La panne d’idées du discours sans fin

La panne n’est pas celle de Louis Mermet et son équipe, mais celle de Dupessey, ex-maire sorti de son siège par le coup de canon du Conseil d’État. Au fil des jours il apparaît que le seul discours de l’ex-maire consiste à calomnier Louis Mermet, en écrivant honteusement, que l’annulation serait due à ses «manœuvres procédurières», alors qu’il aurait utilisé des procédés contraires à la morale.

Un morceau d’éloquence aussi vide que diffamatoire.

Ce qu’il y a de stupéfiant chez cet intellectuel socialiste, ce sont ses idées fixes, et son discours baignant dans la naïveté la plus sidérale à force d’être stratosphérique.

Même le plus abruti de la création peut se rendre compte de l’imbécilité de la proposition. Ce n’est pas une manœuvre qui a balayé les élections, mais une fraude, que Dupessey connaissait. Louis Mermet lui avait dit ce qu’il en était. Et à supposer qu’il fût devenu sourd, ça nous pend tous au nez, et qu’il n’ait pas entendu, il a nécessairement tout su dès le dépôt de la requête, immédiatement publiée sur mon blog.

Qu’il ne vienne pas dire qu’il ne lit pas mon blog. Il y a fait tant d’allusions ou en a tiré tant de citations, à de si nombreuses reprises aux séances du conseil municipal, que nécessairement, lui ou ses affidés, et surtout les services qui travaillaient pour lui, ont lu et compris.

Un mensonge dit souvent plus qu’un aveu. Ici il nous dit ici que l’ex-maire s’est cru habile en contestant l’annulation, aux côtés du Front National avec qui il est dans un rapport intime d’alliance. Très bien, camarades socialistes, si cela vous convient, allez-y ! Poursuivez votre discours sans fin sur le thème infantile des manœuvres procédurières. Vous en paierez le prix.

C’est surprenant tant c’est minable. C’est surprenant tant c’est irresponsable.