre qu’elle n’est aujourd’hui.

Une concertation réelle et permanente avec les commerçants devra
permettre de définir le meilleur périmètre de piétonisation, en
incluant la place du Clos-Fleury d’un côté, l’avenue de la Gare,
complètement délaissée, de l’autre.

– L’éclairage public de notre ville est un élément de l’esthétique
urbaine : à l’instar de tant de villes, nous repenserons la lumière
afin de créer de l’harmonie, tout en gagnant en efficacité. La lumière
peut-être un art et doit être traitée comme. La lumière est
indispensable à la sécurité de tous.

Suite…

Une qualité de vie durable en ville (5/14)

La qualité de vie en ville, passe par un une harmonisation des
différents espaces de manière équilibrée : stationnement, promenade,
commerces, équipements, etc. Nous voulons réorganiser la ville pour que
chacun puisse se déplacer sans gêne, quelque soit son choix.

– Des parkings souterrains en nombre suffisants : nous devons rattraper 25 ans de retard.

Annemasse manque de places de stationnement : d’abord à l’usage de
ses habitants, mais aussi à l’usage de tous ceux qui viennent dans la
ville et animent, notamment, ses commerces.

Nous poursuivrons les constructions en cours, sans exclure la
réflexion sur l’efficacité des choix. Si nécessaire, nous construirons
d’autres parkings en souterrains, à Chablais Gare ou sous la place du
Clos Fleury pour résoudre la pénurie.

Le coût du stationnement doit être maîtrisé. Il faut réétudier la
gratuité de la première demi-heure et rechercher les possibilités
d’aménager le prix pour les samedis. Ces aménagements passeront par la
négociation avec le concessionnaire des stationnements.

Le stationnement sur les rues, dit de surface, sera plutôt réservé aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées.

– Le plan de circulation automobile : il est dépassé, et est manifestement à revoir,

Chacun peut le constater chaque jour. Entrée et sortir d’Annemasse
doit cesser d’être une épreuve pour tous ceux qui doivent circuler :
les mamans, les artisans, les professionnels, sans oublier les
visiteurs… nous le modifierons pour retrouver des flux automobiles
efficaces.

Nous engagerons l’étude d’un tunnel routier, comme d’autres villes
l’ont déjà réalisé : Marseille, Toulon par exemple, ou encore à nos
portes Annecy. Genève, avant nous, a enterré son autoroute de
contournement.

Un tunnel autoroutier partant des Bois de Rosses et aboutissant à
Gaillard permettra de désengorger le trafic de transit. Sa réalisation
sera étudiée dans le cadre d’un Partenariat Public Privé, formule
moderne de réalisation des équipements structurants qui rend possible
de tels projets sans grever les impôts locaux.

– Le développement des transports en commun : en cohérence avec le
Plan de Déplacement Urbain (PDU) mis en œuvre dans le cadre du SCOT,
nous poursuivrons une politique énergique de développement des
transports en commun.

La hausse des prix des carburants impose une solidarité renforcée en
matière de déplacements des personnes. De même, la lutte contre les
pollutions étant une priorité, le transport commun doit développer, à
Annemasse comme ailleurs, une offre attractive pour les habitants.

Autre engagement : l’attention portée aux modes « doux » de
déplacement, en particulier, le vélo. Le vélo n’est pas simplement un
sport, c’est aussi l’un des meilleurs modes de transport urbain. Mais,
pour cela, il est nécessaire de lui assurer une place identifiée et
sûre dans notre ville, en créant :
– des pistes cyclables sécurisée
– des dispositifs également sécurisés de stationnement des 2 roues.

Suite…

L’environnement et l’écologie urbaine (6/14)

Ces deux domaines seront au centre de nos actions. Pour nous,
l’engagement en faveur du développement durable doit être une réalité
quotidienne, une réalité au service de toutes et de tous, au service de
la planète, mais avant tout, pour la qualité de la vie à Annemasse.

Nous ne considérons pas cet engagement comme un gadget politique,
mais une impérieuse nécessité. L’agenda 21 actuel a permis de dégager
de nombreuses propositions qui seront intégrées dans notre action.

Mais nous voulons agir encore plus en faisant de notre ville un modèle de développement durable, notamment :

– dans l’habitat, favoriser les constructions à énergie positive,
surtout dans les logements aidés ;
– renforcer les efforts de propreté des rues de la ville qui tend à se
dégrader fortement ;
– promouvoir les énergies renouvelables, grâce à un système municipal
d’incitations dans les constructions privées ;
– équiper chaque bâtiment municipal des meilleures techniques
d’économies d’énergie et de systèmes domotiques ;
– préserver notre patrimoine, certes peu développé, mais qui mérite
toute notre attention pour être enfin mis en valeur, comme le Parc –
abandonné – de la Fantasia, l’immeuble « Andrier » ou la Maison Labo
Bosson rue du Chablais, etc.
– développer le très haut débit à Annemasse, (après l’échec de la fibre
optique à Annemasse), ambition qui maintiendra notre cité dans la
compétition économique.

Notre volonté sera sans faille. La volonté politique doit être mise au service de l’écologie pour tous.

Suite…

Un logement pour tous : une vraie réalité (7/14)

La politique du logement social, que nous approuvons, doit avoir de
l’ampleur et de la rigueur. Inscrite dans le cadre du Plan Local
d’Habitat, elle doit faire face à une situation de pénurie de logements
sociaux au sein de l’agglomération, particulièrement dynamique sur le
plan de l’accueil de nouveaux habitants.

A cet égard, l’effort ne doit pas peser sur Annemasse seule et doit être partagé par le reste de l’agglomération.

Si Annemassse compte plus de 24% de logements sociaux, leur
répartition n’est pas satisfaisante, le seul quartier du Perrier en
comptant 70%. Pour mémoire, Vétraz, par exemple, en compte moins de 9%.

L’effort doit donc tendre à rééquilibrer la répartition des
logements, tant à l’intérieur de l’agglomération qu’à l’intérieur
d’Annemasse.

De même, au sein de notre ville, nous devons rééquilibrer l’offre de
logements sociaux en développant l’accession sociale à la propriété. Un
objectif essentiel est d’aménager pour chacun un parcours résidentiel
qui facilite le passage à une meilleure qualité de vie et de logement,
au fur et à mesure de l’évolution de sa vie.

Suite…

Une solidarité affirmée, mais rationnalisée (8/14)

Nous réaffirmons que la solidarité est un principe fondamental et
fondateur de notre engagement politique, et notre engagement est
d’abord celui de la continuité.

Nous voulons une ville solidaire, mais aussi que l’effort collectif soit géré avec rationalité.

– Le volet social = l’insertion pour tous

Nous devons rechercher avec l’ANPE et les missions locales pour
l’emploi, tous les moyens pour prévenir la marginalisation des plus
fragiles.

Plus largement, améliorons l’efficacité des interventions sociales
en regroupant les services et les structures, afin de faciliter la
coordination des actions.
La réalisation d’une Maison Sociale où les services, les associations
et les antennes locales seront rassemblés, permettra leur coordination.

– Le volet éducatif : des services pour les jeunes

Le plan communal pour la jeunesse sera repensé pour mettre davantage
l’accent sur la coordination des actions éducatives en continuité avec
l’école.

Avec les enseignants, la ville soutiendra toutes les initiatives visant à renforcer l’aide aux enfants scolarisés.

