L’article auquel vous n’échapperez pas dans le prochain JIM

Le cadre de vie va se dégrader

J’entends d’ici les hurlements de la majorité municipale, leurs ricanements sardoniques, leurs protestations vertueuses. Nous, jamais ! On fait couler du béton uniquement pour votre bonheur, c’est notre seul but. D’ailleurs, on le peindra en vert, on rebaptisera toutes les rues en mettant parc à la fin : Rue du Chablais-parc, rue de la Gare-Parc, rue du Commerce-parc, etc. Mairie-parc.

Pourtant, la réalité est quelque peu différente. Il y a eu le 11 février une intéressante réunion d’information du conseil municipal sur plan local d’habitat de l’agglomération.

Il a été exposé que la région genevoise était en croissance démographique, et que l’agglomération annemassienne recevait 900 nouveaux habitants par an. Toutefois, les techniciens notaient « Un bémol : pour les communes les plus urbaines, plus de départs que d’arrivées ».

Et nos énarques d’arrondissement, dûment stipendiés par la majorité d’expliquer qu’il faudra trouver des moyens de les retenir, sinon cela pourrait contrarier le projet politique de gauche où tout le monde il est beau, il est gentil, il est écolo, baignant dans le lien social, l’égalité et tout, dans l’ambiance du fantastique projet de Chablais-Gare. Mais tout fout le camp, y compris les habitants.

Pas tous. Ceux qui en ont les moyens s’enfuient rapidement ailleurs. Ceux qui n’en ont pas les moyens restent. Ça déchire le rêve d’harmonie, de mixité sociale, et tutti quanti.

Comment les retenir ? On ne voit qu’une solution : celle proposée par le génial architecte Robilet-à-béton lors d’une réunion publique. Les empêcher de partir ! On hésite uniquement sur le fournisseur de barbelés. Les miradors seront construits en régie.

Sinon, il faudrait s’attaquer à la racine du mal. 1) Annemasse est dénuée de grâce, de goût, de qualités esthétiques. 2) Le simple quartier de Chablais-Gare (Parc en novlangue municipale) comptera sur deux hectares et plus de 500 logements pas moins de 1000 à 1500 habitants. Si on prend 1000 à l’hectare ça fait 100 000 par kilomètre carré. Ce qui est = à la surdensité. Annemasse avec une telle densité compterait 500 000 habitants !

La réponse est simple : 1) Ne pas réaliser un projet de ouf (il faut être moderne), et 2) rechercher en priorité l’amélioration du cadre de vie. C’est ce que veulent celles et ceux qui s’apprêtent à quitter l’agglomération en général, et Annemasse en particulier, et les autres, ceux qui resteront.

C’est ce que doivent rechercher en priorité la commune, son maire et son conseil. C’est cette recherche d’un équilibre. C’est ce qu’ils ne font pas, préférant, jusqu’à aujourd’hui, ne mettre l’accent QUE sur la construction des logements sociaux. Il y en a 25 %. Il y en aura 33,33 % dans le futur quartier de Chablais-Gare (Parc). Ce n’est pas la recherche de l’équilibre.