Le sceau des sots

Un éclairé, mais rassurons-nous, payé sur les deniers du contribuable, a écrit dans le blog succulent de la  majorité municipale :

«il est important de savoir notamment qu’une partie de l’opposition a :

- refusé de voter les subventions aux syndicats (défendre les droits des salariés ne semble pas recueillir leur approbation

Eh oui, grand clerc, la CGT qui défend d’abord ses permanents politiques, ne mérite pas un kopeck. Les syndicats doivent être indépendants des pouvoirs politiques, et même des petits pouvoirs aux petits pieds. L’indépendance doit d’abord être financière à l’égard de ces pouvoirs.

photo Libération frontière Gaza Égypte

«- refusé de voter la subvention à l’association « Une Toile contre Un Mur »
car « on ne doit pas prendre parti ». Outre que faire de la politique,
c’est choisir, ce vote sous-entend que l’association en question–
hébergée par la MJC Sud – serait partisane alors qu’elle est militante.
Il nous semble intéressant de citer une phrase extraite de son site
internet www.unetoilecontreunmur.org :
« Notre implantation dans la cité nous permet d’avoir des partenariats
avec deux MJC. Sur place, j’ai vu des associations Israéliennes,
Palestiniennes et internationales luttant souvent côte à côte pour une
paix juste et durable, essayant de créer un lien entre ces
populations »
.

Eh oui, J’AI refusé.

Tu es si brillant que tu ne te rends même pas compte de ce que tu révèles. Ainsi Une Toile contre Un Mur est hébergée par la MJC Sud. Zut alors, je croyais que les MJC ne faisaient pas de politique. Encore une illusion de perdue.

La prose antisémite à laquelle tu participes sous couvert d’antisionisme militant dégouline de ta bave, et je continuerai de voter contre ce projet partisan. Parce qu’il est partisan, il est partial, et le site de cette «association» renvoie expressément au boycott d’Israël, fustigé à chaque ligne, appelle à l’expression contre tout mur discriminant, mais n’en voit qu’entre les territoires palestiniens et israéliens, en faisant l’impasse sur les barbelés existants entre lesdits territoires et les pays arabes voisins. Au fait, les bonnes âmes, pourquoi donc les Palestiniens ne pouvaient-ils pas circuler librement vers l’Égypte avant le 28 mai 2011 ? Avez-vous une idée ?

Il y a d’autres subventions que la plupart des conseillers de l’opposition ont refusé de voter. Et ce n’est pas fini. La plupart ne voteront plus les subventions alimentant le fonds de commerce électoral de la gauche annemassienne.