Le conseil du 17 décembre 2015 sentait Noël il débordait de cadeaux

Il a commencé par un cadeau à la société d’exploitation des parkings, en forme d’allongement de 5 années de la durée de sa délégation de service public, en échange d’un investissement de 5 millions dans l’édification d’un parking en silo qui sera situé aux abords de la gare. Par la gare transiteront 4 millions de voyageurs par an.

Personne en dehors de la fourbe opposition ne pouvait trouver à redire à un tel plan qui allait faire cadeau aux automobilistes de 350 places de parkings payants. Mais avec son mauvais esprit elle s’en est même prise à l’admirable M Boucher qui a vanté les mérites du pragmatisme, et expliqué que les 350 places n’étaient pas uniquement 350 places, mais beaucoup plus avec le cadeau que leur feront les parkings d’Altea et des abords de Jean-Monnet, avec des centaines de places gratuites, si ce n’est pas un cadeau ça, situés à au moins un quart d’heure de la gare en BHNS, vous imaginez comme ce sera pratique.

Il y a même eu un membre de la majorité pour dire qu’il connaissait des annemassiens qui allaient partir d’Annemasse pour aller se garer à Altéa, prendre le BHNS, le bus quoi, pour rejoindre la gare. C’est frais ça. Ils sont garés à Annemasse et ils vont se garer en dehors pour prendre le bus et revenir dans la ville.

Et l’opposition de trouver le raisonnement ceci, l’affirmation cela, de faire des chichis alors qu’à l’évidence il ne manquera pas une place de parking puisqu’il suffit d’aller jusqu’à Lyon et Annecy et de revenir par le train en gare d’Annemasse pour sauter dans le Ceva rebaptisé Express Léman et reprendre le train pour retourner à Lyon ou Annecy.

Il faut donc avoir l’esprit singulièrement tourné pour trouver dans l’addition des trois parkings la marque d’une contradiction imaginaire dans le discours qui affirme en même temps que 350 c’est bien suffisant, mais qu’il faut y ajouter encore 500 prises ailleurs.

Beaucoup de subventions-cadeaux ont été versées, et comme souvent il y a même eu un cadeau aux syndicats. Emportés par leur appétit subventionniste les conseillers de la majorité ont même voté une subvention destinée à la MJC Sud, qui est en liquidation. J’oubliais, moi aussi je l’ai votée. Curiosité, mais comme c’est Noël, c’est possible. Tout est possible.

Au chapitre de la MJC au milieu de la séance, le Maire a fait distribuer en cadeau sa plainte au Procureur de la République contre X pour le fiasco de la maison des jeunes. On la lira à la bougie du sapin, la nuit, entre Noël et Nouvel An.

Enfin en avance sur les rois, on aura même droit à un exemplaire du rapport de la chambre régionale de la cour des comptes sur la MJC, et même à celui de l’audit. Ce n’est peut-être pas un cadeau pour tout le monde, à commencer pour les vigilants administrateurs, mais ce qu’il y a de sûr, c’est qu’on aura de la lecture.