Il va comment ? Il paraît qu’il est furieux, et il exerce un recours devant le Conseil d’État !

Ah ! C’est donc parce qu’il est «furieux» que le maire va exercer un recours.

C’est bien son droit.

Mais c’est le nôtre de penser qu’en n’acceptant pas la décision d’annulation M le Maire vient publiquement dire qu’il valide la fraude.

Parce qu’il ne faut pas oublier que le Tribunal administratif a invalidé l’élection en raison de la fraude démontrée. Les logiques juridiques et politiques se rejoignent ici. Il n’existe qu’une seule alternative : ou bien on conserve le résultat de l’élection, et en ce cas on valide la fraude, ou bien on rejette la fraude et en ce cas on invalide les élections.

L’argument qui consisterait à soutenir qu’on peut à la fois sanctionner la fraude en excluant ceux qui l’on commise, tout en conservant le résultat de l’élection, ne tient pas en application des principes mêmes de la démocratie. Que fait-on en ce cas des 17 % d’électeurs qui ont voté pour la liste du FN au premier tour et les 13 % qui ont voté pour elle au second ? On leur annonce simplement que leur vote a compté pour du beurre ? Ce serait inacceptable. Quand bien même nous ne partagerions pas leurs positions.

Pour être encore plus précis, ce n’est pas de l’invalidation d’un élu qu’il s’agit. Ce serait le cas si par exemple l’un des deux élus du FN était en fait inéligible. Mais il ne s’agit pas de cela. Il s’agit du fait que cette liste du FN a concouru aux élections alors qu’en fait elle n’était pas complète. Il lui manquait un candidat ou une candidate. Le faux a consisté à présenter la candidature d’une dame âgée alors qu’elle n’avait ni rempli ni signé son acte de candidature. C’est un faux. Dans ces conditions la liste n’était pas complète et ne pouvait se présenter. Or elle a obtenu 13 % au second tour et deux élus. Donc, et il n’y a vraiment aucune autre possibilité, donc c’est toute l’élection qui doit être annulée.

Ainsi ira le monde. Sauf à ce qu’un vice de procédure soit découvert, ce qui en l’état du dossier paraît peu vraisemblable, en logique démocratique et juridique l’annulation devrait être confirmée.