La recherche d’une future majorité municipale

Après-demain auront à nouveau lieu les élections municipales.

Une réalité est qu’elles s’inscriront dans un paysage politique considérablement modifié depuis les dernières élections présidentielles et législatives. Ce qui a été modifié est l’équilibre des formations politiques avec l’émergence d’un nouveau parti et le recul d’anciennes composantes, PS, UMP devenus LR, et hélas, les centristes de centre droit. Ne parlons pas du Modem inintéressant avec son leader-maximo de pacotille qui pour prix de son soutien a reçu surtout un coup de pied de salutations, mais aussi il est vrai quelques sièges de députés. Non, restons sur les vrais centristes pur sucre, de centre droit, Nouveau Centre (composante de l’UDI), et UDI. Les secousses telluriques récentes leur ont fait perdre beaucoup de représentants, et provoqué une sorte d’extinction de voix qui pourrait être le symptôme d’une disparition prochaine.

Au niveau micropolitique municipal, l’effondrement du PS, mais pas de la gauche il faut le reconnaître, ouvre peut-être l’horizon à d’autres solutions de gouvernance, d’autres alliances. L’idéal serait qu’il puisse y avoir des majorités d’idées sur des thèmes rassembleurs, mais c’est institutionnellement impossible. Il faut donc rester sur les schémas réalistes qui passent par des compositions de listes, ou des recompositions entre les deux tours. En pratique donc il faut pouvoir trouver des consensus sur les points clés de la politique municipale. Ce n’est nullement impossible et d’une certaine manière les temps présents, avec leurs incertitudes à l’échelon national, invitent à en explorer l’idée. Elle vérifiera les hypothèses d’alliance, à droite ou à gauche ou aux centres, ses possibilités ou ses impossibilités. Quoiqu’il arrive ce sera intéressant.