A propos de l’intervention du 24 janvier 2008 sur la ZAC CHABLAIS-GARE

ZAC CHABLAIS GARE

L’échec de ce projet, comme cela s’est révélé le 24 janvier 2008, est un triste événement.

Il est toujours douloureux d’avoir raison, quand on a mis en garde contre la réalisation d’une opération qui paraissait, dès l’origine, mal ficelée.

Il apparaissait dès l’origine que le projet était un projet déséquilibré.

Il était recherché dans ce projet d’une ZAC une « densification » de la ville.

Dans tous les documents d’urbanisme édités par l’équipe municipale actuelle, il était exposé les nécessités de densifier la ville centre de son agglomération.

C’est une erreur.

L’erreur a conduit à l’échec.

Et l’actuel conseil municipal veut poursuivre dans son erreur.

L’opération ne pourra jamais aboutir dans son déséquilibre actuel et avec la densification projetée.

Si l’aménageur, ADIM, s’est retiré, car c’est bien d’un retrait volontaire dont il s’agit et non pas d’une erreur de sa part, c’est bien parce que l’opération ne peut économiquement être rentable. Pour rester il demande….15 millions d’euros !

Le choix, de la densité aboutirait à un quartier détestable, ce qui pose problème pour la seule commercialisation.

L’étroitesse des voies, l’impossibilité d’y circuler qui résultera de cette densité, tout cela constituera, pour reprendre l’expression des professionnels de l’immobilier un « produit » quasi invendable à un coût élevé du m2 et cela sans compter les milliers de m2 qui sont en théorie réservés aux commerces.

Le projet actuel aboutira toujours à une impasse si vous le poursuivez dans cette même ligne.

La concertation proposée pour la ZAC CHABLAIS GARE a été réduite à son minimum légal.

Une information sur le site internet de la ville, les insertions dans deux journaux locaux, la mise à disposition d’un registre d’observations, ce n’est pas une réelle consultation, même si cela satisfait aux exigences du Code de l’Urbanisme.

La vraie consultation serait de proposer à l’opinion annemassienne divers projets et de l’inviter par un référendum à donner son avis sur ces projets.

C’est cela la vraie démocratie.

C’est en cela que le futur de la ville pourrait être décidé en association avec ses habitants.

C’est donc pour demain, quand l’équipe municipale aura changé.

Nous n’entendons pas laisser ce quartier dans sa déshérence actuelle.

Mais nous le voulons :

– convivial;
– ouvert sur la ville;
– joli;
– de haute qualité environnementale;
– le moins dense possible.

Cela pourrait avoir un coût pour la collectivité, mais il faut l’assumer plutôt que de faire semblant de laisser l’aménageur supporter tous les frais, mais engendrer des coûts sociaux indirects qui pèsent plus encore sur elle.

Nous avons l’exemple de quartier nouveaux dans des villes du nord, où le prix du foncier n’est pas moindre qu’ici, avec des immeubles de moyenne taille, celle de l’échelle humaine.

Choisissons cet urbanisme porteur plutôt que l’urbanisme ringard, dépassé, et lourd de menaces.

Jean-Pierre Benoist

Intervention au Conseil Municipal du 24 janvier 2008 sur l’aménagement des trois places

AMÉNAGEMENT DES TROIS PLACES

Ce beau serpent de mer refait surface.

Il faut aujourd’hui se souvenir des proclamations qui ont été faites dans cette enceinte lorsqu’il s’était agi d’aménager les trois places et d’y installer le magnifique immeuble de la 2C2A.

Un immeuble administratif au cœur de cet espace.

Un immeuble administratif pour animer la ville.

Heureusement, ce projet, que j’ai combattu, qui a été combattu par une fraction importante de la population, a finalement été abandonné.

Est tombée alors opportunément, la nécessité de réaliser des fouilles…

On trouve bien toujours les prétextes qui permettent de se justifier.

Et aujourd’hui il est proposé l’aménagement de la seule place de la Libération à l’occasion de la réalisation d’un parking que l’équipe municipale aura mis 30 ans à construire.

30 années sans qu’ANNEMASSE n’ait réalisé le moindre parking souterrain, c’est un véritable exploit, il faut en être fier.

Dès l’achèvement des travaux du parking MONTESSUIT, ceux de la place de la Libération commenceront.

C’est donc l’occasion de transformer cette place.

Mais il est demandé d’approuver les objectifs et les orientations de l’aménagement, d’accepter de lancer la phase de concertation conformément au Code de l’Urbanisme, d’associer les habitants.

Il faut aménager l’ensemble de cet espace et non pas se limiter à la place de la Libération.

Il est proposé comme exemple de l’aménagement, un brouillon fait sur ordinateur, qui fait ressembler cet espace au court central de tennis de ROLAND GARROS.

Moins d’imagination, ce n’est pas possible.

Et en prime on paye cette étude bâclée.

S’agissant de la concertation, si l’on se souvient des concertations que l’équipe municipale a déjà réalisées et qui étaient en réalité des séances d’information et non pas de concertation, on peut craindre le pire.

Il y a une solution extrêmement simple encore une fois : le référendum pour que la population puisse donner son avis.

Cela suppose qu’il y ait différents projets qui puissent lui être soumis.

Nous proposons d’ouvrir un large concours pour sélectionner le meilleur entre plusieurs projets.

Jean-Pierre Benoist

Intervention au Conseil Municipal du 24 janvier 2008 sur le Budget

Conseil municipal d’Annemasse du 24 janvier 2008  : Débat d’orientation budgétaire –  Intervention de Jean-Pierre Benoist

A la veille ou presque d’une élection municipale générale, il est bien évident que le Débat d’Orientation Budgétaire revêt l’importance d’une profession de foi.

Pourquoi pas.

On apprend dans la presse qu’un candidat fait procéder à l’étude du budget. C’est une bonne idée, et surtout une idée opportune, il sera mieux renseigné. Mais pour notre part, nous poursuivons la réflexion engagée depuis déjà longtemps, et que nous avons déjà développée.

Souvent, vous comparez la situation d’Annemasse à des villes de France, de même taille. Ces comparaisons ne sont pas raison. Annemasse présente une spécificité par les apports des fonds frontaliers et du Casino qui interdisent les comparaisons.

Si bien que les éloges que vous pensez vous adresser par ces comparaisons avantageuses, relèvent du procédé rhétorique mais pas de la réalité.

Mes convictions sont simples, de bon sens et permanentes : une équipe municipale est au service de ses concitoyens.

Sur ce fondement les élus se doivent de gérer au mieux dans l’intérêt de leurs concitoyens.

Nous avons ici une grande différence dans l’approche budgétaire.

Je vous rappelle le débat que nous avons eu il y a deux ans.

Alors que les finances de la ville, alimentées par l’imposition ordinaire, par la dotation de l’Etat, mais aussi pour un quart par les recettes frontalières et celles du Casino, sont particulièrement positives, votre Conseil décidait en 2005 d’une augmentation de 5% des taxes sur le foncier bâti, fondée sur l’idée qu’il fallait créer une marge de manœuvre.

Cette marge de manœuvre n’existait en fait que dans le discours, et aussitôt de notre côté nous l’avions contestée.

C’était une illusion.

La marge a été absorbée dans le budget et aujourd’hui vous n’en parlez même plus.

Ce n’est pas notre approche des finances locales. Ce n’est pas notre philosophie, nous voulons la clarté, nous voulons la rigueur.

