Adieu donc !

Il peut arriver dans une enceinte politique qu’une agitation momentanée laisse croire qu’un bouleversement serait en cours. Lors de la séance du conseil municipal du 3 juillet 2017, un représentant de l’opposition, Monsieur Matthieu Ménard-Durand a annoncé qu’il passait avec armes et bagages dans le camp de la majorité qui disait l’accueillir à bras ouverts.

Il a donc fait une déclaration toute vibrante de sa protestation qu’il ne trahissait personne et qu’il tirait simplement les conséquences de sa mutation politique. Il exposait qu’il venait de contracter une fièvre virale, la macronite, pour laquelle la seule thérapie possible était la purge majoritaire municipale. Cela a paru fâcher Monsieur Gaconnet, pour LR.

Pour ma part je n’ai pas suivi le chemin périlleux de l’ire politique. D’abord parce que la majorité actuelle du conseil municipal est peut-être, allez savoir, en pleine recomposition et que nul ne sait ce que demain sera. Ensuite, parce que si je crois erroné de pouvoir se sentir propriétaire du vote de ses électeurs, d’autant plus qu’on est élu sur une liste, il ne faut rien exagérer. La majorité n’est pas l’ennemi. L’opposition n’est pas la résistance. Il s’agit d’un épiphénomène individuel et peu significatif.

Il y a un avantage. Les réunions de l’opposition seront encore plus faciles dans la seule cabine téléphonique qui reste en ville.

PS. J’apprends qu’il n’y en aurait plus. Il faut un autre lieu. Le maire a refusé de prêter son bureau, il a peur qu’on y reste. On cherche.