Notre ambition est de donner une vraie égalité des chances à tous
les enfants de la ville avec un soutien scolaire renforcé et effectif
et la proposition d’un « contrat municipal d’aide parentale », en fait
partie. Ce contrat visera à encadrer les enfants en passe d’être
marginalisés dans la société, afin de leur permettre d’intégrer des
pratiques sportives renforcées.

Un effort sera fait pour la coordination des temps éducatifs et des
temps sportifs, en adaptant les horaires d’ouverture des structures aux
jeunes et à tous les pratiquants des sports.

L’Ecole, fondement même de l’Education, est au cœur de nos priorités!

Les enseignants, éducateurs, parents ou acteurs bénévoles en charge
de responsabilités au sein d’associations de parents d’élèves, ont tous
un rôle important à jouer.

Nous veillerons à la paix sociale entre les Ecoles Publiques et
Privées par une écoute et un dialogue permanent avec toute la
communauté éducative, dans le respect de toute la législation
applicable.

Pour les plus âgés, nous savons que, parfois, la scolarité est
difficile et que tous ses fruits ne peuvent être récoltés. Mais cela ne
doit pas être une situation définitive. Une solution existe : l’école
de la seconde chance. Annemasse soutiendra ce projet et en fera une de
ses priorités.

Nous affirmons aussi notre volonté de rechercher et de favoriser
l’implantation d’enseignements supérieurs techniques modernes, pour que
les jeunes bacheliers annemassiens restent sur place.

– Une solidarité » active avec les seniors

C’est un fait sociologique que les personnes âgées rejoignent
souvent le centre ville. Ils doivent y trouver toute leur place par des
initiatives solidaires, comme le restaurant ou le portage des repas à
domicile qui restent une priorité.

– Les handicapés : vivre dans la ville

Rendre la ville plus accessible aux personnes handicapées ne
nécessite pas d’importants efforts. Alors, faisons les ! Avec les
associations concernées, nous voulons mettre au point « un plan accès
handicap » : abaissement des trottoirs, guidage des rues, etc.

Suite…

L’action culturelle diversifiée (10/14)

Compte tenu de sa situation géographique, de son rôle de ville
centre de l’agglomération haut-savoyarde, Annemasse poursuivra ses
efforts culturels par le soutien au complexe de Château-Rouge, avec le
souci d’ouvrir à tous les publics la programmation souvent trop
spécialisée, en respectant son cahier des charges.

Nous développerons fortement la bibliothèque de notre ville et la compléterons par une médiathèque, digne de notre ville.

L’action culturelle doit nous ouvrir sur le monde et l’échange des cultures. Toutes les actions dans ce sens seront soutenues.

Le travail des MJC est exemplaire ! Nous le poursuivrons, en pleine concertation avec les responsables de quartier.

Suite…

Le sport pour tous (11/14)

Annemasse sera une ville sportive, qui prendra soin de ses équipes, de ses clubs et de ses sportifs.

Nous favoriserons l’accès aux clubs à toutes les personnes désirant
pratiquer un sport, en aidant celles dont les ressources sont faibles.
Les horaires d’ouverture doivent être revus pour favoriser les
pratiques sportives de chacun, y compris le dimanche. C’est un choix,
nous le ferons.

Nous avons la volonté d’améliorer les pratiques sportives, y compris
avec une offre renforcée pour les seniors à travers un contrat
municipal « le sport pour tous ».

Nous soutiendrons les sportifs annemassiens de haut niveau par des aides appropriées.

Le cas particulier de la piscine doit être étudié avec attention.
Les travaux nécessaires à la réhabilitation de la piscine seront
entrepris pour respecter la décision prise au niveau intercommunal.

Suite…

La démocratie locale permanente (12/14)

La démocratie locale ne doit pas se résumer à la convocation des
électeurs tous les 6 ans, entre les échéances électorales, à leur
consultation lointaine, médiatisée par des agendas 21 ou toute autre
forme d’information municipale.

La démocratie locale doit connaître d’autres temps forts. Par
exemple, à l’occasion des grandes décisions d’urbanisme, il est clair
que la consultation du corps électoral par la voie d’un référendum,
comme nous l’avons vainement proposé au conseil municipal, constituera
une formidable avancée.

Les élus doivent être à l’écoute de la population : des permanences
seront tenues dans les quartiers, Romagny et Sous-Cassan, le Brouaz, le
Perrier, le Vernand, régulièrement.

Une salle sera mise à disposition pour que la permanence ne soit pas seulement une rencontre sur un trottoir.

Suite…

Valoriser les services municipaux (13/14)

Les services municipaux sont un des éléments clés de la démocratie
locale. Sous la direction du directeur général, les fonctionnaires
territoriaux et les non titulaires doivent pouvoir exercer leur métier
dans de bonnes conditions.

Cela veut dire que les élus devront d’abord étudier les
fonctionnements et analyser toutes les voies d’améliorations possibles,
pour cultiver l’esprit de service public qui déjà anime chaque agent.
Nous mettrons tout en œuvre pour réaliser notre objectif d’un service
public de qualité, valorisé et valorisant.

Il est important pour nous que l’adjoint en charge du personnel
communal, puisse rencontrer les agents, dès son installation. Il doit
également rencontrer les représentants syndicaux, y compris dans le
cadre des structures existantes.

Notre ambition vise à valoriser les services et leur savoir-faire
pour le bien-être quotidien de la population. Parallèlement, la
fonction publique territoriale doit attirer des jeunes, si elle veut se
pérenniser. Elle doit donc s’exposer, faire valoir ses atouts, ses
nouveaux métiers. Tels seront les objectifs des journées portes
ouvertes « spécial mairie » que nous souhaitons organiser chaque année.

Sur le plan social, des efforts existent et seront poursuivis : ceci est notre engagement.

Mais, à l’heure où le pouvoir d’achat est une inquiétude majeure des
Français, il nous appartient aussi d’y répondre à l’intérieur de la
mairie. L’attribution de titres de déjeuner nous semble être un des
outils les plus performants pour aider les agents. A raison d’un ticket
par jour effectif de travail, c’est là une avancée sociale nécessaire
pour tous.

Des élus à l’écoute, telle est notre ambition pour le personnel communal d’Annemasse.

Suite…

Des finances locales rigoureuses (14/14)

Notre programme est ambitieux. Mais nous n’avons pas l’intention
d’alourdir le budget de la ville d’Annemasse, bien au contraire !

Nous prenons l’engagement de limiter la hausse des impôts à la
hausse automatique liée aux valeurs locatives, fixée par l’Etat : c’est
un engagement politique. L’impôt, même si les taux sont relativement
modestes à Annemasse, ne doit plus être une variable d’ajustement en
fonction des dépenses.

Nous réaffirmons ferment notre volonté d’assurer la même qualité de
service public à un coût maîtrisé en refusant tout alourdissement des
impôts locaux.

Notre Programme « Pour Annemasse »

Avec ses 30 212 habitants sur 4,98 kilomètres carrés, la densité de la population d’Annemasse est la plus forte dans le département.
Annemasse compte 5 839 habitants au kilomètre carré, et même 7 677
habitants au Perrier, soit 3 fois plus que dans le reste de la ville.

Sur le plan de l’architecture, Annemasse présente une diversité nuisible à l’unité. Les immeubles les plus divers de forme, de taille, de matériaux y sont juxtaposés, sans véritable souci esthétique.

Les espaces verts sont insuffisants.