Et sur le fond nous ne pouvons être d’accord. La fiscalité locale ne doit pas être une variable d’ajustement.

Bien au contraire.

Seul l’emprunt peut être une variable d’ajustement en contrepartie des dépenses d’investissement.

Dans ces conditions, le fait qu’Annemasse maintienne les  taux d’imposition actuels n’est pas une prouesse, cela relève d’une ardente obligation. Obligation que vous avez déjà écornée par l’augmentation passée.

Et, puisque nous sommes dans cette période de campagne électorale et bien je le dis haut et un peu plus fort que les années précédentes (!), nous devons préserver le pouvoir d’achat des Annemassiens en refusant d’alourdir les prélèvements locaux.

Personne ne pouvant affirmer avec certitude que les recettes exceptionnelles de notre ville, les fonds frontalier et le Casino, se maintiendront dans le futur à leur niveau actuel, le choix se pose !

C’est pourquoi je préfèrerais toujours un renforcement de la maîtrise des dépenses compressibles à une hausse des impôts locaux, comme celle que vous avez appliquée en 2005 et que je viens de rappeler, (pour le foncier bâti + 5 %). Je suis persuadé que vous la regrettez aujourd’hui car elle ne semblait guère utile (à moins qu’un obscur argument politique ne vous y ait contraint).

Les courbes que l’on peut dégager sur l’évolution des masses budgétaires montrent qu’à Annemasse les dépenses réelles évoluent parallèlement aux recettes réelles de fonctionnement, avec toutefois un tassement de ces dernières, et dans le dernier exercice une augmentation très sensible des dépenses réelles de fonctionnement qui passent de 31 678 000 € à 34 294 000 €, soit, comme vous le notez, une augmentation de 8,26 % en un an.

Ce qui est inquiétant puisque cela, si on poursuit cette tendance, implique un effet de ciseaux à terme, avec une courbe des frais supérieure à celle des recettes.

Je prends le pari que l’on peut arriver à faire fléchir la courbe des dépenses pour l’écarter encore de celle des recettes et préserver ainsi l’avenir en procédant dès que cela sera possible, non pas à un plafonnement mais à une baisse de l’imposition locale.

Effort qui doit s’inscrire dans la nécessaire diminution de la dette de la France, telle que ses abysses nous sont révélées une fois encore par le rapport Attali.

Et ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit : cela ne se fera pas au détriment ni des fonctionnaires territoriaux, ni de la qualité des services publics locaux. Notre programme suivra justement l’idée inverse.

En tant qu’élus responsables, il nous appartiendra de faire les choix qui s’imposent pour respecter nos engagements. La maîtrise de la fiscalité locale en fait partie et ce n’est pas un des moindres.

Jean-Pierre Benoist

Communiqué de presse du 23 janvier 2008

Annemasse, le 23 janvier 2008

Nous proposons deux projets ambitieux pour notre ville et son agglomération.

1) Une réponse aux problèmes de la circulation consiste à la faire passer en souterrain. Marseille, Toulon, Lyon l’ont fait. Annecy s’apprête à le faire sous le Semnoz. Nous lancerons les études en vue de cette réalisation.

2) S’agissant du quartier de la gare, dénommé « Etoile Gare », au lieu d’un projet d’urbanisme ringard de cubes juxtaposés. Osons un vrai projet de transformation du secteur en couvrant les voies ferrées cela existe ailleurs, nous le ferons.

Jean-Pierre BENOIST
06 33 92 11 46
contact@pour-annemasse.fr
www.pour-annemasse.fr

Pour télécharger ce communiqué au format pdf : cliquer ici

Les temps sociaux adaptés

Notre société connaît des évolutions sans précédent depuis une vingtaine d’années. Elles se sont encore accélérées avec l’arrivée des nouveaux moyens de communication, qui bouleversent la vie de chacun, plus ou moins fortement.

Au quotidien, le maire, les adjoints, le conseil municipal sont concernés par ces évolutions. Encore faut-il d’une part les admettre, ce qui suppose un esprit moderne, d’autre part, les étudier, ce qui suppose une capacité d’analyse là encore rénovée. Les vieux schémas n’ont plus cours.

Prenons l’exemple des temps sociaux. Quelle notion ! Ce sont les temps qui rythment notre vie entre l’entreprise, les loisirs, les déplacements, les achats, etc. Ces temps sont de plus en plus différenciés. Il faut donc adapter les temps sociaux et la qualité de vie, ce qui relève directement de l’action municipale moderne.

La mise en place « d’un bureau des temps » nous paraît donc devenir indispensable. Il ne s’agit pas de fonder une nouvelle utopie – les plus anciens se souviennent sans doute de l’éphémère ministre du temps libre -, mais de parvenir à adapter la ville aux nouvelles habitudes des citoyens (services de proximité, horaires des services culturels, crèches, etc.). Or, pour mener à bien ce projet, il faut concerter et, pour concerter, il faut se rencontrer…
Une telle structure permettra d’assurer la cohérence des horaires de la vie urbaine avec ceux de la vie municipale. C’est essentiel pour que la mairie reste au service des citoyens.

Marie-Pierre Berthier

Elections municipales = élections locales

73 % des  Français estiment que les élections municipales restent un enjeu local…

Selon l’enquête Opinionway pour Le Figaro et LCI, une large majorité de Français n’accorde pas d’enjeu politique national aux élections municipales qui vont se dérouler les 9 et 16 mars. Ils sont en effet 73 % à considérer ce scrutin comme un enjeu local et à tenir compte des enjeux spécifiques de leur ville  plutôt que d’enjeux nationaux lors du prochain vote.

Seuls 26 % veulent « nationaliser » ces élections et débattre des enjeux gouvernementaux, notamment.

Marie-Pierre Berthier

Communiqué de presse du 21 janvier 2008

Annemasse, le 21 janvier 2008

Monsieur Vigny déclare que je jouerais au « poker menteur » parce que je ne répondrais pas à ses appels. Étonnant. Il y a moins d’un mois il déclarait à un hebdomadaire régional que je lui avais dit que je le rejoignais. C’était faux. Aujourd’hui il livre une autre histoire. Tout aussi fausse. Sa porte serait ouverte : la mienne aussi ! Mais à sa différence je ne viens pas constituer, contre une alliance qui existait avant son atterrissage à Annemasse, une liste de division.

Jean-Pierre BENOIST
06 33 92 11 46
contact@pour-annemasse.fr
www.pour-annemasse.fr

Télécharger ce communiqué au format pdt : cliquer ici

MOROSITE ET IMPATIENCE de nos commerçants

Nul ne saurait le nier : au sein
d’une ville, les Commerçants sont « facteurs
de Vie ! »

Alors posons-nous cette question :
« comment sont-ils arrivés à dresser un
bilan aussi désastreux de leur activité sinon par
l’indifférence des pouvoirs municipaux actuellement en
place et manifestée à leur égard ! »

Nous voulons vous rapporter, ici, sans
détour ni artifice électoraliste, les témoignages
de leurs attentes et de leurs souhaits profonds afin de donner, à
notre ville, un visage non seulement harmonieux par son architecture
mais aussi Humain par son aspect économique, en considérant
l’avis de Tous les Citoyens qui la composent par la prise en compte
de leurs suggestions et ressentis.

Nos Commerçants en sont inscrits
au tableau des principaux acteurs !

Ce samedi matin, 19 janvier, nous leur
avons rendu visite, précisément et dans un premier
temps, avenue de la Gare.


