28 juin et 5 juillet 2015

Deux dimanches d’élection. Les élections municipales à Annemasse.

Retenez les dates.

Vous aurez le choix entre :

– voter pour Louis Mermet, qui propose de rendre à la vie la ville étouffée par plus de 30 ans de socialisme municipal,

– voter pour les socialistes, déguisés pour l’occasion avec de fausses moustaches pour qu’on ne les prenne pas pour ce qu’ils sont : des nuls,

– voter pour le FN, c’est à dire voter pour une étiquette nationale, avec au plan local, si le FN réussit à faire une liste, une équipe tirée par un leader maximo, qui ne connaît rien à rien, et qui en est fier,

– voter pour l’extrême gauche, aussi originale que d’habitude avec des slogans nationaux du genre, demain on rase gratis, on fait payer les riches, on élève toutes les barrières douanières, comme le FN mais sauf à l’égard des pays du sud qui ont ses faveurs, sans qu’elle ne s’explique jamais sur le fait que la Corée du Nord, qui applique tout son programme, n’a pas la réputation d’être un Eden, mais plutôt celle d’un camp de concentration.

En résumé le vote sera entre la poursuite de l’expérience de Berlin-Est (mais avec plus d’argent grâce aux frontaliers), dans le formol et la douleur, ou bien un grand rafraîchissement de la ville.