Schizophrénie spatiale et tram à roulettes

Il y a une vérité régionale qui passe souvent au second plan, celle du déséquilibre des pôles urbains en présence, pour ne pas écrire des forces en présence. Ce n’est pas une question limitée au rapport de force, c’est une question avant tout de poids ou de masse si l’on veut être plus précis.

D’un côté la masse genevoise, qui pousse ses ramifications internationales dans le monde globalisé que le XXI° siècle inaugure.

De l’autre au bout, derrière, loin derrière, les villes frontalières de l’arc genevois avec leurs migrants pendulaires, un pays de main d’œuvre qui contribue essentiellement par cette seule ressource à la prospérité genevoise.

Celui qui commande réellement dans cette petite aire de la planète, est notre voisin. Le puissant voisin. S’il venait à s’enrhumer, la toux ici serait sévère, s’il veut un tram, il le finance, s’il ne veut pas l’étendre il ne le finance plus. On voit cela actuellement.

On pourrait penser que notre arrière-monde n’a aucune marge de manœuvre.

Mais ce n’est pas si exact.

Un rapport dissymétrique n’en est pas moins un rapport. Le faible aussi a des armes et en matière économique des ressources.

La situation globale sur cette frontière est que le fort profite de toutes les ressources du faible. Notamment de son espace.

Parce que le poumon économique genevois manque d’espace, pour construire des logements où loger son lumpenprolétariat frontalier. Il ne veut pas le loger à Genève : trop cher, et probablement aussi trop malvenu. Donc il le loge de l’autre côté de sa frontière. C’est dans tous les cas de figure moins onéreux pour cette métropole même s’il en coûte une pincée de subventions par-ci, une autre par-là, arrachée à la Confédération.

Les immeubles poussent, les voies de circulation s’encombrent, même avec le tram les problèmes vont empirer, tant que se poursuivra cette construction territoriale déséquilibrée, cette schizophrénie spatiale.

Il y a une solution ici : arrêter de construire. Arrêter la densification. La crise est assurée.

Et après ? Après il sera nécessaire d’inventer de nouvelles formes de coopération pour organiser ensemble l’espace commun.

L’insulte du conseil municipal d’Annemasse

Ça y est. C’est fait. Les socialistes du conseil municipal d’Annemasse ont enfin réussi à donner le nom de leur gourou, François Mitterrand, à un lieu de la ville : l’esplanade devant la gare.

Le nom d’un collaborateur de Vichy, engagé dans le sillage des fascistes, récompensé par la «francisque» au printemps 1943, la décoration que Pétain accordait à ses valets, et qu’il lui remit. Et pourtant les nazis avaient déjà été vaincus à Stalingrad. Les nazis étaient en passe d’être chassés d’Afrique du Nord où les Anglo-américains avaient débarqué. Le vent de l’histoire avait tourné, et les narines opportunistes de Mitterrand n’avaient pas encore capté l’onde du changement, quelques mois encore et il décidera de se refaire une virginité politique en se tournant vers la résistance. La dernière heure approchait.


Une honte.

Le nom d’un faussaire : souvenez-vous de la fausse tentative d’attentat que Mitterrand avait montée de toute pièce. Il avait simulé un attentat à Paris, vers les jardins de l’observatoire, pour attirer l’attention sur lui. C’était en 1959.

Sa vie durant il sera l’ami et le protecteur du criminel nazi Bousquet, une autre honte de la France, ce qui signifie que socialiste pour la galerie il restait foncièrement un suppôt de Vichy.

Une honte.

Une crapulerie.

Avec l’élan la majorité devrait baptiser une rue vers la gare du nom de Bousquet, par cohérence débaptiser l’avenue de la gare pour la rebaptiser avenue Pierre Laval, et faire de la place de la mairie la place Philppe Pétain.

Mais les socialistes ne sont pas propriétaires de la ville. Ils sont en voie d’extinction. D’où d’ailleurs le scandale d’imposer le nom d’un personnage maléfique à un lieu stratégique. Des millions de passagers, si le CEVA réussit, passeront par là et seront salis par l’évocation de ce fantôme.

Le futur se chargera de laver ces infamies, l’esplanade devant la gare deviendra «place de la gare», ce qu’elle ne devrait jamais cesser d’être.