L’avenue de la gare

La morosité dégagée
par l’ensemble de ces Artisans de notre quotidien, en veut pour
preuve Tout l’immense travail d’Ecoute et de Partenariat qu’ils
attendent de leur prochaine Municipalité.

Les 2 constats majeurs et unanimement
dénoncés sont :

1. le manque de Stationnement, trop
cher et inadéquat,

2. la Propreté des trottoirs.

Ce manque de stationnement fait
obstacle à la survie même de leur activité !

Quant à la Propreté des
espaces publics, trottoirs en l’occurrence, certains Commerçants
se voient, je cite : « contraints et forcés
d’interpeller des passants laissant leur animal se soulager devant
leur enseigne !»

Cette preuve d’incivisme n’aurait
pas cours, je cite « si les autorités
municipales verbalisaient ces actes d’incivisme plutôt que de
voir leurs Agents se passionner sur leur montre pour mieux verbaliser
les clients, de bonne foi, pour un dépassement de 10 mn. de
leur temps de stationnement ».

Jean-Pierre Benoist et un automobiliste excédé de l’avenue de la gare


Concernant le stationnement, un
Commerçant, originaire du Sud de la France, a suggéré
de penser à instaurer sa gratuité pour le samedi, comme
cela se pratique dans sa propre municipalité !

A ces 2 points cruciaux, s’ajoutent
d’autres remarques comme :

« – Trop de béton,

– Pas assez d’espaces verts en centre
ville aux décorations horribles ou inexistantes,

– Manque d’animation au centre ville,

-Besoin de dynamisme par la création
de cinémas, d’hôtels et de restaurants »

Nous ne manquerons de vous rapporter,
toujours aussi fidèlement et aussi sincèrement, nos
différents entretiens avec nos concitoyens.

Ce rapport marque la volonté de
notre démarche qui se réclame Citoyenne et Responsable,
Fidèle à notre Engagement, à Vos côtés,
pour une conduite solidaire de notre berceau haut- savoyard,
Annemasse !!

Nous remercions très sincèrement
Tous ces Commerçants pour leur accueil chaleureux et leurs
positions responsables !

Nous ne désirons pas une Ville
affairiste mais une « Annemasse » courtoise,
avenante et dynamique !

Nous Comptons sur Vous, Pour Vous et
Avec Vous !

Attention ! PLU densificateur…

Le P.L.U – Plan local d’urbanisme –
adopté par la majorité municipale en juillet dernier,
cristallise une vision fossilisée du futur de notre ville. En
effet, il se décline qu’en termes de « plus »,
plus de béton, plus de densité, plus d’habitants,
plus de circulation. Annemasse est déjà la ville la
plus dense du département et le seul rêve de l’équipe
sortante, c’est de bondir vers de nouveaux sommets, notamment pour
la hauteur des immeubles (voir le projet de tour de 14 étages
avenue de la gare).

Annemasse, ville la
plus dense du département – Source image : http://www.geoportail.fr/

La recherche de la qualité,
comme de l’harmonie, est absente du document. Bien sûr, nous
ne voulons pas bloquer les constructions, mais il nous semble
important de rendre de la cohérence au développement
quelque peu anarchique de notre ville.

De plus, au-delà du renforcement
de la densité qu’il prône en ville, ce PLU est ringard
parce qu’il repose sur des projets vieux de 30 ans. Or, s’ils
n’ont pas été réalisés depuis, comme
les 3 Places, pourquoi les seraient-ils davantage après les
élections ?

Prenons garde aux utopies urbanistiques
alors que tant de problèmes restent à résoudre
dans notre ville.

Marie-Pierre BERTHIER

Les photos de l’inauguration !

Hier soir, l’équipe de campagne de la liste muncipale « Pour Annemasse » a inauguré son siège de campagne au 17 avenue de la gare à Annemasse.

Le choix de cet emplacement a été dicté par la volonté d’être au centre de la ville. Le quartier de l’avenue de la gare connaît aujourd’hui des difficultés et appelle une solide politique de rénovation.

Transformer notre ville pour la rendre vivable et respirable est au coeur de notre action !

Nous vous proposons quelques photos pour faire connaissance avec toute l’équipe !


Jean-Pierre Benoist et l’équipe de campagne « Pour Annemasse »

Notez qu’à partir de la semaine prochaine, vous pourrez venir nous rencontrer au 17 avenue de la gare du lundi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h.

Dans l’attente, si vous le souhaitez, n’hésitez pas à nous contacter, par téléphone au 06.33.92.11.46 ou par courriel à l’adresse suivante : contact@pour-annemasse.fr

Mentions légales

Mentions légales

– PRESENTATION GENERALE

Vous êtes actuellement connecté au site  http://www.jp-benoist.fr/ qui est édité par Jean-Pierre BENOIST, conseiller municipal de l’opposition à Annemasse.

Directeur de la publication :
Jean-Pierre Benoist
17 rue cursat
74100 ANNEMASSE

Hébergement :
1&1 Internet SARL
7, place de la Gare
57200 Sarreguemines
www.1and1.fr

L’éditeur s’engage à respecter l’ensemble des lois concernant la mise en place et l’activité d’un site Internet.

– LIENS HYPERTEXTES

La création de liens hypertextes vers le site « http://www.jp-benoist.fr » est soumis à l’accord préalable du Directeur de la Publication. Les liens hypertextes établis en direction d’autres sites à partir de « http://www.jp-benoist.fr/ » ne sauraient, en aucun cas, engager la responsabilité des éditeurs de ce site.

Notre Programme

Pour lire le programme en entier : cliquez ici

Introduction

Un urbanisme maîtrisé et ambitieux

Nouveaux quartiers et quartiers rénovés

Un cœur de ville vert, solidaire, piétonnier

Une qualité de vie durable en ville

L’environnement et l’écologie urbaine

Un logement pour tous : une vraie réalité

Une solidarité affirmée, mais rationnalisée

La sécurité assurée en ville

L’action culturelle diversifiée

Le sport pour tous

La démocratie locale permanente

Valoriser les services municipaux

Des finances locales rigoureuses

Notre politique sociale

Une politique sociale efficace doit s’orienter et s’adresser à toute la population annemassienne afin que chacun, c’est-à-dire la municipalité et les habitants, y trouve des intérêts communs.

A – La prévention et la protection de l’enfance

Il est important de s’occuper davantage de ce point.

Annemasse est une ville frontalière ce qui facilite les projets des personnes malveillantes envers nos enfants.

A cet effet, je veux rencontrer les pédiatres et les enseignants, écouter leurs observations et élaborer avec eux un projet ambitieux qui permettra de garantir une politique plus préventive et protectrice de l’enfance face à la pédophilie et aux viols.

B – L’insertion sociale et professionnelle

Actuellement la Municipalité en place base sa politique d’insertion sociale et professionnelle en particulier sur le revenu minimum d’insertion. Il ne faut pas attendre que les gens soient en bas de l’échelle sociale pour les aider sans tomber non plus dans l’assistanat.

Je veux qu’avec l’ANPE et les missions locales pour l’emploi, un partenariat soit mis en place avec le service social de la Mairie afin de trouver du travail aux personnes en difficultés.

Il y a du travail pour la majorité des personnes. Mais il est plus simple et plus rentable pour certains de toucher les aides de part et d’autre ; le RAS est une bonne formule.

Trop de social, tue le social.

