L’agglomération annemassienne va développer un service d’hélicoptères aux heures de pointe pour étaler le trafic

L’heure est aux transports en commun performants pour lutter contre les encombrements. Une nouvelle idée vient de voir le jour lors de la dernière séance du conseil communautaire du 4 juillet 2017, qui fonctionne de plus en plus comme un think tank. Le transport des passagers par hélicoptère. Le volatile mécanique se poserait sur la place de la mairie, emporterait son lot de passagers, survolerait le jet d’eau, et atterrirait devant la gare de Cornavin. Le coût du billet serait subventionné à une hauteur encore non décidée, mais qui serait en toute hypothèse une bénédiction économique, car en fluidifiant le transport aux heures de pointe on accélèrerait les échanges et donc on bonifierait l’économie locale et régionale dans des proportions importantes. Pour reprendre les termes de l’exposé, ce serait «gagnant/gagnant», gnangnan, etc. Citoyens, vous voyez qu’on s’occupe sérieusement de vous et que les projets les plus innovants voient le jour, validés par les études les plus approfondies. Il ne faut donc surtout ne jamais limiter la dépense publique, car sans cela vous ne pourriez bénéficier de ces innombrables services indispensables à votre bien-être.

Bon, c’est vrai que c’est une blague, mais qui a un fond de vérité parce qu’elle décrit un mécanisme à l’œuvre qui repose sur la logique de l’intention. L’intention est toujours noble, donc il ne faut jamais regarder à la dépense, notamment parce que l’intention réalisée répond aux besoins inextinguibles du public.