Et les méchants seront punis…

Pas tous, qu’on se rassure.

Mercredi 16 septembre 2015, devant le tribunal correctionnel de Thonon, devait comparaître Madame Véronique LAPLACE, poursuivie par le Procureur de la République pour avoir usurpé la signature de sa mère afin qu’elle fût candidate et puisse complèter la liste du FN aux élections municipales de 2014, in extremis dans le dernier quart d’heure avant la clôture des dépôts.

Elle n’a pas comparu. Elle avait écrit pour demander le renvoi et le Président lui avait répondu au cours de l’été qu’il le refusait.

Lors de l’enquête, elle s’était attachée à disculper la tête de liste M CAPASSO, prenant tout sur elle. Elle expliqua aux policiers qui l’interrogèrent qu’elle avait l’habitude de signer pour sa mère, par exemple les chèques, mais que sa mère, âgée et placée dans un foyer, était parfaitement consentante.

Ce qui ne correspondait pas à la réalité. D’abord parce que le consentement de cette personne n’existait plus, ainsi que le démontra l’enquête, car dans le même temps où elle se portait ainsi candidate, le dernier jour et à la dernière heure du dépôt des listes, le foyer où elle était engageait une procédure de mise sous tutelle. Interrogée par la suite, la mère de Madame LAPLACE répondit qu’elle n’avait jamais été candidate.

Monsieur le Procureur de la République relevait que Madame Véronique LAPLACE avait sciemment contrefait une signature, et que son argument qu’elle avait l’habitude de signer pour sa mère ne tenait pas. S’il était vrai qu’elle avait une procuration, lorsqu’elle signait des chèques pour sa mère, elle les signait avec sa signature, pas une signature contrefaite. Bref, des salades que cet argument.

Il restait que le faux formulaire de candidature de sa mère, rempli par la fille de M CAPASSO, faussement signé par la prévenue, la mettait dans l’œil du cyclone judiciaire. Ce qu’elle n’avait peut-être pas réellement compris.

Une formidable famille que la famille CAPASSO. La fille remplissait les formulaires, mais ni le père ni la fille ne savaient que dans leur dos leurs colistiers abusaient de signatures, à l’insu de leur plein gré.

Dans sa lettre au tribunal par laquelle elle demandait le renvoi de l’affaire, ce qui ne lui fut pas accordé, elle marquait une nette évolution par rapport à ses déclarations pendant l’enquête. Elle expliquait qu’elle n’avait plus de lien avec M CAPASSO. Seule, sans aide, elle se défendait.

Le tribunal l’a condamnée.

Le jugement lui sera signifié puisqu’elle était absente. Le tribunal l’a déclarée coupable de faux, d’usage de faux, et de fraude électorale. Il l’a condamnée à une peine d’un an d’emprisonnement avec un sursis comportant une mise à l’épreuve pendant deux ans consistant dans l’obligation de travailler, de payer l’amende de 3 000 € à laquelle elle est aussi condamnée, d’indemniser les parties civiles pour lesquelles elle devra payer environ 10 000 € au total, dont plus de 6 000 € à Louis Mermet  en remboursement de sa part dans les frais de campagne.

Mais ce n’est pas fini.

Ce que Madame Véronique LAPLACE ignore encore, mais qu’elle ne va pas tarder d’apprendre, c’est qu’elle s’expose à payer tous les frais de la campagne. Si la Ville d’Annemasse n’a pour l’instant encore rien fait, et si elle ne fait toujours rien, cela sera le signe d’une curieuse mansuétude, mais cela n’aura aucune importance.

Car un contribuable, tout contribuable, peut demander au tribunal administratif l’autorisation de se substituer à la collectivité défaillante dans le recouvrement de ses créances, et d’exercer à sa place l’action en indemnisation. C’est le code des collectivités territoriales qui le permet. (articles L2132-5 et s.)

Et là, on entrera dans les grands nombres, parce que le coût total d’une campagne est de l’ordre de 20 000 € pour la seule ville, et de beaucoup plus pour l’État. Au bout du compte Madame Véronique LAPLACE s’expose même à payer pour la campagne du FN, ce qui lui vaudra assurément la reconnaissance chaleureuse de M CAPASSO.

Cruauté de la vie.

Mais Madame Véronique LAPLACE sait qu’elle peut compter sur lui, la camaraderie des formations politiques a toujours été admirable, surtout quand il s’agit de payer.

Le souci sera aussi son casier judiciaire, mais là encore il saura la conseiller et l’aider, il est orfèvre en cette matière*.

(* Article du Dauphiné Libéré du 14 décembre 1985 : M Capasso aux assises pour un braquage)

Publié dans Conseil Municipal