1- Cela pourrait commencer déjà au niveau scolaire

Je mettrai en place une politique scolaire ambitieuse qui permettra à nos jeunes de s’insérer.

Je propose donc que :

– dès l’école primaire, en poursuivant ensuite par le collège il y ait des interventions tout au long de l’année de professionnels, de patrons, afin que lors de rencontres dans les entreprises, les ateliers,.. les élèves puissent envisager leurs futurs métiers;

– des stages auprès de ces professionnels soient organisés pendant l’année scolaire et pendant les vacances;

– de mettre en place une collaboration efficace entre les enseignants et la Municipalité afin que les élèves soient rapidement orientés en fonction de leurs compétences (sportives, culturelles, scientifiques,…);

Une fois que les jeunes sont bien orientés et encadrés par leurs responsables la question de l’insertion professionnelle se relativise.

– de créer des associations d’anciens élèves qui parraineraient les nouveaux élèves, leurs feraient part de leurs cursus professionnel vécus et pourraient les aider dans leurs orientations.

– de créer des échanges scolaires avec d’autres villes qui pourraient être jumelées avec Annemasse (ville de Russie, de Chine, de Moyen-orient, des Etats Unis,…)

2- Cela pourrait continuer au niveau sportif

Je mettrai en place une politique sportive ambitieuse qui permettra à nos jeunes de s’insérer :

– Les clubs de sports qui réussissent doivent davantage être soutenus financièrement, matériellement et humainement dans leurs démarches.

– Annemasse doit conserver ses sportifs de hauts niveaux ainsi que ceux qui sont  prometteurs, en leur permettant de s’entraîner et d’avoir un travail. Cela pourrait se faire par la mise en place de partenariat avec les entreprises qui pourraient engager ces jeunes;

– De même, il serait judicieux de conserver des espaces ouverts dans le centre-ville d’Annemasse aux Jeunes qui ne sont pas forcément inscrits à un club de sport afin qu’ils puissent jouer au basket, foot et autres avec leurs copains au lieu de traîner en ville.

C – L’accompagnement social des
personnes en exclusion

La Municipalité actuelle mène un accompagnement social des personnes en exclusion.

Ceci est très bien, personne ne peut remettre en cause le fait d’aider les exclus de notre société.

Par contre ce que je peux reprocher à la Municipalité en place, c’est :

– sa politique d’attribution, de contrôle de l’affectation et du suivi de l’occupation des  logements sociaux.

Je veux mettre en place une commission d’enquête qui permettra de nous faire un état des lieux des logements sociaux et qui répondra aux interrogations suivantes :

– Qui occupe aujourd’hui les logements sociaux ?

– Est-il justifié qu’un Tel ou une Telle puisse avoir droit à un de ces logements.

– Des personnes (aujourd’hui frontalières) sont locataires dans des logements sociaux alors que nos jeunes qui débutent dans la vie et qui travaillent en France n’arrivent pas à se loger raisonnablement.

Oui à la construction de logements sociaux mais soyons déjà vigilants à l’occupation de ceux existants

La Mairie doit avoir un droit de regard plus accru sur la gestion immobilière publique.

– son manque de politique d’alphabétisation ambitieuse

Aujourd’hui des étrangers en situation régulière qui habitent à Annemasse depuis des décennies ne parlent toujours pas ou pas bien le français, pas plus qu’ils ne le lisent ou l’écrivent.

Il en est de même pour certains français.

Je souhaite mettre en place avec les MJC, les associations, les anciens instituteurs,  des cours de français et de soutien scolaire pour les adultes et les élèves.

Aujourd’hui ces jeunes qui rentrent chez eux après l’école ne peuvent faire leurs devoirs faute d’aides à la maison.

D – Soutenir la prise d’autonomie des
personnes en difficulté sociale

La politique sociale de l’actuelle municipalité est relativement bien menée sur ce point.

Toutefois, je complèterai cet aspect par :

– la mise en place d’un soutien pour les personnes âgées dans leurs formalités administratives;

– la mise en place avec les surfaces commerciales d’une aide pour les courses.

Il serait judicieux lors de la restructuration hospitalière dûe à la création de l’hôpital sur Findrol et du rapprochement de la clinique de Savoie et de Lamartine d’envisager l’aménagement d’une maison de retraite sur Annemasse.

Notre politique d’urbanisme

Une politique d’urbanisation ambitieuse
de la ville d’Annemasse doit être mise en place

Aujourd’hui nous habitons à
Annemasse mais le week-end et le soir, les Annemassiens quittent leur
ville ; ils vont au cinéma à Archamps car il y a une
galerie marchande ouverte agréable, restaurants et bars ; la
question du stationnement ne se pose pas.

La piscine de Thonon est aménagée
pour les petits comme pour les grands avec animations et jeux
sécurisés pour les enfants.

Il faut orienter d’avantage la
construction avec des espaces verts pour les Jeunes, les anciens, les
couples, bref pour les Annemassiens.

Il faut accroître la
piétonisation sécurisée du centre ville en
accord avec les commerçants et leur représentant.

Je veux rencontrer le Président
des commerçants, les commerçants eux-mêmes
principalement concernés ; je pense à ceux de la Rue de
la Gare, Rue du Commerce, Rue des Voirons.

Je veux écouter leurs doléances,
élaborer avec eux le projet d’un secteur piétonnier. En
étudier les avantages ou les inconvénients et trouver
ensemble la solution la meilleure.

Une zone piétonne ne doit pas
léser la vitalité commerciale mais apporter un plus, un
confort qui se manifesterait par la pose de bancs, la plantation de
fleurs et d’arbres.

Le client doit pouvoir faire ses achats
en toute tranquilité sans être obsédé par
le sationnement.

En plus de la création de
nouvelles places de stationnement, il faudra trouver une nouvelle
politique de tarification « la plus juste possible ».

Il faudra prévoir la mise en
place d’un service de transports urbains écologiques (navettes
électriques ou au GPL) et rapides (navettes toutes les 10 min).

Annemasse dispose déjà de
quelques espaces verts mais il faut végétaliser
davantage la ville sur son ensemble : intégrer des espaces
verts lors de nouvelles constructions. De même, sur la plupart
des parkings souterrains qui seront conçus ou à
concevoir il serait judicieux de concevoir des espaces verts, des
jeux pour les enfants, des agros-espaces, des terrains de skates
board, des espaces de rencontres.

En ce qui concerne les nouvelles
contraintes d’urbanisme, les nouveaux quartiers et leurs
aménagements, il faut encourager les commerces de proximité
; l’orgnisation sociale devra être étudiée au
plus près des utilisateurs.

Il faut éviter les quartiers
guettos en mélangeant toutes les couches de la population.

Il faudra contrôler la politique
actuelle qui consiste à faire venir trop de personnes (5000
personnes en 3 ans) et qui s’oriente par conséquence vers la
densification.

C’est une politique absurde car une
ville densifiée ne vit pas.

Il faudra savoir d’où elles
viennent et si elles ne viennent que par l’attrait du travail en
Suisse.

La politique d’urbanisation que je
souhaite, doit permettre tout en construisant des logements de
préserver le patrimoine.

C’est le cas de la « Maison LAPINE »
notamment.

Il y a également des espaces qui
doivent être laissés libres malgré la pression
immobilière ; tel est le cas de la rue du Chablais avec la
Construction en cours à la hauteur du Pressing.

