Chablais-Arnaque

Par ces temps de canicule qui disparaîtront bientôt sous les brumes automnales, les pluies et les neiges hivernales, il est possible de s’interroger sur notre formidable capacité d’oubli, noyée dans le temps qui passe.

Il y a quelques années un grand projet de rénovation urbaine voyait le jour à Annemasse. Il s’agissait de réaliser une éco quartier, doté d’une tour qualifiée de « signal », montant presque jusqu’au ciel dans son habit de verre. Les façades de tous les autres immeubles devaient verdoyer, une première à Annemasse. Des façades végétales, c’était somptueux. On a oublié ça.

Bien entendu le projet était présenté, diffusé, avec ces merveilleuses images. C’est d’ailleurs sur cette base que le conseil municipal devait concéder l’aménagement de la ZAC à son promoteur actuel. On a oublié ça.

Puis, les ans passèrent, par petites touches successives, la verdure en façade était remplacée par des matériaux moins exigeants, la tour commençait par migrer avant de disparaître de la scène, et divers modificatifs aux permis de construire furent acceptés.

Ce qui avait été initialement promis ne sera jamais réalisé. Ce sur quoi le conseil municipal avait voté s’est perdu en chemin.

Peut-on croire aux promesses électorales ? C’est difficile. Comment croire aux promesses des promoteurs ? C’est aussi difficile. Le malheur dans cette affaire est le discrédit qui frappe la parole publique. Partant, comment s’étonner de la montée irrésistible de l’abstention, élection après élection ?

Chablais – gare, qui devint Chablais – ParK (écrit avec un K pour faire plus chic pour les abrutis) pourrait-être rebaptisé Chablais – « Arnaque », le symbole de la parole politique trompeuse. Oh! Ce n’est pas la parole du promoteur qui est en cause, lui est droit dans ses bottes, parfait dans sa fonction qui n’est pas de bâtir la ville, mais d’y déployer son activité dans l’intérêt tout d’abord de son porte-monnaie, ce qui est parfaitement légitime. La tromperie est dans la parole publique, la parole politique.

La réalisation de la ZAC va s’achever, avec quelques désordres dans les constructions, pas mal de procès en cours, une animation commerciale en panne même si ce n’est pas sans espoir.

Au mieux, c’est médiocre. Et dans tous les cas, très éloigné du rêve initial.