Le soir et les fins de semaine, les Annemassiens quittent leur
ville ; par exemple, ils vont au cinéma à Archamps car il y a une
galerie marchande ouverte et agréable, des restaurants et des bars ; le
stationnement y est facile.
La vie s’arrête les fins de semaine, puisqu’aucun équipement n’est
disponible le dimanche.

Résultat : les Annemassiens quittent leur ville dès
qu’ils le peuvent pour s’installer en d’autres lieux. La population se
renouvelle plus rapidement à Annemasse qu’ailleurs.

NOTRE PROJET MUNICIPAL: INVERSER CE MOUVEMENT
POUR FAIRE D »ANNEMASSE UNE VILLE A PART ENTIERE
avec des emplois, des animations, des logements
et pas seulement une ville à vivre

Un urbanisme maîtrisé et ambitieux

D’une ville éclatée sans lien, nous voulons en faire une ville
apaisée et cohérente. Notre projet visera à décomprimer les quartiers
trop denses et tissera des liaisons entre tous les quartiers.

Nous voulons mettre la qualité au cœur de l’urbanisme, dans notre
architecture. Par exemple, nous imposerons les principes de la haute
qualité environnementale à toutes les constructions. De même, les
nouvelles constructions devront suivre une charte esthétique précise.

Mettons du vert dans nos rues, de la convivialité dans notre ville.

Nouveaux quartiers et quartiers rénovés

Trois grands projets en cours doivent être poursuivis, mais améliorés :

– La rénovation du quartier CHABLAIS-GARE est un échec de la
municipalité actuelle nous reprendrons ce dossier pour respecter le
caractère résidentiel quartier et proposer une alternative qui
permettra d’offrir une gamme variée de logements. Faisons de ces 2
hectares en centre-ville un quartier exemplaire du développement
durable, fondé sur l’éco conception et offrant des équipements publics
accessibles à tous :
une aire de jeux couverte pour les plus petits, un cinéma confortable
et bien équipé, des jeux collectifs indoor pour les adolescents.

Nous réaliserons un urbanisme de qualité en mettant tout en œuvre
pour que ce quartier soit vivant, plaisant, chaleureux, animés par des
commerces dynamiques et un espace souterrain de stationnement suffisant
pour le quartier et le commerce.

– La rénovation de LIVRON s’inscrit dans le cadre de la rénovation
urbaine avec le soutien de l’ANRU. Ce projet doit être mené avec les
habitants, dans la plus large concertation possible pour leur assurer
une meilleure qualité de vie.

– La réalisation de l’espace ÉTOILE-GARE irrigué, un jour, par le
CEVA, est dans une impasse.
Ayons de l’ambition pour ce quartier délaissé depuis des décennies.
Notre projet visera la couverture des voies ferrées pour offrir un
urbanisme de qualité.
Dès notre élection, nous ferons une priorité de la recherche
d’investisseurs susceptibles d’installer sur cette zone des entreprises
créatrices d’emplois.
Là encore, nous reprendrons le dossier pour le rendre conforme à notre
projet « Pour Annemasse ».

Un cœur de ville vert, solidaire, piétonnier

Une ville plus verte : chaque fois que cela sera possible, nous
gagnerons du terrain pour imposer un espace vert, en particulier aux
abords des groupes scolaires.

Bien entendu, nous nous engageons à replanter les arbres des rues
qu’une néfaste politique de minéralisation a supprimés ces dernières
années. S’ils sont malades , nous les remplacerons.

– L’aménagement des « 3 Places » (Marché couvert, Marché/lLibération
et Clémenceau) sera repris pour créer un nouvel espace de vie
collective.

Notre ambition est forte: nous organiserons un concours
international qui nous permettra de présenter le meilleur des projets à
nos concitoyens. Nous LES inviterons à se prononcer par référendum sur
ces projets et à choisir le LEUR. Le projet, qui marquera le cœur de la
cité pendant des décennies, doit être soigneusement réalisé. Il devra
idéalement associer des espaces de respiration, verts et paysagés, à
d’autres fonctions d’animation.

Ces places deviendront un lieu de vie exemplaire, où toutes les générations pourront se retrouver.

– La piétonisation au cœur de la ville : c’est une œuvre inachevée à
Annemasse. Elle n’est ni conviviale, ni commercialement efficace.
Nous voulons un centre ville dans lequel il sera possible de se
déplacer à pieds sans gène et dans l’agrément de trottoirs et de rues
rendus à leur vocation piétonne.

Dans une ville devenue plus propre qu’elle n’est aujourd’hui.

Une concertation réelle et permanente avec les commerçants devra
permettre de définir le meilleur périmètre de piétonisation, en
incluant la place du Clos-Fleury d’un côté, l’avenue de la Gare,
complètement délaissée, de l’autre.

– L’éclairage public de notre ville est un élément de l’esthétique
urbaine : à l’instar de tant de villes, nous repenserons la lumière
afin de créer de l’harmonie, tout en gagnant en efficacité. La lumière
peut-être un art et doit être traitée comme. La lumière est
indispensable à la sécurité de tous.

Une qualité de vie durable en ville

La qualité de vie en ville, passe par un une harmonisation des
différents espaces de manière équilibrée : stationnement, promenade,
commerces, équipements, etc. Nous voulons réorganiser la ville pour que
chacun puisse se déplacer sans gêne, quelque soit son choix.

– Des parkings souterrains en nombre suffisants : nous devons rattraper 25 ans de retard.

Annemasse manque de places de stationnement : d’abord à l’usage de
ses habitants, mais aussi à l’usage de tous ceux qui viennent dans la
ville et animent, notamment, ses commerces.

Nous poursuivrons les constructions en cours, sans exclure la
réflexion sur l’efficacité des choix. Si nécessaire, nous construirons
d’autres parkings en souterrains, à Chablais Gare ou sous la place du
Clos Fleury pour résoudre la pénurie.

Le coût du stationnement doit être maîtrisé. Il faut réétudier la
gratuité de la première demi-heure et rechercher les possibilités
d’aménager le prix pour les samedis. Ces aménagements passeront par la
négociation avec le concessionnaire des stationnements.

Le stationnement sur les rues, dit de surface, sera plutôt réservé aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées.

– Le plan de circulation automobile : il est dépassé, et est manifestement à revoir,

Chacun peut le constater chaque jour. Entrée et sortir d’Annemasse
doit cesser d’être une épreuve pour tous ceux qui doivent circuler :
les mamans, les artisans, les professionnels, sans oublier les
visiteurs… nous le modifierons pour retrouver des flux automobiles
efficaces.

Nous engagerons l’étude d’un tunnel routier, comme d’autres villes
l’ont déjà réalisé : Marseille, Toulon par exemple, ou encore à nos
portes Annecy. Genève, avant nous, a enterré son autoroute de
contournement.

Un tunnel autoroutier partant des Bois de Rosses et aboutissant à
Gaillard permettra de désengorger le trafic de transit. Sa réalisation
sera étudiée dans le cadre d’un Partenariat Public Privé, formule
moderne de réalisation des équipements structurants qui rend possible
de tels projets sans grever les impôts locaux.

– Le développement des transports en commun : en cohérence avec le
Plan de Déplacement Urbain (PDU) mis en œuvre dans le cadre du SCOT,
nous poursuivrons une politique énergique de développement des
transports en commun.

La hausse des prix des carburants impose une solidarité renforcée en
matière de déplacements des personnes. De même, la lutte contre les
pollutions étant une priorité, le transport commun doit développer, à
Annemasse comme ailleurs, une offre attractive pour les habitants.