La politique d’urbanisation ne doit pas
seulement être axée sur les frontaliers mais sur les
Annemassiens qui travaillent en France.

La politique d’urbanisation en cours
dans certains quartiers tel que celui de la gare doit absoluement
permettre l’installation de sociétés et de micro
sociétés.

Aujourd’hui il n’y a sur Annemasse que
trop peu de sociétés ; celles-ci s’étant
implantées sur la zone industrielle de Ville-La-Grand.

Il faut relancer l’activité
économique afin de permettre à nos habitants et talents
de rester dans notre viille.


A – Le Stationnement et Le plan de
circulation.

Une politique du stationnement et un
plan de circulation ambitieux aura pour effet de stimuler l’activité
de nos commerces et de proposer une qualité de vie meilleure
aux annemassiens.

Le projet de voie de contournement de
la ville devra être poursuivi, voir éventuellement
modifié mais il doit être mené dans un delais
acceptable.

Il y a des points noirs pour la
circulation à Annemasse non encore complètement réglés;
il faut donc porter des améliorations :

– Rue Jules FERRY et la place de
l’Etoile;

– l’aménagement des routes
permettant l’accès au Casino;

– l’accès au niveau
d’Etrembières;

– la route de Thonon du Quick jusqu’au
carrefour des chasseurs;

Il faut éviter au maximun la
circulation des camions au Centre-ville, on peut prévoir la
création d’une gare routière.

Il faut prévoir lors de la
création de parking souterrains des entrées et sorties
correspondant aux grands axes (Thonon, Genève, Autoroute,
gare) et avoir des transports en commun adéquats répondant
aux horaires de travail des frontaliers. Cela limiterait les voitures
dans le centre-ville, permettrait un usage des transports publics et
les voitures seraient garées dans les parkings).

La création de pistes cyclables
en ville et le long de l’Arve doit être envisagée et
mise en place.

B – La politique écologique

La qualité de l’environnement
dans une commune urbaine doit assurer une qualité de vie à
la population.

Il faut faire un état des lieux
du recyclage à Annemasse qui se fait par des containers dans
des coins stratégiques de la ville :

– Y en a -t-il assez ?

– Comparer avec le recyclage d’une
ville de la même importance qu’Annemasse dans laquelle il
existe des points verre mais dont chacun des immeubles est
propriétaire de bacs de tri.

Un constat sur Annemasse ; les
trottoirs sont toujours sales.

Il faut prévoir la mise en place
d’un service de « Motos Crottes » qui serait financé
en partie par le paiement d’une taxe par les propriétaires de
chiens en échange d’un enregistrement et remise d’une
médaille. cf Genève

Il faut installer d’autres « wc »
pour les chiens et entretien journalier de ceux-ci par le service
ainsi financé.

Il faut replanter des arbres plus
résistants à la pollution sur les espaces vert, sur la
place de la Mairie, de même que la place de l’auditorium ainsi
que dans l’ensemble des rues.

Il faut revoir le revêtement de
la Place de la Mairie qui par temps de pluie est glissante et donc
dangereuse.

Notre politique sur la sécurité

Il faut prévoir :

– la réalisation d’un meilleur
éclairage pour l’ensemble de la ville d’Annemasse.

– une meilleure coordination des
services de police (Police Municipale et Police Nationale) qui
seraient réorganisés pour protéger l’intégrité
des Personnes et des Biens.

– un renforcement et
suivi des contrôles (Armes, Drogues, et tout Produit illicite
au niveau des quartiers déjà ciblés).

Une politique de la sécurité peut également se
mettre en place par
:

– Une politique
sportive ambitieuse qui par un meilleur encadrement permet aux jeunes
de sortir des groupes de délinquants, organiser des rencontres
amicales avec la police de proximité.

– Une politique culturelle répondant
aux aspirations de la population (cf paragraphe sur la politique
culturelle) et permettant une meilleure intégration et évitant
la marginalisation.

Communiqué de presse du 10 janvier 2008

Annemasse, le 10 janvier 2008

La liste « POUR ANNEMASSE » conduite par Jean-Pierre BENOIST inaugure son siège de campagne au 17 avenue de la gare à Annemasse le lundi 14 janvier 2008 à 18H et vous y convie chaleureusement.

Le choix de cet emplacement a été dicté par la volonté d’être au centre de la ville. Le quartier de l’avenue de la gare connaît aujourd’hui des difficultés et appelle une solide politique de rénovation. Transformer notre ville pour la rendre vivable et respirable est au coeur de notre action.

Jean-Pierre BENOIST – Marie-Pierre BERTHIER – Louis MERMET
06 33 92 11 46
contact@pour-annemasse.fr
www.pour-annemasse.fr

Télécharger ce communiqué au format pdf : Cliquer ici

Agenda

Voici le calendrier pour les deux semaines à venir :

– mardi 4 mars 2008 entre 10 heures et 12 heures, sur le marché à Annemasse,
– vendredi 7 mars entre 9 heures et 12 heures, sur le marché à Annemasse,
– réunion publique au Perrier, à la MJC le vendredi 7 mars 2008 à 19 heures 30,
– nous ferons une réunion publique dans la semaine entre les deux tours,

Tous les jours il sera possible de retrouver les membres de l’équipe au cours de leurs actions sur le terrain.
La permanence reste également un point de contact?.

Nous aider

N’hésitez pas à participer avec nous pour l’avenir d’Annemasse.

Vous pouvez nous aider de différentes manières :

  • En participant activement à ce blog, en nous apportant vos idées et commentaires;
  • En recommandant ce blog à votre entourage;
  • En nous rejoignant lors de nos réunions;
  • Vous pouvez également nous soutenir financièrement en effectuant un don. Vous pourrez ainsi bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % du montant de votre don dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. (Article L 52-8 du Code électoral et Article 200 du Code général des impôts.)

    Pour envoyer votre don télécharger le formulaire ci-après : formulaire de don

    ATTENTION ! Les dons des personnes morales (sociétés,
    associations…) sont interdits et vous devez envoyer vos dons à notre mandataire financier uniquement, à l’adresse suivante :

Monsieur Bernard DREVON
« POUR ANNEMASSE »

12 r Clos Fleury

74100 ANNEMASSE

Programme

Faisons d’Annemasse … UNE VILLE à VIVRE

Nos ambitions et nos propositions :

Annemasse RESPIRE :

    • Nous mettrons un terme au développement anarchique des constructions.
    • Nous créerons un espace de vie de près de 3 hectares au centre ville sur les trois places : Libération (marché), Marché couvert et Clémenceau, tout en préservant le marché bi-hebdomadaire.
    • Nous réviserons le dossier Chablais Gare pour accentuer son caractère résidentiel en le revitalisant.
    • Nous repenserons le projet Etoile-Gare pour le rendre cohérent avec celui développé à Ville-la-Grand.
    • Nous arboriserons les rues au maximum et recréerons une liaison douce et verte entre tous les quartiers de la ville , notamment avec le Livron, Romagny ou le Brouaz.
    • Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour que les rues et les espaces publics soient propres.

Annemasse CIRCULE :

    • Nous prenons l’engagement de réorganiser la circulation.
    • Nous renforcerons la politique de la Communauté d’agglomération pour le transports en commun.
    • Nous redessinerons les pistes cyclables et les voies piétonnes pour les rendre plus sûres et nous en augmenterons leur nombre.

