Le procès d’un terroriste

Un procès se déroule actuellement contre un terroriste de la pire espèce, celle des manipulateurs. Ce n’est pas le doigt qui a appuyé sur la gâchette, mais le lâche qui a armé le doigt. Il s’appelle Merah. Que son nom soit maudit. Aujourd’hui est venue à la barre, sa mère, enturbannée, bâchée, feignant l’innocence. Des propos antisémites dans la famille? Non, jamais. Elle a même des médecins juifs, la preuve, comme aurait dit Himler. Et pourtant le résultat de cette haine qui ne jaillit jamais spontanément est bien là. Un résultat tout nu. Que n’a-t-on laissé la famille Mérah où elle était au lieu de l’accepter sur notre sol? C’est une autre question qui fâche, comme celle de savoir en quoi cette «diversité» nous aurait enrichi.