Autre engagement : l’attention portée aux modes « doux » de
déplacement, en particulier, le vélo. Le vélo n’est pas simplement un
sport, c’est aussi l’un des meilleurs modes de transport urbain. Mais,
pour cela, il est nécessaire de lui assurer une place identifiée et
sûre dans notre ville, en créant :
– des pistes cyclables sécurisée
– des dispositifs également sécurisés de stationnement des 2 roues.

L’environnement et l’écologie urbaine

Ces deux domaines seront au centre de nos actions. Pour nous,
l’engagement en faveur du développement durable doit être une réalité
quotidienne, une réalité au service de toutes et de tous, au service de
la planète, mais avant tout, pour la qualité de la vie à Annemasse.

Nous ne considérons pas cet engagement comme un gadget politique,
mais une impérieuse nécessité. L’agenda 21 actuel a permis de dégager
de nombreuses propositions qui seront intégrées dans notre action.

Mais nous voulons agir encore plus en faisant de notre ville un modèle de développement durable, notamment :

– dans l’habitat, favoriser les constructions à énergie positive,
surtout dans les logements aidés ;
– renforcer les efforts de propreté des rues de la ville qui tend à se
dégrader fortement ;
– promouvoir les énergies renouvelables, grâce à un système municipal
d’incitations dans les constructions privées ;
– équiper chaque bâtiment municipal des meilleures techniques
d’économies d’énergie et de systèmes domotiques ;
– préserver notre patrimoine, certes peu développé, mais qui mérite
toute notre attention pour être enfin mis en valeur, comme le Parc –
abandonné – de la Fantasia, l’immeuble « Andrier » ou la Maison Labo
Bosson rue du Chablais, etc.
– développer le très haut débit à Annemasse, (après l’échec de la fibre
optique à Annemasse), ambition qui maintiendra notre cité dans la
compétition économique.

Notre volonté sera sans faille. La volonté politique doit être mise au service de l’écologie pour tous.

Un logement pour tous : une vraie réalité

La politique du logement social, que nous approuvons, doit avoir de
l’ampleur et de la rigueur. Inscrite dans le cadre du Plan Local
d’Habitat, elle doit faire face à une situation de pénurie de logements
sociaux au sein de l’agglomération, particulièrement dynamique sur le
plan de l’accueil de nouveaux habitants.

A cet égard, l’effort ne doit pas peser sur Annemasse seule et doit être partagé par le reste de l’agglomération.

Si Annemassse compte plus de 24% de logements sociaux, leur
répartition n’est pas satisfaisante, le seul quartier du Perrier en
comptant 70%. Pour mémoire, Vétraz, par exemple, en compte moins de 9%.

L’effort doit donc tendre à rééquilibrer la répartition des
logements, tant à l’intérieur de l’agglomération qu’à l’intérieur
d’Annemasse.

De même, au sein de notre ville, nous devons rééquilibrer l’offre de
logements sociaux en développant l’accession sociale à la propriété. Un
objectif essentiel est d’aménager pour chacun un parcours résidentiel
qui facilite le passage à une meilleure qualité de vie et de logement,
au fur et à mesure de l’évolution de sa vie.

Une solidarité affirmée, mais rationnalisée

Nous réaffirmons que la solidarité est un principe fondamental et
fondateur de notre engagement politique, et notre engagement est
d’abord celui de la continuité.

Nous voulons une ville solidaire, mais aussi que l’effort collectif soit géré avec rationalité.

– Le volet social = l’insertion pour tous

Nous devons rechercher avec l’ANPE et les missions locales pour
l’emploi, tous les moyens pour prévenir la marginalisation des plus
fragiles.

Plus largement, améliorons l’efficacité des interventions sociales
en regroupant les services et les structures, afin de faciliter la
coordination des actions.
La réalisation d’une Maison Sociale où les services, les associations
et les antennes locales seront rassemblés, permettra leur coordination.

– Le volet éducatif : des services pour les jeunes

Le plan communal pour la jeunesse sera repensé pour mettre davantage
l’accent sur la coordination des actions éducatives en continuité avec
l’école.

Avec les enseignants, la ville soutiendra toutes les initiatives visant à renforcer l’aide aux enfants scolarisés.

Notre ambition est de donner une vraie égalité des chances à tous
les enfants de la ville avec un soutien scolaire renforcé et effectif
et la proposition d’un « contrat municipal d’aide parentale », en fait
partie. Ce contrat visera à encadrer les enfants en passe d’être
marginalisés dans la société, afin de leur permettre d’intégrer des
pratiques sportives renforcées.

Un effort sera fait pour la coordination des temps éducatifs et des
temps sportifs, en adaptant les horaires d’ouverture des structures aux
jeunes et à tous les pratiquants des sports.

L’Ecole, fondement même de l’Education, est au cœur de nos priorités!

Les enseignants, éducateurs, parents ou acteurs bénévoles en charge
de responsabilités au sein d’associations de parents d’élèves, ont tous
un rôle important à jouer.

Nous veillerons à la paix sociale entre les Ecoles Publiques et
Privées par une écoute et un dialogue permanent avec toute la
communauté éducative, dans le respect de toute la législation
applicable.

Pour les plus âgés, nous savons que, parfois, la scolarité est
difficile et que tous ses fruits ne peuvent être récoltés. Mais cela ne
doit pas être une situation définitive. Une solution existe : l’école
de la seconde chance. Annemasse soutiendra ce projet et en fera une de
ses priorités.

Nous affirmons aussi notre volonté de rechercher et de favoriser
l’implantation d’enseignements supérieurs techniques modernes, pour que
les jeunes bacheliers annemassiens restent sur place.

– Une solidarité » active avec les seniors

C’est un fait sociologique que les personnes âgées rejoignent
souvent le centre ville. Ils doivent y trouver toute leur place par des
initiatives solidaires, comme le restaurant ou le portage des repas à
domicile qui restent une priorité.

– Les handicapés : vivre dans la ville

Rendre la ville plus accessible aux personnes handicapées ne
nécessite pas d’importants efforts. Alors, faisons les ! Avec les
associations concernées, nous voulons mettre au point « un plan accès
handicap » : abaissement des trottoirs, guidage des rues, etc.

La sécurité assurée en ville

– Les actions de prévention

L’action du service de prévention sera poursuivie car elle montre
des résultats encourageants. La médiation et l’alerte éducative qui
permettent de reconnaître les jeunes en difficulté d’adaptation doivent
se conjuguer et se coordonner avec tous les autres relais dans une
graduation raisonnable des réponses jusqu’aux sanctions.

– Le redéploiement de la police municipale

La police municipale est un facteur majeur pour prévenir les
difficultés, surveiller les zones sensibles. Elle sera orientée plus
activement vers ces missions importantes, en utilisant notamment toutes
les ressources de la technologie comme la vidéo surveillance dont les
résultats sont probants dans toutes les villes qui l’utilisent.

L’action culturelle diversifiée

Compte tenu de sa situation géographique, de son rôle de ville
centre de l’agglomération haut-savoyarde, Annemasse poursuivra ses
efforts culturels par le soutien au complexe de Château-Rouge, avec le
souci d’ouvrir à tous les publics la programmation souvent trop
spécialisée, en respectant son cahier des charges.

Nous développerons fortement la bibliothèque de notre ville et la compléterons par une médiathèque, digne de notre ville.

L’action culturelle doit nous ouvrir sur le monde et l’échange des cultures. Toutes les actions dans ce sens seront soutenues.

Le travail des MJC est exemplaire ! Nous le poursuivrons, en pleine concertation avec les responsables de quartier.