En savoir plus sur notre politique d’urbanisme : Cliquez ici

Annemasse ACCUEILLE :

    • Nous favoriserons une offre de logements diversifiée.
    • Nous développerons une stratégie favorisant un véritale parcours résidentiel individuel .

Annemasse SOLIDAIRE :

    • Nous soulagerons les nombreuses familles de leurs contraintes quotidiennes en développant un système de crèches mieux adapté.
    • Nous moderniserons les services sociaux pour les adapter aux exigencses actuelles
    • Nous créerons une « école de la seconde chance », pour éviter de laisser trop de personnes sans qualification.
    • Nous améliorerons toutes les structures existantes qui aident nos aînés.

En savoir plus sur notre politique sociale : Cliquez ici

Annemasse ECONOMIE :

    • Nous conduirons une politique énergique pour encourager, recréer et développer les activités économiques, commerciales et artisanales.
    • Nous développerons toutes les infrastructures nécessaires.

Annemasse SECURITE :

    • Nous redéploierons la police municipale pour la consacrer plus à la sécurité.
    • Nous renforcerons la surveillance dans les points sensibles.
    • Nous utiliserons toutes les ressources de la médiation.
    • Nous réaménagerons les éclairages publics pour les rendre à la fois plus efficaces et plus esthétiques.

En savoir plus sur notre politique sur la sécurité : Cliquez ici

Télécharger cette page au format pdf : cliquez ici

PROGRAMME DÉVELOPPÉ

Avec ses 30 212  habitants sur 4,98 kilomètres carrés, la densité de la population d’Annemasse est la plus forte dans le département.
Annemasse compte 5 839 habitants au kilomètre carré, et même 7 677 habitants au Perrier, soit 3 fois plus que dans le reste de la ville.

Sur le plan de l’architecture, Annemasse présente une diversité nuisible à l’unité. Les immeubles les plus divers de forme, de taille, de matériaux y sont juxtaposés, sans véritable souci esthétique.

Les espaces verts sont insuffisants et mal entretenus.

Le soir et les fins de semaine, les Annemassiens quittent leur ville ; par exemple, ils vont au cinéma à Archamps car il y a une galerie marchande ouverte et agréable, des restaurants et des bars ; le stationnement y est facile.
La vie s’arrête les fins de semaine, puisqu’aucun équipement n’est disponible le dimanche.

Résultat : les Annemassiens quittent leur ville dès qu’ils le peuvent pour s’installer en d’autres lieux. La population se renouvelle plus rapidement à Annemasse qu’ailleurs.

NOTRE PROJET MUNICIPAL : INVERSER CE MOUVEMENT
POUR FAIRE D’ANNEMASSE UNE VILLE A PART ENTIERE
avec des emplois, des animations, des logements
et pas seulement une ville à vivre

Un urbanisme maîtrisé et ambitieux.

D’une ville éclatée sans lien, nous voulons en faire  une ville apaisée et cohérente. Notre projet visera à décomprimer les quartiers trop denses et tissera des liaisons entre tous les quartiers.

Nous voulons mettre la qualité au cœur de l’urbanisme, dans notre architecture. Par exemple, nous imposerons les principes de la haute qualité environnementale à toutes les constructions. De même, les nouvelles constructions devront suivre une charte esthétique précise.

Mettons du vert dans nos rues, de la convivialité dans notre ville.

Nouveaux quartiers et quartiers rénovés

Trois grands projets en cours doivent être poursuivis, mais améliorés :

– La rénovation du quartier CHABLAIS-GARE est un échec de la municipalité actuelle nous reprendrons ce dossier pour respecter le caractère résidentiel quartier et proposer une alternative qui permettra d’offrir une gamme variée de logements. Faisons de ces 2 hectares en centre-ville un quartier exemplaire du développement durable, fondé sur l’éco conception et offrant des équipements publics accessibles à tous :
une aire de jeux couverte pour les plus petits ;
un cinéma confortable et bien équipé ;
des jeux collectifs indoor pour les adolescents.

 Nous réaliserons un urbanisme de qualité en mettant tout en œuvre pour que ce quartier soit vivant, plaisant, chaleureux, animés par des commerces dynamiques et un espace souterrain de stationnement suffisant pour le quartier et le commerce.

– La rénovation de LIVRON s’inscrit dans le cadre de la rénovation urbaine avec le soutien de l’ANRU. Ce projet doit être mené avec les habitants, dans la plus large concertation possible pour leur assurer une meilleure qualité de vie.

– La réalisation de l’espace ÉTOILE-GARE irrigué, un jour, par le CEVA, est dans une impasse.
Ayons de l’ambition pour ce quartier délaissé depuis des décennies. Notre projet visera la couverture des voies ferrées pour offrir un urbanisme de qualité.
Dès notre élection, nous ferons une priorité de la recherche d’investisseurs susceptibles d’installer sur cette zone des entreprises créatrices d’emplois.
Là encore, nous reprendrons le dossier pour le rendre conforme à notre projet « Pour Annemasse ».

Un cœur de ville vert, solidaire, piétonnier

Une ville plus verte : chaque fois que cela sera possible, nous gagnerons du terrain pour imposer un espace vert, en particulier aux abords des groupes scolaires.

Bien entendu, nous nous engageons à replanter les arbres des rues qu’une néfaste politique de minéralisation a supprimés ces dernières années. S’ils sont malades , nous les remplacerons.

–    L’aménagement des « 3 Places » (Marché couvert, Marché/lLibération et Clémenceau) sera repris pour créer un nouvel espace de vie collective. 

Notre ambition est forte: nous organiserons un concours international qui nous permettra de présenter le meilleur des projets à nos concitoyens. Nous LES inviterons à se prononcer par référendum sur ces projets et à choisir le LEUR. Le projet, qui marquera le cœur de la cité pendant des décennies, doit être soigneusement réalisé. Il devra idéalement associer des espaces de respiration, verts et paysagés, à d’autres fonctions d’animation.

Ces places deviendront un lieu de vie exemplaire, où toutes les générations pourront se retrouver.

–    La piétonisation au cœur de la ville : c’est une œuvre inachevée à Annemasse. Elle n’est ni conviviale, ni commercialement efficace.
   
Nous voulons un centre ville dans lequel il sera possible de se déplacer à pieds sans gène et dans l’agrément de trottoirs et de rues rendus à leur vocation piétonne.

Dans une ville devenue plus propre qu’elle n’est aujourd’hui.

Une concertation réelle et permanente avec les commerçants devra permettre de définir le meilleur périmètre de piétonisation, en incluant la place du Clos-Fleury d’un côté, l’avenue de la Gare, complètement délaissée, de l’autre.

  –  L’éclairage public de notre ville est un élément de l’esthétique urbaine : à l’instar de tant de villes,  nous repenserons la lumière afin de créer de l’harmonie, tout en gagnant en efficacité. La lumière peut-être un art et doit être traitée comme. La lumière est  indispensable à la sécurité de tous.

Une qualité de vie durable en ville

La qualité de vie en ville, passe par un une harmonisation des différents espaces de manière équilibrée : stationnement, promenade, commerces, équipements, etc. Nous voulons réorganiser la ville pour que chacun puisse se déplacer sans gêne, quelque soit son choix.

–    Des parkings souterrains en nombre suffisants : nous devons rattraper 25 ans de retard.

Annemasse manque de places de stationnement : d’abord à l’usage de ses habitants, mais aussi à l’usage de tous ceux qui viennent dans la ville et animent, notamment, ses commerces.

