Réaction : l’indépendance, vite, pour les Antilles.

Ce n’est pas la vie municipale.

C’est la vie nationale. De temps en temps elle se rappelle à nous.

Depuis que les évènements de Guadeloupe mobilisent les médias, une urgence apparaît aux simples citoyens. Vite, il faudrait que les Antilles fussent indépendantes. Vite, vite, il ne faut plus perdre de temps. On pourrait même ajouter au voyage la Réunion, la Guyane, et tout ce que vous voudrez. La Corse aussi. Votons.

Après leur indépendance, nous serons enfin de vrais touristes. Et d’ailleurs, il est possible qu’on ne s’y rende même pas. Heureusement, nous ne sommes pas irremplaçables, la planète est pleine de touristes potentiels qui auront hâte de connaître l’accueil légendaire de ces contrées. Leur statut ne sera plus une occasion de contrariété. Ils seront libres. Tant mieux. Loin et libres.

Aussi j’adresse une prière à M le Président de la République, ainsi qu’à son premier ministre. S’il vous plait, sires, convoquez le corps électoral et posez-lui une unique question : pour ou contre l’indépendance de ces terres lointaines ? Vous verrez que nous nous déplacerons nombreux pour voter.