Une qualité de vie durable en ville (5/14)

La qualité de vie en ville, passe par un une harmonisation des
différents espaces de manière équilibrée : stationnement, promenade,
commerces, équipements, etc. Nous voulons réorganiser la ville pour que
chacun puisse se déplacer sans gêne, quelque soit son choix.

– Des parkings souterrains en nombre suffisants : nous devons rattraper 25 ans de retard.

Annemasse manque de places de stationnement : d’abord à l’usage de
ses habitants, mais aussi à l’usage de tous ceux qui viennent dans la
ville et animent, notamment, ses commerces.

Nous poursuivrons les constructions en cours, sans exclure la
réflexion sur l’efficacité des choix. Si nécessaire, nous construirons
d’autres parkings en souterrains, à Chablais Gare ou sous la place du
Clos Fleury pour résoudre la pénurie.

Le coût du stationnement doit être maîtrisé. Il faut réétudier la
gratuité de la première demi-heure et rechercher les possibilités
d’aménager le prix pour les samedis. Ces aménagements passeront par la
négociation avec le concessionnaire des stationnements.

Le stationnement sur les rues, dit de surface, sera plutôt réservé aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées.

– Le plan de circulation automobile : il est dépassé, et est manifestement à revoir,

Chacun peut le constater chaque jour. Entrée et sortir d’Annemasse
doit cesser d’être une épreuve pour tous ceux qui doivent circuler :
les mamans, les artisans, les professionnels, sans oublier les
visiteurs… nous le modifierons pour retrouver des flux automobiles
efficaces.

Nous engagerons l’étude d’un tunnel routier, comme d’autres villes
l’ont déjà réalisé : Marseille, Toulon par exemple, ou encore à nos
portes Annecy. Genève, avant nous, a enterré son autoroute de
contournement.

Un tunnel autoroutier partant des Bois de Rosses et aboutissant à
Gaillard permettra de désengorger le trafic de transit. Sa réalisation
sera étudiée dans le cadre d’un Partenariat Public Privé, formule
moderne de réalisation des équipements structurants qui rend possible
de tels projets sans grever les impôts locaux.

– Le développement des transports en commun : en cohérence avec le
Plan de Déplacement Urbain (PDU) mis en œuvre dans le cadre du SCOT,
nous poursuivrons une politique énergique de développement des
transports en commun.

La hausse des prix des carburants impose une solidarité renforcée en
matière de déplacements des personnes. De même, la lutte contre les
pollutions étant une priorité, le transport commun doit développer, à
Annemasse comme ailleurs, une offre attractive pour les habitants.

Autre engagement : l’attention portée aux modes « doux » de
déplacement, en particulier, le vélo. Le vélo n’est pas simplement un
sport, c’est aussi l’un des meilleurs modes de transport urbain. Mais,
pour cela, il est nécessaire de lui assurer une place identifiée et
sûre dans notre ville, en créant :
– des pistes cyclables sécurisée
– des dispositifs également sécurisés de stationnement des 2 roues.

Suite…