Nous poursuivrons les constructions en cours, sans exclure la réflexion sur l’efficacité des choix. Si nécessaire, nous construirons d’autres parkings en souterrains, à Chablais Gare ou sous la place du Clos Fleury pour résoudre la pénurie.

Le coût du stationnement doit être maîtrisé. Il faut réétudier la gratuité de la première demi-heure et rechercher les possibilités d’aménager le prix pour les samedis. Ces aménagements passeront par la négociation avec le concessionnaire des stationnements.

Le stationnement sur les rues, dit de surface, sera plutôt réservé aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées.

–    Le plan de circulation automobile : il est dépassé, et est manifestement à revoir,

Chacun peut le constater chaque jour. Entrée et sortir d’Annemasse doit cesser d’être une épreuve pour tous ceux qui doivent circuler : les mamans, les artisans, les professionnels, sans oublier les visiteurs… nous le modifierons pour retrouver des flux automobiles efficaces.

Nous engagerons l’étude d’un tunnel routier, comme d’autres villes l’ont déjà réalisé : Marseille, Toulon par exemple, ou encore à nos portes Annecy. Genève, avant nous, a enterré son autoroute de contournement.

Un tunnel autoroutier partant des Bois de Rosses et aboutissant à Gaillard permettra de désengorger le trafic de transit. Sa réalisation sera étudiée dans le cadre d’un Partenariat Public Privé, formule moderne de réalisation des équipements structurants qui rend possible de tels projets sans grever les impôts locaux.

–    Le développement des transports en commun : en cohérence avec le Plan de Déplacement Urbain (PDU) mis en œuvre dans le cadre du SCOT, nous poursuivrons une politique énergique de développement des transports en commun.
 
La hausse des prix des carburants impose une solidarité renforcée en matière de déplacements des personnes. De même, la lutte contre les pollutions étant une priorité, le transport commun doit développer, à Annemasse comme ailleurs, une offre attractive pour les habitants.

Autre engagement : l’attention portée aux  modes « doux » de déplacement, en particulier, le vélo. Le vélo n’est pas simplement un sport, c’est aussi l’un des meilleurs modes de transport urbain. Mais, pour cela, il est nécessaire de lui assurer une place identifiée et sûre dans notre ville, en créant :
–    des pistes cyclables sécurisée
–    des dispositifs également sécurisés de stationnement des 2 roues.

L’environnement et l’écologie urbaine

Ces deux domaines seront au centre de nos actions. Pour nous, l’engagement en faveur du développement durable doit être une réalité quotidienne, une réalité au service de toutes et de tous, au service de la planète, mais avant tout, pour la qualité de la vie à Annemasse.

Nous ne considérons pas cet engagement comme un gadget politique, mais une impérieuse nécessité. L’agenda 21 actuel a permis de dégager de nombreuses propositions qui seront intégrées dans notre action.

Mais nous voulons agir encore plus en faisant de notre ville un modèle de développement durable, notamment : 

–       dans l’habitat, favoriser les constructions à énergie positive, surtout dans les logements aidés ;
–         renforcer les efforts de propreté des rues de la ville qui tend à se dégrader fortement ;
–    promouvoir les énergies renouvelables, grâce à un système municipal d’incitations dans les constructions privées ;
–        équiper chaque bâtiment municipal des meilleures techniques d’économies d’énergie et de systèmes domotiques ;
–       préserver notre patrimoine, certes peu développé, mais qui mérite toute notre attention pour être enfin mis en valeur, comme le Parc – abandonné – de la Fantasia, l’immeuble « Andrier » ou  la Maison Labo Bosson rue du Chablais, etc.
–     développer le très haut débit à Annemasse, (après l’échec de la fibre optique à Annemasse), ambition qui maintiendra notre cité dans la compétition économique.

Notre volonté sera sans faille. La volonté politique doit être mise au service de l’écologie pour tous.

   

Un logement pour tous : une vraie réalité

La politique du logement social, que nous approuvons, doit avoir de l’ampleur et de la rigueur. Inscrite dans le cadre du Plan Local d’Habitat, elle doit faire face à une situation de pénurie de logements sociaux au sein de l’agglomération, particulièrement dynamique sur le plan de l’accueil de nouveaux habitants.

A cet égard, l’effort ne doit pas peser sur Annemasse seule et doit être partagé par le reste de l’agglomération.

Si Annemassse compte plus de  24 % de logements sociaux, leur répartition n’est pas satisfaisante, le seul quartier du Perrier  en comptant 70 %,. Pour mémoire, Vétraz, par exemple, en compte moins de 9 %.

L’effort doit donc tendre à rééquilibrer la répartition des logements, tant à l’intérieur de l’agglomération qu’à l’intérieur d’Annemasse.

De même, au sein de notre ville, nous devons rééquilibrer l’offre de logements sociaux en développant l’accession sociale à la propriété. Un objectif essentiel est d’aménager pour chacun un parcours résidentiel qui facilite le passage à une meilleure qualité de vie et de logement, au fur et à mesure de l’évolution de sa vie.

Une solidarité affirmée, mais rationnalisée

Nous réaffirmons que la solidarité est un principe fondamental et fondateur de notre engagement politique, et notre engagement est d’abord celui de la continuité.

Nous voulons une ville solidaire, mais aussi que l’effort collectif soit géré avec rationalité.

– Le volet social = l’insertion pour tous

Nous devons rechercher avec l’ANPE et les missions locales pour l’emploi, tous les moyens pour prévenir la marginalisation des plus fragiles.

Plus largement, améliorons l’efficacité des interventions sociales en regroupant les services et les structures, afin de faciliter la coordination des actions.
La réalisation d’une Maison Sociale où les services, les associations et les antennes locales seront rassemblés, permettra leur coordination.

 –  Le volet éducatif : des services pour les jeunes

Le plan communal pour la jeunesse sera repensé pour mettre davantage l’accent sur la coordination des actions éducatives en continuité avec l’école.

Avec les enseignants, la ville soutiendra toutes les initiatives visant à renforcer l’aide aux enfants scolarisés.

Notre ambition est de donner une vraie égalité des chances à tous les enfants de la ville avec un soutien scolaire renforcé et effectif et la proposition d’un « contrat municipal d’aide parentale », en fait partie. Ce contrat visera à encadrer les enfants en passe d’être marginalisés dans la société, afin de leur permettre d’intégrer des pratiques sportives renforcées.

Un effort sera fait pour la coordination des temps éducatifs et des temps sportifs, en adaptant les horaires d’ouverture des structures aux jeunes et à tous les pratiquants des sports.

L’Ecole, fondement même de l’Education,  est au cœur de nos priorités!

Les enseignants, éducateurs, parents ou acteurs bénévoles en charge de responsabilités au sein d’associations de parents d’élèves, ont tous un rôle important à jouer.

Nous veillerons à la paix sociale entre les Ecoles Publiques et Privées par une écoute et un dialogue permanent avec toute la communauté éducative, dans le respect de toute la législation applicable.

Pour les plus âgés, nous savons que, parfois, la scolarité est difficile et que tous ses fruits ne peuvent être récoltés. Mais cela ne doit pas être une situation définitive. Une solution existe : l’école de la seconde chance. Annemasse soutiendra ce projet et en fera une de ses priorités. 

Nous affirmons aussi notre volonté de rechercher et de favoriser l’implantation d’enseignements supérieurs techniques modernes, pour que les jeunes bacheliers annemassiens restent sur place.