Le sport pour tous

Annemasse sera une ville sportive, qui prendra soin de ses équipes, de ses clubs et de ses sportifs.

Nous favoriserons l’accès aux clubs à toutes les personnes désirant
pratiquer un sport, en aidant celles dont les ressources sont faibles.
Les horaires d’ouverture doivent être revus pour favoriser les
pratiques sportives de chacun, y compris le dimanche. C’est un choix,
nous le ferons.

Nous avons la volonté d’améliorer les pratiques sportives, y compris
avec une offre renforcée pour les seniors à travers un contrat
municipal « le sport pour tous ».

Nous soutiendrons les sportifs annemassiens de haut niveau par des aides appropriées.

Le cas particulier de la piscine doit être étudié avec attention.
Les travaux nécessaires à la réhabilitation de la piscine seront
entrepris pour respecter la décision prise au niveau intercommunal.

La démocratie locale permanente

La démocratie locale ne doit pas se résumer à la convocation des
électeurs tous les 6 ans, entre les échéances électorales, à leur
consultation lointaine, médiatisée par des agendas 21 ou toute autre
forme d’information municipale.

La démocratie locale doit connaître d’autres temps forts. Par
exemple, à l’occasion des grandes décisions d’urbanisme, il est clair
que la consultation du corps électoral par la voie d’un référendum,
comme nous l’avons vainement proposé au conseil municipal, constituera
une formidable avancée.

Les élus doivent être à l’écoute de la population : des permanences
seront tenues dans les quartiers, Romagny et Sous-Cassan, le Brouaz, le
Perrier, le Vernand, régulièrement.

Une salle sera mise à disposition pour que la permanence ne soit pas seulement une rencontre sur un trottoir.

Valoriser les services municipaux

Les services municipaux sont un des éléments clés de la démocratie
locale. Sous la direction du directeur général, les fonctionnaires
territoriaux et les non titulaires doivent pouvoir exercer leur métier
dans de bonnes conditions.

Cela veut dire que les élus devront d’abord étudier les
fonctionnements et analyser toutes les voies d’améliorations possibles,
pour cultiver l’esprit de service public qui déjà anime chaque agent.
Nous mettrons tout en œuvre pour réaliser notre objectif d’un service
public de qualité, valorisé et valorisant.

Il est important pour nous que l’adjoint en charge du personnel
communal, puisse rencontrer les agents, dès son installation. Il doit
également rencontrer les représentants syndicaux, y compris dans le
cadre des structures existantes.

Notre ambition vise à valoriser les services et leur savoir-faire
pour le bien-être quotidien de la population. Parallèlement, la
fonction publique territoriale doit attirer des jeunes, si elle veut se
pérenniser. Elle doit donc s’exposer, faire valoir ses atouts, ses
nouveaux métiers. Tels seront les objectifs des journées portes
ouvertes « spécial mairie » que nous souhaitons organiser chaque année.

Sur le plan social, des efforts existent et seront poursuivis : ceci est notre engagement.

Mais, à l’heure où le pouvoir d’achat est une inquiétude majeure des
Français, il nous appartient aussi d’y répondre à l’intérieur de la
mairie. L’attribution de titres de déjeuner nous semble être un des
outils les plus performants pour aider les agents. A raison d’un ticket
par jour effectif de travail, c’est là une avancée sociale nécessaire
pour tous.

Des élus à l’écoute, telle est notre ambition pour le personnel communal d’Annemasse.

Des finances locales rigoureuses

Notre programme est ambitieux. Mais nous n’avons pas l’intention
d’alourdir le budget de la ville d’Annemasse, bien au contraire !

Nous prenons l’engagement de limiter la hausse des impôts à la
hausse automatique liée aux valeurs locatives, fixée par l’Etat : c’est
un engagement politique. L’impôt, même si les taux sont relativement
modestes à Annemasse, ne doit plus être une variable d’ajustement en
fonction des dépenses.

Nous réaffirmons ferment notre volonté d’assurer la même qualité de
service public à un coût maîtrisé en refusant tout alourdissement des
impôts locaux.

Communiqué de presse du 12 février 2008

Annemasse, le 12 février 2008

La liste « Pour Annemasse » conduite par Jean-Pierre Benoist avec Anne Michel sera présentée le lundi 18 février 2008 à 19h00 à la salle Martin Luther King.

Anne Michel et Jean-Pierre Benoist « Pour Annemasse »

A l’occasion de ce rendez-vous avec les annemassiennes et les annemassiens, le programme sera développé.

Jean-Pierre Benoist – Anne Michel – Louis Mermet
06 33 92 11 46
contact@pour-annemasse.fr
www.pour-annemasse.fr

Pour télécharger ce communiqué au format pdf : cliquer ici

Bilan des rencontres

La réunion au Perrier a été un franc succès. Les échanges avec ceux qui sont venus à notre invitation nous ont enrichi. L’essentiel nous paraît aujourd’hui de répondre à l’attente d’une amélioration des petites choses qui font le plaisir de vivre. Par exemple l’ouverture à des équipements existants quand les personnes sont disponibles pour les utiliser. Ce qui impliquera une redéfinition des horaires, dans une concertation nécessaire avec l’ensemble des acteurs, bénévoles et professionnels, concernés.

La liaison entre le quartier du Perrier et le reste de la ville doit être renforcée. À cet égard nous réaffirmons la nécessité de réaliser le boulevard urbain, en l’aménageant de telle sorte qu’il ne constitue pas une coupure.

La réunion à Romagny nous apporte la confirmation de la nécessité de préserver des dimensions humaines à notre cité, en évitant qu’elle ne se transforme en un Manhattan, même en réduction. C’est aussi la nécessité du renforcement des liaisons par les transports en commun et par les autres modes de circulation qui se manifeste, comme d’ailleurs au Perrier.

Notre programme

Sur le plan de l’architecture, Annemasse présente une diversité nuisible à l’unité. Les immeubles les plus divers de forme, de taille, de matériaux y sont juxtaposés, sans véritable souci esthétique.

Les espaces verts sont insuffisants.

Le soir et les fins de semaine, les Annemassiens quittent leur ville ; par exemple, ils vont au cinéma à Archamps car il y a une galerie marchande ouverte et agréable, des restaurants et des bars ; le stationnement y est facile.
La vie s’arrête les fins de semaine, puisqu’aucun équipement n’est disponible le dimanche.

Résultat : les Annemassiens quittent leur ville dès qu’ils le peuvent pour s’installer en d’autres lieux. La population se renouvelle plus rapidement à Annemasse qu’ailleurs.

NOTRE PROJET MUNICIPAL: INVERSER CE MOUVEMENT
POUR FAIRE D »ANNEMASSE UNE VILLE A PART ENTIERE
avec des emplois, des animations, des logements
et pas seulement une ville à vivre

Un urbanisme maîtrisé et ambitieux

D’une ville éclatée sans lien, nous voulons en faire une ville apaisée et cohérente. Notre projet visera à décomprimer les quartiers trop denses et tissera des liaisons entre tous les quartiers.

Nous voulons mettre la qualité au cœur de l’urbanisme, dans notre architecture. Par exemple, nous imposerons les principes de la haute qualité environnementale à toutes les constructions. De même, les nouvelles constructions devront suivre une charte esthétique précise.

Mettons du vert dans nos rues, de la convivialité dans notre ville.

