Le Machiavel de bazar

Il paraît que Salah Benattia, qui a été élu sur la liste de l’opposition à Annemasse, va rejoindre la majorité socialiste. Le brave homme dans un premier temps a annoncé qu’il quittait la liste pour s’installer tout seul. Il a expliqué sa posture en soulignant qu’il n’avait pas compris ses colistiers lors du vote du budget 2015. L’opposition a voté contre. Lui s’est abstenu. Il a dit qu’il ne comprenait pas comment on pouvait voter contre un budget tout en reconnaissant que des efforts avaient été faits.

Il n’avait pas compris que le vote du budget est un acte politique, un acte binaire : soit on vote contre et on est dans l’opposition, soit on ne le conteste pas et on est dans la majorité. Depuis il a fait des progrès puisque quelque temps après il s’est agi de voter le compte administratif. Il paraît que cette fois il se serait abstenu. La différence entre le vote du budget et le vote du compte administratif n’a pas sauté aux yeux de M Benattia. Si une bonne âme lui avait expliqué que le compte administratif est simplement le récapitulatif des opérations passées, peut-être aurait-il cette fois-ci voté pour. L’opposition qui n’a pas de raison de penser que les comptes auraient été tripatouillés a très probablement voté pour. J’emploie un conditionnel parce que je n’y étais pas, mais c’est ce qu’on m’en a dit.

Soudainement S Benattia s’embauche dans la majorité socialiste.

Il se croit propriétaire des suffrages qui ne se sont pas portés sur lui, mais sur une liste à laquelle il appartenait.

Incohérence, justificatifs maladroits, désertion, félonie, on peut hésiter, surtout sur le vocabulaire. Il existe de nombreux synonymes pour désigner une trahison. Le soufflé retombera. Mais ce n’est pas le point de vue de Salah Benattia qui est intéressant, c’est celui fait de calcul de C Dupessey.

La manœuvre se comprend. En poussant le pion Benattia, il sait qu’il se met à dos une partie de l’électorat qui n’aime pas les traitres. Cette partie de l’électorat qui rejette les magouilles politiques, vote FN par défiance envers les élus. Donc C Dupessey pousse sciemment le pion S Benattia pour la bonne raison que cela va faire monter le vote FN, et pense-t-il, nuire à la droite.

Petit calcul tout pétri d’une petite mesquinerie, baignant dans un minable machiavélisme de bazar. Ce que n’a pas vu l’édile est pourtant simple. Son temps est passé, l’électorat aspire à la clarté. Le contraire des manœuvres du maire actuel. Bon vent avec M Benattia, s’il ne vous reste pour préparer l’avenir, que Monsieur Rigaud, ou Madame (je vais taire son nom), transfuges de cet acabit, on le comprendra, mais on ne vous en aimera pas davantage. Vous finirez par être rejeté.

Bon vent.