Qu’est-ce que l’irresponsabilité ?

Ouf ! Pour une fois, l’exemple ne vient ni d’Annemasse ni de son agglomération, mais de nos voisins chablaisiens. Pire encore, l’information vient du « Dauphiné Libéré », (Jeudi 30 juin 2011), si ce n’est pas incroyable ça, Mme Bouzigue !

Nos voisins donc ont investi quelques millions d’euros dans le projet, aujourd’hui réalisé, du contournement de Thonon. J’écris quelques millions parce que les chiffres exacts ont d’autant moins de sens que les élus ne comptent jamais, et ne sont jamais responsables.

Une illustration terrible de cette proposition est rapportée par le grand journal quotidien régional (pommade). L’emprunt des sommes nécessaires à l’investissement a été fait auprès de Dexia, au taux en 2005 de 3,93 %. L’annuité était alors de 30 000 €. Mais, et c’est là que l’irresponsabilité pointe son nez, les bons élus et les bons fonctionnaires territoriaux tout bardés de titres n’avaient même pas lu les contrats, et aujourd’hui alors que le taux est passé à 14 % l’annuité s’élève à 280 000 €, selon le grand journal*. Vous faites ça dans votre ménage et vous vous retrouvez en chaussettes. Vous êtes salarié, vous êtes viré. Vous êtes chefs d’entreprise, vous vous retrouvez en faillite et avec une telle gestion vous risquez en plus les foudres des poursuites personnelles pour les fautes commises.

Si par contre vous êtes élu, ou que vous êtes un agent territorial, qui n’a rien vu, rien lu, mais dont c’était le travail, vous ne risquez rien du tout.

Le journal écrit : « À qui la faute ? L’actuel président du Siac dédouane totalement ses prédécesseurs. « À l’époque personne ne pouvait anticiper la crise et le contexte de l’euro qui nous plombent aujourd’hui ». Même posture pour Mme X… Directrice des services, qui incrimine Dexia. La dérive au-delà de d’un taux de 10 % n’a pas été explicitée aux élus ». C’était pourtant dans le contrat qu’il suffisait de lire, c’est ce que Dexia répond à ceux qui la critiquent.

C’est là l’irresponsabilité extraordinaire de tout ce petit monde. Les élus sont réélus. Les agents restent dans leurs fonctions, et sont régulièrement promus à des grades supérieurs. Le contribuable que vous êtes paye, demain, après-demain. Il est le seul responsable de leur négligence.

Assistera-t’on un jour à une révolte ? C’est extrêmement peu probable. Je sais que cette histoire vous ennuie. Quand le réveil électoral viendra, vous l’aurez de toute façon oubliée, vous n’irez pas voter, vous aurez tort.

* J’ai du mal d’ailleurs à comprendre les chiffres cités, parce qu’en passant de 3,9 à 14 je ne vois pas comment l’annuité passerait de 30 à 280. Il est possible que l’annuité à la sortie soit moins élevée, mais cela ne change rien au fond de désastre et d’imprévoyance. Et quand on ajoute à tout cela que pour rattraper la bévue le SIAC a recours à un cabinet d’experts, c’est encore plus honteux.