Nouveaux quartiers et quartiers rénovés

Trois grands projets en cours doivent être poursuivis, mais améliorés :

– La rénovation du quartier CHABLAIS-GARE est un échec de la municipalité actuelle nous reprendrons ce dossier pour respecter le caractère résidentiel quartier et proposer une alternative qui permettra d’offrir une gamme variée de logements. Faisons de ces 2 hectares en centre-ville un quartier exemplaire du développement durable, fondé sur l’éco conception et offrant des équipements publics accessibles à tous :
une aire de jeux couverte pour les plus petits, un cinéma confortable et bien équipé, des jeux collectifs indoor pour les adolescents.

Nous réaliserons un urbanisme de qualité en mettant tout en œuvre pour que ce quartier soit vivant, plaisant, chaleureux, animés par des commerces dynamiques et un espace souterrain de stationnement suffisant pour le quartier et le commerce.

– La rénovation de LIVRON s’inscrit dans le cadre de la rénovation urbaine avec le soutien de l’ANRU. Ce projet doit être mené avec les habitants, dans la plus large concertation possible pour leur assurer une meilleure qualité de vie.

– La réalisation de l’espace ÉTOILE-GARE irrigué, un jour, par le CEVA, est dans une impasse.
Ayons de l’ambition pour ce quartier délaissé depuis des décennies. Notre projet visera la couverture des voies ferrées pour offrir un urbanisme de qualité.
Dès notre élection, nous ferons une priorité de la recherche d’investisseurs susceptibles d’installer sur cette zone des entreprises créatrices d’emplois.
Là encore, nous reprendrons le dossier pour le rendre conforme à notre projet « Pour Annemasse ».

Un cœur de ville vert, solidaire, piétonnier

Une ville plus verte : chaque fois que cela sera possible, nous gagnerons du terrain pour imposer un espace vert, en particulier aux abords des groupes scolaires.

Bien entendu, nous nous engageons à replanter les arbres des rues qu’une néfaste politique de minéralisation a supprimés ces dernières années. S’ils sont malades , nous les remplacerons.

– L’aménagement des « 3 Places » (Marché couvert, Marché/lLibération et Clémenceau) sera repris pour créer un nouvel espace de vie collective.

Notre ambition est forte: nous organiserons un concours international qui nous permettra de présenter le meilleur des projets à nos concitoyens. Nous LES inviterons à se prononcer par référendum sur ces projets et à choisir le LEUR. Le projet, qui marquera le cœur de la cité pendant des décennies, doit être soigneusement réalisé. Il devra idéalement associer des espaces de respiration, verts et paysagés, à d’autres fonctions d’animation.

Ces places deviendront un lieu de vie exemplaire, où toutes les générations pourront se retrouver.

– La piétonisation au cœur de la ville : c’est une œuvre inachevée à Annemasse. Elle n’est ni conviviale, ni commercialement efficace.

Nous voulons un centre ville dans lequel il sera possible de se déplacer à pieds sans gène et dans l’agrément de trottoirs et de rues rendus à leur vocation piétonne.

Dans une ville devenue plus propre qu’elle n’est aujourd’hui.

Une concertation réelle et permanente avec les commerçants devra permettre de définir le meilleur périmètre de piétonisation, en incluant la place du Clos-Fleury d’un côté, l’avenue de la Gare, complètement délaissée, de l’autre.

– L’éclairage public de notre ville est un élément de l’esthétique urbaine : à l’instar de tant de villes, nous repenserons la lumière afin de créer de l’harmonie, tout en gagnant en efficacité. La lumière peut-être un art et doit être traitée comme. La lumière est indispensable à la sécurité de tous.

Une qualité de vie durable en ville

La qualité de vie en ville, passe par un une harmonisation des différents espaces de manière équilibrée : stationnement, promenade, commerces, équipements, etc. Nous voulons réorganiser la ville pour que chacun puisse se déplacer sans gêne, quelque soit son choix.

– Des parkings souterrains en nombre suffisants : nous devons rattraper 25 ans de retard.

Annemasse manque de places de stationnement : d’abord à l’usage de ses habitants, mais aussi à l’usage de tous ceux qui viennent dans la ville et animent, notamment, ses commerces.

Nous poursuivrons les constructions en cours, sans exclure la réflexion sur l’efficacité des choix. Si nécessaire, nous construirons d’autres parkings en souterrains, à Chablais Gare ou sous la place du Clos Fleury pour résoudre la pénurie.

Le coût du stationnement doit être maîtrisé. Il faut réétudier la gratuité de la première demi-heure et rechercher les possibilités d’aménager le prix pour les samedis. Ces aménagements passeront par la négociation avec le concessionnaire des stationnements.

Le stationnement sur les rues, dit de surface, sera plutôt réservé aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées.

– Le plan de circulation automobile : il est dépassé, et est manifestement à revoir,

Chacun peut le constater chaque jour. Entrée et sortir d’Annemasse doit cesser d’être une épreuve pour tous ceux qui doivent circuler : les mamans, les artisans, les professionnels, sans oublier les visiteurs… nous le modifierons pour retrouver des flux automobiles efficaces.

Nous engagerons l’étude d’un tunnel routier, comme d’autres villes l’ont déjà réalisé : Marseille, Toulon par exemple, ou encore à nos portes Annecy. Genève, avant nous, a enterré son autoroute de contournement.

Un tunnel autoroutier partant des Bois de Rosses et aboutissant à Gaillard permettra de désengorger le trafic de transit. Sa réalisation sera étudiée dans le cadre d’un Partenariat Public Privé, formule moderne de réalisation des équipements structurants qui rend possible de tels projets sans grever les impôts locaux.

– Le développement des transports en commun : en cohérence avec le Plan de Déplacement Urbain (PDU) mis en œuvre dans le cadre du SCOT, nous poursuivrons une politique énergique de développement des transports en commun.

La hausse des prix des carburants impose une solidarité renforcée en matière de déplacements des personnes. De même, la lutte contre les pollutions étant une priorité, le transport commun doit développer, à Annemasse comme ailleurs, une offre attractive pour les habitants.

Autre engagement : l’attention portée aux modes « doux » de déplacement, en particulier, le vélo. Le vélo n’est pas simplement un sport, c’est aussi l’un des meilleurs modes de transport urbain. Mais, pour cela, il est nécessaire de lui assurer une place identifiée et sûre dans notre ville, en créant :
– des pistes cyclables sécurisée
– des dispositifs également sécurisés de stationnement des 2 roues.

L’environnement et l’écologie urbaine

Ces deux domaines seront au centre de nos actions. Pour nous, l’engagement en faveur du développement durable doit être une réalité quotidienne, une réalité au service de toutes et de tous, au service de la planète, mais avant tout, pour la qualité de la vie à Annemasse.

Nous ne considérons pas cet engagement comme un gadget politique, mais une impérieuse nécessité. L’agenda 21 actuel a permis de dégager de nombreuses propositions qui seront intégrées dans notre action.

Mais nous voulons agir encore plus en faisant de notre ville un modèle de développement durable, notamment :

– dans l’habitat, favoriser les constructions à énergie positive, surtout dans les logements aidés ;
– renforcer les efforts de propreté des rues de la ville qui tend à se dégrader fortement ;
– promouvoir les énergies renouvelables, grâce à un système municipal d’incitations dans les constructions privées ;
– équiper chaque bâtiment municipal des meilleures techniques d’économies d’énergie et de systèmes domotiques ;
– préserver notre patrimoine, certes peu développé, mais qui mérite toute notre attention pour être enfin mis en valeur, comme le Parc – abandonné – de la Fantasia, l’immeuble « Andrier » ou la Maison Labo Bosson rue du Chablais, etc.
– développer le très haut débit à Annemasse, (après l’échec de la fibre optique à Annemasse), ambition qui maintiendra notre cité dans la compétition économique.

