Déjà trois ans

Le mi-mandat approche, quel bilan pour l’équipe socialiste à la tête d’Annemasse ?

Voilà qu’on imagine des cérémonies somptueuses dans des explosions de feux d’artifice, rythmées par des musiques de singe, pour marquer ces avancées politiques. Le maire, vêtu d’une antique robe blanche s’avancerait sur la scène une couronne de laurier ceinte sur son auguste front et déclamerait les réussites de son équipe. Les trompettes sonneraient, il y aurait à la fin de la cérémonie un peu plus de sourds qu’à son commencement, mais ce serait grandiose.

D’accord ce n’est pas encore l’heure du bilan puisqu’à mi-mandat il reste encore trois ans à tirer avant les nouvelles élections municipales.

De grandes réalisations sont en cours, c’est vrai. Mais elles le sont surtout à l’échelle de l’agglomération et de la région. Que ce soit le CEVA, ou le tram. Même si la ville a mis son grain de sel, la machine aurait tourné sans elle. Idem pour la rénovation urbaine. C’est un programme national à coup de milliards dont on n’est d’ailleurs absolument pas sûr de l’efficacité. Certes ici, le Perrier est l’enfant chéri de la municipalité, au détriment de tous les autres quartiers, et le chiffre des investissements n’est jamais énoncé. Donc ça doit être beaucoup. Le Perrier rend bien sa politesse à l’équipe socialiste en votant avec constance en sa faveur.

Quels sont les autres titres de gloire de la municipalité ?

Encore le tram : il ira au Perrier, au lieu d’aller à la gare. Merci l’intelligence. Les subventions tous azimuts, il est vrai beaucoup dans le sport sont à mettre au crédit, ou au débit de l’équipe en place, selon son opinion sur leur utilité. La maîtrise des dépenses ? Elle se trouve plus dans les discours d’autosatisfaction annuels de la municipalité que dans la réalité.

La réalité est qu’année après année l’augmentation des dépenses dépasse celle de l’inflation. Projetez la courbe sur dix ans, vingt ans, et vous prendrez peur. La conséquence de ce dérapage constant des dépenses est que vos impôts n’ont cessé d’augmenter et continueront d’augmenter. La taxe d’habitation à Annemasse, son taux a augmenté de 58.44 % entre 2000 et 2014. Et depuis il n’y a pas eu d’accalmie.

Pendant la même période, les communes françaises similaires à Annemasse, ont vu leur taux de taxe d’habitation augmenter de 26.66 % en moyenne entre 2000 et 2014.

Quant à la taxe foncière, bande de salauds de riches, elle a explosé. Mais c’est normal puisque vous êtes des salauds de riches et que la municipalité est socialiste.

À Annemasse, le taux de taxe foncière sur le bâti a donc augmenté de 81.96 % entre 2000 et 2014. Alors que dans la même période, les communes similaires ont vu leur taux augmenter de 35.58 % entre 2000 et 2014.

L’aménagement des trois places ? Patientez, bonté. L’état des rues ? Elles sont impeccables, non ?

La sécurité ? Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, le premier qui dit le contraire est un réac et comme tel mérite d’être déporté.

La fibre optique ? Soyez zen, elle arrivera un jour quand les progrès technologiques l’auront ringardisée.