– Une solidarité » active avec les seniors

C’est un fait sociologique que les personnes âgées rejoignent souvent le centre ville. Ils doivent y trouver toute leur place par des initiatives solidaires, comme le restaurant ou le portage des repas à domicile qui restent une priorité.

– Les handicapés : vivre dans la ville

Rendre la ville plus accessible aux personnes handicapées ne nécessite pas d’importants efforts. Alors, faisons les ! Avec les associations concernées, nous voulons mettre au point « un plan accès handicap » : abaissement des trottoirs, guidage des rues, etc.

La sécurité assurée en ville

– Les actions de prévention

L’action du service de prévention sera poursuivie car elle montre des résultats encourageants. La médiation et l’alerte éducative qui permettent de reconnaître les jeunes en difficulté d’adaptation doivent se conjuguer et se coordonner avec tous les autres relais dans une graduation raisonnable des réponses jusqu’aux sanctions.

–   Le redéploiement de la police municipale

La police municipale est un facteur majeur pour prévenir les difficultés, surveiller les zones sensibles. Elle sera orientée plus activement vers ces missions importantes, en utilisant notamment toutes les ressources de la technologie comme la vidéo surveillance dont les résultats sont probants dans toutes les villes qui l’utilisent.

L’action culturelle diversifiée

Compte tenu de sa situation géographique, de son rôle de ville centre de l’agglomération haut-savoyarde, Annemasse poursuivra ses efforts culturels par le soutien au complexe de Château-Rouge, avec le souci d’ouvrir à tous les publics la programmation souvent trop spécialisée, en respectant son cahier des charges.

Nous développerons fortement la bibliothèque de notre ville et la compléterons par une médiathèque,  digne de notre ville.

L’action culturelle doit nous ouvrir sur le monde et l’échange des cultures. Toutes les actions dans ce sens seront soutenues.

Le travail des MJC est exemplaire ! Nous le poursuivrons, en pleine concertation avec les responsables de quartier.

                      Le sport pour tous

Annemasse sera une ville sportive, qui prendra soin de ses équipes, de ses clubs et de ses sportifs.

Nous favoriserons l’accès aux clubs à toutes les personnes désirant pratiquer un sport, en aidant celles dont les ressources sont faibles. Les horaires d’ouverture doivent être revus pour favoriser les pratiques sportives de chacun, y compris le dimanche. C’est un choix, nous le ferons.

Nous avons la volonté d’améliorer les pratiques sportives, y compris avec une offre renforcée pour les seniors à travers un contrat municipal « le sport pour tous ».

Nous soutiendrons les sportifs annemassiens de haut niveau par des aides appropriées.

Le cas particulier de la piscine doit être étudié avec attention. Les travaux nécessaires à la réhabilitation de la piscine seront entrepris pour respecter la décision prise au niveau intercommunal.

La démocratie locale permanente

La démocratie locale ne doit pas se résumer à la convocation des électeurs tous les 6 ans, entre les échéances électorales, à leur consultation lointaine, médiatisée par des agendas 21 ou toute autre forme d’information municipale.

La démocratie locale doit connaître d’autres temps forts. Par exemple, à l’occasion des grandes décisions d’urbanisme, il est clair que la consultation du corps électoral par la voie d’un référendum, comme nous l’avons vainement proposé au conseil municipal, constituera une formidable avancée.

Les élus doivent être à l’écoute de la population : des permanences seront tenues dans les quartiers, Romagny et Sous-Cassan, le Brouaz, le Perrier, le Vernand, régulièrement.

Une salle sera mise à disposition pour que la permanence ne soit pas seulement une rencontre sur un trottoir.

Valoriser les services municipaux

Les services municipaux sont un des éléments clés de la démocratie locale. Sous la direction du directeur général, les fonctionnaires territoriaux et les non titulaires doivent pouvoir exercer leur métier dans de bonnes conditions.

Cela veut dire que les élus devront d’abord étudier les fonctionnements et analyser toutes les voies d’améliorations possibles, pour cultiver l’esprit de service public qui déjà anime chaque agent. Nous mettrons tout en œuvre pour réaliser notre objectif d’un service public de qualité, valorisé et valorisant.

Il est important pour nous que l’adjoint en charge du personnel communal, puisse rencontrer les agents, dès son installation.  Il doit également rencontrer les représentants syndicaux, y compris dans le cadre des structures existantes.

Notre ambition vise à valoriser les services et leur savoir-faire pour le bien-être quotidien de la population. Parallèlement, la fonction publique territoriale doit attirer des jeunes, si elle veut se pérenniser. Elle doit donc s’exposer, faire valoir ses atouts, ses nouveaux métiers. Tels seront les objectifs des journées portes ouvertes « spécial mairie » que nous souhaitons organiser chaque année.

Sur le plan social, des efforts existent et seront poursuivis : ceci est notre engagement.

Mais, à l’heure où le pouvoir d’achat est une inquiétude majeure des Français, il nous appartient aussi d’y répondre à l’intérieur de la mairie. L’attribution de titres de déjeuner nous semble être un des outils les plus performants pour aider les agents. A raison d’un ticket par jour effectif de travail, c’est là une avancée sociale nécessaire pour tous.

Des élus à l’écoute, telle est notre ambition pour le personnel communal d’Annemasse.

Des finances locales rigoureuses

Notre programme est ambitieux. Mais nous n’avons pas l’intention d’alourdir le budget de la ville d’Annemasse, bien au contraire !

Nous prenons l’engagement de limiter la hausse des impôts à la hausse automatique liée aux valeurs locatives, fixée par l’Etat : c’est un engagement politique. L’impôt, même si les taux sont relativement modestes à Annemasse, ne doit plus être une variable d’ajustement en fonction des dépenses.

Nous réaffirmons ferment notre volonté d’assurer la même qualité de service public à un coût maîtrisé en refusant tout alourdissement des impôts locaux.

Annemasse économie, Annemasse en haute vitesse, Annemasse en haut débit

DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCONOMIE LOCALE

La compétence économique est désormais une attribution de la
communauté d’agglomération. Mais rien ne nous empêchera de renforcer
nos efforts en faveur de notre économie locale.

Pour cela deux directions seront suivies :

– la recherche d’une meilleure intégration de nos commerces dans l’activité de la ville.
– le développement de toutes les infrastructures nécessaires.

Le
développement des infrastructures passera par la réorientation des deux
grands projets que sont ETOILE-GARE et CHABLAIS-GARE. Nous ferons de
ces quartiers des secteurs d’activité. Avec réalisme, et sans
rechercher des effets d’annonce comme cela est encore le cas avec les
ONG, ces belles arlésiennes.

Ce développement passera nécessairement par la reprise du plan
fibre-optique qui a lamentablement échoué et qu’il nous faudra relancer
avec énergie. L’internet très haut débit pour tous permettra de fixer
ou d’attirer les activités qui sans cela iront ailleurs. Il sera aussi
une avancée pour chacun d’entre nous.

Le développement du commerce nécessite la recherche d’un
rééquilibrage des zones commerciales, entre le centre et la périphérie.
Pour cela une politique intelligente de stationnement est
indispensable. Il faut rendre aux automobilistes la possibilité et
aussi le goût d’aller au centre. Ce qui bannit la surveillance
inflexible et sans tolérance des parcmètres, et aussi nous obligera à
négocier les ajustements nécessaires avec le concessionnaire SAGS.