Notre volonté sera sans faille. La volonté politique doit être mise au service de l’écologie pour tous.

Un logement pour tous : une vraie réalité

La politique du logement social, que nous approuvons, doit avoir de l’ampleur et de la rigueur. Inscrite dans le cadre du Plan Local d’Habitat, elle doit faire face à une situation de pénurie de logements sociaux au sein de l’agglomération, particulièrement dynamique sur le plan de l’accueil de nouveaux habitants.

A cet égard, l’effort ne doit pas peser sur Annemasse seule et doit être partagé par le reste de l’agglomération.

Si Annemassse compte plus de 24% de logements sociaux, leur répartition n’est pas satisfaisante, le seul quartier du Perrier en comptant 70%. Pour mémoire, Vétraz, par exemple, en compte moins de 9%.

L’effort doit donc tendre à rééquilibrer la répartition des logements, tant à l’intérieur de l’agglomération qu’à l’intérieur d’Annemasse.

De même, au sein de notre ville, nous devons rééquilibrer l’offre de logements sociaux en développant l’accession sociale à la propriété. Un objectif essentiel est d’aménager pour chacun un parcours résidentiel qui facilite le passage à une meilleure qualité de vie et de logement, au fur et à mesure de l’évolution de sa vie.

Une solidarité affirmée, mais rationnalisée

Nous réaffirmons que la solidarité est un principe fondamental et fondateur de notre engagement politique, et notre engagement est d’abord celui de la continuité.

Nous voulons une ville solidaire, mais aussi que l’effort collectif soit géré avec rationalité.

– Le volet social = l’insertion pour tous

Nous devons rechercher avec l’ANPE et les missions locales pour l’emploi, tous les moyens pour prévenir la marginalisation des plus fragiles.

Plus largement, améliorons l’efficacité des interventions sociales en regroupant les services et les structures, afin de faciliter la coordination des actions.
La réalisation d’une Maison Sociale où les services, les associations et les antennes locales seront rassemblés, permettra leur coordination.

– Le volet éducatif : des services pour les jeunes

Le plan communal pour la jeunesse sera repensé pour mettre davantage l’accent sur la coordination des actions éducatives en continuité avec l’école.

Avec les enseignants, la ville soutiendra toutes les initiatives visant à renforcer l’aide aux enfants scolarisés.

Notre ambition est de donner une vraie égalité des chances à tous les enfants de la ville avec un soutien scolaire renforcé et effectif et la proposition d’un « contrat municipal d’aide parentale », en fait partie. Ce contrat visera à encadrer les enfants en passe d’être marginalisés dans la société, afin de leur permettre d’intégrer des pratiques sportives renforcées.

Un effort sera fait pour la coordination des temps éducatifs et des temps sportifs, en adaptant les horaires d’ouverture des structures aux jeunes et à tous les pratiquants des sports.

L’Ecole, fondement même de l’Education, est au cœur de nos priorités!

Les enseignants, éducateurs, parents ou acteurs bénévoles en charge de responsabilités au sein d’associations de parents d’élèves, ont tous un rôle important à jouer.

Nous veillerons à la paix sociale entre les Ecoles Publiques et Privées par une écoute et un dialogue permanent avec toute la communauté éducative, dans le respect de toute la législation applicable.

Pour les plus âgés, nous savons que, parfois, la scolarité est difficile et que tous ses fruits ne peuvent être récoltés. Mais cela ne doit pas être une situation définitive. Une solution existe : l’école de la seconde chance. Annemasse soutiendra ce projet et en fera une de ses priorités.

Nous affirmons aussi notre volonté de rechercher et de favoriser l’implantation d’enseignements supérieurs techniques modernes, pour que les jeunes bacheliers annemassiens restent sur place.

– Une solidarité » active avec les seniors

C’est un fait sociologique que les personnes âgées rejoignent souvent le centre ville. Ils doivent y trouver toute leur place par des initiatives solidaires, comme le restaurant ou le portage des repas à domicile qui restent une priorité.

– Les handicapés : vivre dans la ville

Rendre la ville plus accessible aux personnes handicapées ne nécessite pas d’importants efforts. Alors, faisons les ! Avec les associations concernées, nous voulons mettre au point « un plan accès handicap » : abaissement des trottoirs, guidage des rues, etc.

La sécurité assurée en ville

– Les actions de prévention

L’action du service de prévention sera poursuivie car elle montre des résultats encourageants. La médiation et l’alerte éducative qui permettent de reconnaître les jeunes en difficulté d’adaptation doivent se conjuguer et se coordonner avec tous les autres relais dans une graduation raisonnable des réponses jusqu’aux sanctions.

– Le redéploiement de la police municipale

La police municipale est un facteur majeur pour prévenir les difficultés, surveiller les zones sensibles. Elle sera orientée plus activement vers ces missions importantes, en utilisant notamment toutes les ressources de la technologie comme la vidéo surveillance dont les résultats sont probants dans toutes les villes qui l’utilisent.

L’action culturelle diversifiée

Compte tenu de sa situation géographique, de son rôle de ville centre de l’agglomération haut-savoyarde, Annemasse poursuivra ses efforts culturels par le soutien au complexe de Château-Rouge, avec le souci d’ouvrir à tous les publics la programmation souvent trop spécialisée, en respectant son cahier des charges.

Nous développerons fortement la bibliothèque de notre ville et la compléterons par une médiathèque, digne de notre ville.

L’action culturelle doit nous ouvrir sur le monde et l’échange des cultures. Toutes les actions dans ce sens seront soutenues.

Le travail des MJC est exemplaire ! Nous le poursuivrons, en pleine concertation avec les responsables de quartier.

Le sport pour tous

Annemasse sera une ville sportive, qui prendra soin de ses équipes, de ses clubs et de ses sportifs.

Nous favoriserons l’accès aux clubs à toutes les personnes désirant pratiquer un sport, en aidant celles dont les ressources sont faibles. Les horaires d’ouverture doivent être revus pour favoriser les pratiques sportives de chacun, y compris le dimanche. C’est un choix, nous le ferons.

Nous avons la volonté d’améliorer les pratiques sportives, y compris avec une offre renforcée pour les seniors à travers un contrat municipal « le sport pour tous ».

Nous soutiendrons les sportifs annemassiens de haut niveau par des aides appropriées.

Le cas particulier de la piscine doit être étudié avec attention. Les travaux nécessaires à la réhabilitation de la piscine seront entrepris pour respecter la décision prise au niveau intercommunal.

La démocratie locale permanente

La démocratie locale ne doit pas se résumer à la convocation des électeurs tous les 6 ans, entre les échéances électorales, à leur consultation lointaine, médiatisée par des agendas 21 ou toute autre forme d’information municipale.

La démocratie locale doit connaître d’autres temps forts. Par exemple, à l’occasion des grandes décisions d’urbanisme, il est clair que la consultation du corps électoral par la voie d’un référendum, comme nous l’avons vainement proposé au conseil municipal, constituera une formidable avancée.

Les élus doivent être à l’écoute de la population : des permanences seront tenues dans les quartiers, Romagny et Sous-Cassan, le Brouaz, le Perrier, le Vernand, régulièrement.

