Cantonales une équipe improbable

On ne sait rien des programmes, et d’ailleurs tout le monde s’en fout, parce que nous savons tous que cela n’a strictement aucune importance. La spirale inflationniste des dépenses ne va certainement pas cesser de si tôt, et il serait extraordinaire que les conseillers généraux assemblés lors de la première séance du conseil général nouveau style annoncent une baisse des impôts. En le soulignant, je ne dis du mal de personne, je fais un simple constat : les dépenses des collectivités locales continuent d’augmenter sans aucune limite, car les impôts locaux sont jusqu’à ce jour moins sensibles que les impôts nationaux, si bien que les augmenter n’est jamais un problème politique. Même si la gauche est largement en tête dans la course à la propension à la dépense, la droite n’est pas en reste, et le conseil général de la Haute-Savoie nous le démontrerait si cela était nécessaire.

Lors des prochaines élections, il n’y aura probablement pas un seul binôme de candidats qui présentera un programme tendant à la réduction de la dépense publique et des impôts. Tous vont rivaliser dans l’augmentation des prestations pour les vieux, les invalides, les collèges, les routes, les subventions à ceci ou à cela, les.. etc. La liste est infinie.

En conséquence ce n’est pas le sujet. Le sujet est plus «politique» au sens de la politique politicienne. Qui, avec qui, pour qui, sous quelle couleur politique ? Le reste n’aura aucune place dans le choix des électeurs, du moins de ceux qui se dérangeront pour aller voter.

Et c’est pour cela que l’on peut s’étonner du tandem inattendu qui va partir dans la circonscription d’Annemasse et rassemblera le conseiller sortant maire de Ville-la-Grand Raymond Bardet, et une obscure (sur le plan politique) socialiste adjointe à Ambilly. Là on est surpris. Jusqu’à ce jour le maire de Ville-la-Grand était étiqueté divers droite, et le voilà associé à une socialiste. Aurait-il viré sa cuti sur le tard ? Ou bien assiste-t-on à une migration politique de la gauche ambilienne à la divers-droititude villamagnaine ? Rien n’interdisant de penser que dans tous les cas de figure le duo nous donne le spectacle improbable de l’alliance de la carpe et du lapin.

Cela peut ouvrir une brèche dans laquelle le FN pourrait s’engouffrer en dénonçant le système «UMPS». Mais aussi cela ouvre la possibilité d’une alliance UMP/UDI dans cette friche politique urbaine à reconquérir.