Une salle sera mise à disposition pour que la permanence ne soit pas seulement une rencontre sur un trottoir.

Valoriser les services municipaux

Les services municipaux sont un des éléments clés de la démocratie locale. Sous la direction du directeur général, les fonctionnaires territoriaux et les non titulaires doivent pouvoir exercer leur métier dans de bonnes conditions.

Cela veut dire que les élus devront d’abord étudier les fonctionnements et analyser toutes les voies d’améliorations possibles, pour cultiver l’esprit de service public qui déjà anime chaque agent. Nous mettrons tout en œuvre pour réaliser notre objectif d’un service public de qualité, valorisé et valorisant.

Il est important pour nous que l’adjoint en charge du personnel communal, puisse rencontrer les agents, dès son installation. Il doit également rencontrer les représentants syndicaux, y compris dans le cadre des structures existantes.

Notre ambition vise à valoriser les services et leur savoir-faire pour le bien-être quotidien de la population. Parallèlement, la fonction publique territoriale doit attirer des jeunes, si elle veut se pérenniser. Elle doit donc s’exposer, faire valoir ses atouts, ses nouveaux métiers. Tels seront les objectifs des journées portes ouvertes « spécial mairie » que nous souhaitons organiser chaque année.

Sur le plan social, des efforts existent et seront poursuivis : ceci est notre engagement.

Mais, à l’heure où le pouvoir d’achat est une inquiétude majeure des Français, il nous appartient aussi d’y répondre à l’intérieur de la mairie. L’attribution de titres de déjeuner nous semble être un des outils les plus performants pour aider les agents. A raison d’un ticket par jour effectif de travail, c’est là une avancée sociale nécessaire pour tous.

Des élus à l’écoute, telle est notre ambition pour le personnel communal d’Annemasse.

Des finances locales rigoureuses

Notre programme est ambitieux. Mais nous n’avons pas l’intention d’alourdir le budget de la ville d’Annemasse, bien au contraire !

Nous prenons l’engagement de limiter la hausse des impôts à la hausse automatique liée aux valeurs locatives, fixée par l’Etat : c’est un engagement politique. L’impôt, même si les taux sont relativement modestes à Annemasse, ne doit plus être une variable d’ajustement en fonction des dépenses.

Nous réaffirmons ferment notre volonté d’assurer la même qualité de service public à un coût maîtrisé en refusant tout alourdissement des impôts locaux.

Un projet pour la ville et pour tous ses quartiers.

Annemasse comporte une frontière entre son Nord et son Sud, entre le quartier du Perrier et le reste de la cité. Elle existe depuis 30 ans, et dans les 30 dernières années il n’a été que peu fait pour qu’elle disparaisse.

Mais c’est précisément ce que nous voulons. Nous voulons que ce quartier du Perrier soit un quartier comme les autres, avec ses spécificités, comme tous les quartiers en ont.

Et pour cela il faut d’abord le relier pleinement au reste de la ville.

Il est finalement dommage que ce ne soit qu’à la fin de son mandat que l’équipe actuelle découvre cette nécessité, et la traduise dans l’idée du boulevard urbain qui ne serait plus de coupure, mais de couture. Au delà du jeu de mots, l’idée est belle et sur son principe, tant Marie-Pierre BERTHIER que moi, l’avons soutenue.

Nous le réaliserons.

Alors nous faire une sorte de procès en sorcellerie, en nous accusant à mots couverts de vouloir nuire aux habitants de ce quartier, est totalement surréaliste.

Nous n’avons pas l’esprit de polémique, nous voulons mener une action municipale, et sérieusement nous attaquer à la transformation de la ville.

Une ville dans laquelle on puisse respirer. On puisse travailler. Tiens, au fait, à Annemasse il y a 15 % de chômage. Dans le département il y en a moins de 6%. Au Perrier il y a 20% de chômage, un tiers de plus que dans le centre, et rien que 3 fois plus que dans le département.

Cela devrait pousser à plus de modestie l’équipe sortante. Et en tout cas, donner à réfléchir sur la proposition de Marie-Pierre BERTHIER qui avait lancé, à l’adresse de la majorité municipale, ce résumé : vous fabriquez les pauvres !

Communiqué de presse du 5 février 2008

Annemasse, le 5 février 2008

Le programme sera présenté à la presse le Jeudi 7 février à 18h00, salle n°3 de la mairie d’Annemasse (entrée rue de la gare).

A 19h00, la liste « Pour Annemasse » se réunira pour une photographie sur la place de la mairie.

Jean-Pierre BENOIST
06 33 92 11 46
contact@pour-annemasse.fr
www.pour-annemasse.fr

Pour télécharger ce communiqué au format pdf : cliquer ici

Combien de conseillers municipaux à Annemasse ?

Le conseil
municipal sortant comprenait 35 membres. En mars 2008, nous serons 39,
soit 4 de plus. La ville d’Annemasse a en effet franchi le seuil des
30000 habitants – 30212 habitants sont officiellement recensés au 27
décembre 2007 par la préfecture -, ce qui la fait entrer dans une
nouvelle catégorie démographique.

Ce sont 38 conseillers qui entoureront le prochain maire d’Annemasse.

Echos de campagne !

Permanence d’élus toutes les semaines dans chaque quartier

Mercredi
dernier, Jean-Pierre BENOIST et ses colistiers sont allés à la
rencontre des habitants du Perrier. Après un tractage durant la
journée, rendez-vous avait été donné à La Brasserie.


Ce moment fut plein d’enseignements, à commencer par la nécessaire
écoute. En effet, les habitants n’ont pas seulement le sentiment d’être
éloignés géographiquement du cœur de ville, c’est aussi pour eux une
réalité humaine. Car, comme l’ont souligné unaniment les personnes
présentes, les habitants ne sont pas entendus par la mairie. Leur
demande est donc claire : être un quartier à part entière dans la ville
et être écoutés par les élus et la mairie.

Pour sa part, Jean-Pierre BENOIST s’engage à tenir une
permanence d’élus toutes les semaines dans le quartier du Perrier. La
démocratie de proximité ne doit pas rester à l’état de projet, c’est
une obligation et elle sera mise en œuvre sitôt après l’élection.
Les structures collectives actuelles – MJC notamment – fonctionnent
bien, elles doivent être soutenues, mais elles ne peuvent pas remplacer
l’équipe municipale.

Au-delà
de la démocratie, la qualité de vie nous apparaît essentielle. Le
quartier du Perrier a bénéficié d’un important volume d’aides. Notre
équipe de la liste « Pour Annemasse » poursuivra cette politique
massive de rénovation, à condition qu’elle soit définie avec les
habitants eux –mêmes. C’est cela aussi l’écoute, celle que nous voulons
pratiquer.

Petit rappel sur les différents programmes d’aides

–    Développement social des quartiers : 16,16 millions d’euros (1989-1993)
–    Contrat de ville : 18,5 millions d’euros (1994-1999)
–    2e Contrat de ville : 11,25 millions d’euros (2000-2006).

A partir de 2007 : un dossier a été déposé auprès de l’Agence
nationale pour la rénovation urbaine – ANRU – pour un montant de
travaux supérieur à 58 millions d’euros.

Jean-Pierre BENOIST  a voté ce projet au conseil municipal, se proposant de l’aménager avec les habitants.

Si vous souhaitez rencontrer Jean-Pierre BENOIST  et ses
COLISTIERS, n’hésitez pas à nous le dire : par téléphone 06 33 92 11 46 ; par
mail : contact@pour-annemasse.fr.